Navigation – Plan du site
État de la recherche
Positions de thèse

Florence Tanniou, « Raconter la vraie estoire de Troie ». Histoire et édification dans le Roman de Troie en prose (Prose 1, version commune)

thèse de doctorat préparée sous la direction de Mme Catherine Croizy-Naquet, soutenue le 14 novembre 2009 à l’université de Paris-Ouest-Nanterre-La Défense
Florence Tanniou
Référence(s) :

Florence Tanniou, « Raconter la vraie estoire de Troie ». Histoire et édification dans le Roman de Troie en prose (Prose 1, version commune), thèse de doctorat préparée sous la direction de Mme Catherine Croizy-Naquet, soutenue le 14 novembre 2009 à l’université de Paris-Ouest-Nanterre-La Défense

Entrées d’index

Œuvres, personnages et lieux littéraires :

Landomata, Roman de Troie, Trésor

Index des médiévaux et anciens :

Benoît de Sainte-Maure, Brunet Latin
Haut de page

Notes de la rédaction

Jury composé de Mesdames et Messieurs les Professeurs Jean-Pierre Bordier, Président (Professeur à l’université de Paris-Ouest-Nanterre-La Défense), Dominique Boutet (Professeur à l’université de Paris-IV-Sorbonne), Catherine Croizy-Naquet (Professeur à l’université de Paris-Ouest-Nanterre-La Défense), Marie-Madeleine Castellani, Rapporteur (Professeur à l’université de Lille-III), Michelle Szkilnik, Rapporteur (Professeur à l’université de Paris-III-Sorbonne). Mention très honorable avec les félicitations du jury à l’unanimité.

Texte intégral

1Le Roman de Troie en prose nommé Prose 1 est une mise en prose du roman en vers écrit par Benoît de Sainte-Maure vers 1165. Il s’agit d’une réécriture de la seconde moitié du xiiie siècle qui, bien loin de constituer un simple dérimage, manifeste une ambition historiographique et offre une vision édifiante de la légende, assurée par des moralisations qui se présentent comme sa caractéristique principale. La confrontation avec la source en vers, ainsi qu’avec d’autres œuvres contemporaines comme le Trésor de Brunet Latin, permet d’affiner une datation de Prose 1 et d’étayer la présomption de son écriture en Morée franque, à Corinthe, tout en levant le voile sur la culture du clerc anonyme. L’œuvre s’achève par le bref roman de Landomata, et l’examen de son lien avec le reste de la prose est indispensable pour déterminer s’il est le fruit du même travail que Prose 1. Sont également évalués les rapports qu’il entretient avec une série de textes historiographiques liés aux Croisades. Observer l’inscription de Prose 1 dans la tradition d’une matière troyenne qui, « semblable a la cire », se laisse remodeler au gré des compositions, met en évidence les ambitions didactiques de cette réécriture ; elle entre pleinement dans le champ de l’utilitas.

2La deuxième partie de l’étude montre qu’en recourant à un medium tel que la prose, le clerc moréote construit une nouvelle approche de l’Histoire qui vise la vérité. L’ethos du conteur est métamorphosé. Il apparaît comme un sage qui délivre une leçon en intégrant au sein de son discours de multiples preuves de sa sagesse : étymologie, généalogie, proverbes, exemplum ou maniement des nombres confortent la nature didactique de sa voix. La mimesis du réel est renouvelée par le biais d’un travail sur le logos, une abbreviatio drastique qui supprime nombre de descriptions, mais aussi par l’intermédiaire d’une organisation des événements chronologique, logique et didactique, rigoureuse à l’extrême. La syntaxe, ainsi retravaillée, et remodelée par l’ambition – illusoire certes mais non moins revendiquée – de saisir le réel au plus près, redéfinit la place du sujet dans l’action afin de mettre en valeur la responsabilité de l’agent dans les actes. Dans un système de parole profondément modifié, son rôle est également déterminé de manière plus aiguë et la force de dynamis de la parole dans l’Histoire est soulignée avec constance.

3Ces modifications rhétoriques se doublent d’un profond intérêt pour l’éthique ; c’est là l’objet de la troisième partie de la thèse. La réécriture est parcourue de commentaires édifiants qui enseignent des leçons à l’auditoire : il s’agit de percevoir, à travers les actions de personnages désormais pourvus d’un libre arbitre et responsables de leurs bonnes comme de leurs mauvaises conduites, des modèles et des contre-modèles qui tracent la voie propre à assurer à chacun le Salut. Le monde troyen est relu à la lumière de l’identification des péchés – depuis les sept péchés capitaux jusqu’à des formes plus composées de la faute, sans exclure la référence au contemporain « péché de langue ». Le prosateur, partant du postulat aristotélicien d’une âme « naturellement bonne », livre les clés d’un comportement mesuré, un enseignement du Bien qui s’offre en contrepoint à l’exposition du Mal. La vocation moralisatrice de l’œuvre s’exerce aussi bien dans les domaines touchant à la spiritualité chrétienne que dans une réflexion plus terrestre sur les conditions du commun bien, éléments qui se rattachent à une veine morale plus profane et philosophique.

4Enfin, Prose 1 recèle également des enjeux idéologiques et politiques qui sont examinés dans la quatrième partie. Au cœur de la représentation du monde antique se donne à lire une exaltation du christianisme construite sur de multiples remarques discréditant le paganisme. Une telle exaltation de la foi a pour corollaire une valorisation idéologique du gouvernement féodal qui s’appuie sur les conceptions de l’augustinisme politique. L’éthique est couronnée d’une vision politique et idéologique. À la lumière de la référence à Constantinople et aux territoires latins d’Orient, la légende se lit dans la perspective d’une translatio inverse qui redéfinit les valeurs, les modèles, et les identifications proposées par Benoît pour figurer le nouvel échiquier politique de la fin du xiiie siècle. Ces enjeux, qui lient le texte à l’idéologie des croisades, affirment la conception providentielle et téléologique d’une Histoire en progrès, surtout lisible dans le Landomata, où le prosateur s’émancipe de sa source. Se composant d’emprunts à de nombreux genres, l’écriture devient totalisante pour faire de la légende une réponse idéologique aux questions contemporaines.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florence Tanniou, « Florence Tanniou, « Raconter la vraie estoire de Troie ». Histoire et édification dans le Roman de Troie en prose (Prose 1, version commune) », Perspectives médiévales [En ligne], 34 | 2012, mis en ligne le 23 septembre 2012, consulté le 27 avril 2017. URL : http://peme.revues.org/1777

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page