Navigation – Plan du site
État de la recherche
Comptes rendus
Ouvrages collectifs

Approches du bilinguisme latin-français au Moyen Âge. Linguistique, codicologie, esthétique

Turnhout, Brepols, 2010
Sophie Albert
Référence(s) :

Approches du bilinguisme latin-français au Moyen Âge. Linguistique, codicologie, esthétique, études réunies par Stéphanie Le Briz et Géraldine Veysseyre, Turnhout, Brepols, 2010, 522 p.

Texte intégral

1Les études réunies par Stéphanie Le Briz et Géraldine Veysseyre résultent d’un dialogue entre l’histoire, la philologie, la linguistique et la littérature. Dans l’introduction (p. 13-34), les éditrices définissent les termes de diglossie et de bilinguisme : la diglossie désigne la « double aptitude linguistique des individus d’une communauté au sein de laquelle les fonctions de communication sont partagées entre deux langues », le bilinguisme « l’hétérogénéité linguistique qui peut résulter de cette double aptitude au sein des messages que ces individus produisent » (n. 20 p. 18-19). Le propos de l’ouvrage consiste en premier lieu à interroger la perception des deux langues par les locuteurs médiévaux, dans la lignée des travaux de Michel Banniard et d’Anne Grondeux (« Penser le bilinguisme au Moyen Âge : lexique et traductions », p. 37-163). Il interroge en deuxième lieu la réception du bilinguisme telle qu’en témoignent les manuscrits, dans la continuité de Geneviève Hasenohr (« Aménager le bilinguisme au Moyen Âge : cohabitation matérielle et syntaxique des deux langues », p. 165-356). Prolongeant en troisième lieu les suggestions de Paul Zumthor, il cherche à déceler les intentions expressives des poètes qui recourent au bilinguisme (« Jouer du bilinguisme au Moyen Âge : ‘un problème d’esthétique médiévale’« , p. 357-440). Les éditrices proposent à la fin du volume une copieuse bibliographie classée en trois sections : études théoriques, éclairages sur le bilinguisme latin-langue d’oïl au Moyen Âge, élargissement à d’autres domaines linguistiques ou à d’autres périodes (p. 451-472). Elles fournissent un index des noms et des œuvres, ainsi qu’un index des manuscrits et imprimés anciens. L’ensemble est superbement illustré par une quinzaine de planches en noir et blanc, dont six sont également reproduites en couleur dans un cahier iconographique.

2La première partie est centrée sur la conscience des spécificités linguistiques du latin et du français que l’on peut inférer des lexiques et traductions, en l’absence de réflexion théorique sur le sujet au Moyen Âge. Pierre Nobel (p. 37-62) étudie l’un des premiers glossaires latin-français, contenu dans le manuscrit de Montpellier H 110 daté de 1370-1380 (M). À l’instar d’autres glossaires latin-français, M provient du Nord de la France ; il a peut-être servi « à un prêtre séculier ou à un moine, dans ses lectures ou dans la préparation de ses sermons » (p. 43). Sur le plan lexicographique, il comporte plusieurs particularités : des doublons liés au recours à une double source (Elementarium de Papias et Catholicon de Jean de Gênes), des erreurs accusant une piètre connaissance du latin, le soulignement systématique du français, des articles ou des gloses dont on ne connaît pas d’autre occurrence. Le glossaire accorde à la langue française un statut fluctuant. Il prend dans de nombreux articles l’apparence d’un « dictionnaire bilingue » (p. 50) : les dérivés des mots latins sont traduits, aux mots latins correspondent un ou plusieurs équivalents français, tandis que l’explication latine s’efface au profit de sa transposition vernaculaire. Cette transposition frise parfois la servilité, occasionnant des contresens. Dans d’autres cas coexistent les gloses latines et françaises ; ailleurs encore manque le mot ou la glose en français. L’appareil métalinguistique (id est, unde, inde...), quant à lui, est presque toujours en latin. Le glossaire se distingue enfin en traduisant fréquemment l’étymologie et l’interpretatio des termes. La conclusion souligne le manque de constance et d’unité du glossaire dans la méthode suivie ainsi que l’originalité de nombreuses gloses françaises, à une période où la lexicographie n’a pas encore fixé ses propres canons.

3Frédéric Duval (p. 63-79) s’attache à l’indétermination linguistique de certains termes, entre latin et français. Cette question, pertinente pour le lexique scientifique, l’est tout autant pour le lexique de la civilisation romaine : les mots latins et leurs correspondants médiévaux, souvent transposés au plus proche du latin, sont en décalage sémantique ou référentiel. Sont distingués deux types d’emprunts : des emprunts formels, qui comprennent des lexèmes morphologiquement latins et des lexèmes francisés, et des emprunts sémantiques, pour lesquels l’activation du sens latin est difficile à cerner. Pour désigner ces emprunts, l’auteur propose les notions d’« interlangue » et d’« interlexique » (p. 67) : les latinismes ne sont ni exclusivement latins, ni complètement français. Sur le plan formel, l’homographie latin/français dans les pluriels en –es au nominatif et à l’accusatif des troisième et cinquième déclinaisons induit une hésitation sur l’identité linguistique des termes considérés. Sur le plan sémantique, il est délicat d’évaluer le degré d’intégration des néologismes. Quant à l’équivalence entre des formes latines et formes françaises autonymiques, elle donne lieu à un usage circulaire (toga est traduit par toge, consul par consul). Aussi le système binaire de la lexicologie moderne, qui raisonne en termes d’inclusion ou d’exclusion, ne convient-il pas au « fonctionnement sémantico-cognitif » (p. 79) des termes de civilisation romaine. Ceux-ci relèvent d’une interlangue à la fois latine et française, et d’une pratique duale de la langue où l’on passe par le latin pour les termes savants.

4Joëlle Ducos (p. 81-98), dans une perspective proche, s’intéresse au lexique scientifique français, qui naît dans une double relation de dépendance et d’évolution vis-à-vis du latin. Cette langue est d’abord présente par le biais de l’étymologie, « moyen de créer une taxinomie et de la retenir » (p. 85). L’usage de termes latins, étiquettes apposées aux éléments décrits, permet une « stabilisation dénominative apparente » (p. 87). Le transfert du latin au français obéit à des modalités variables selon la nature des textes, l’époque et le lectorat. Toutefois, globalement, la continuité latin/français domine dans le lexique comme dans la copie. Ces pratiques correspondent à une lecture « à la frontière de l’usage savant et de la vulgarisation » (p. 90). La suite de l’article analyse la quatrième et dernière traduction aristotélicienne de Nicole Oresme, le Livre du ciel (1377). Dans ce texte, beaucoup de citations sont issues de la Bible ou de la patristique, et concernent des sujets à la frontière de la théologie et de la science naturelle. Ainsi, contrairement à la plupart des commentaires scolastiques, le Livre du ciel ne marque pas la séparation des savoirs, mais manifeste la complémentarité des deux langues employées : il réserve au latin le statut de langue d’autorité dans les matières de la foi, pour faire du français la langue de l’argumentation et du savoir.

5Anne-Françoise Leurquin-Labie (p. 99-163) étudie une version française de la Vie de sainte Christine copiée pour Philippe le Bon dans les années 1450-1460. Le texte est conservé aux f° 76r°-112v° du manuscrit de Bruxelles, Bibliothèque Royale, 10487-10490. Sa source, composée par Thomas de Cantimpré vers 1232, s’inscrit dans une série de Vitae que l’écrivain a consacrées à des femmes pieuses de sa région. La traduction, sur les plans syntaxique et lexical, est un véritable calque du texte latin. Sa piètre qualité contraste avec la facture soignée de la copie. Pour expliquer cette dichotomie entre la forme et le contenu, l’auteur montre que la Vie de sainte Christine pourrait avoir été donnée à Philippe le Bon par une abbaye dont il fréquentait la bibliothèque. L’exemplaire ayant servi de source, conservé à la Bibliothèque Royale de Bruxelles sous la cote 4459-4470, a été copié à l’abbaye cistercienne de Villers-en-Brabant. La traduction a sans doute été réalisée dans cet établissement. Peut-être s’agissait-il d’un texte destiné à l’apprentissage du latin ; mais l’absence du modèle latin dans les inventaires de la librairie ducale réduit cette hypothèse à l’état de « simple conjecture » (p. 111). La Vie de sainte Christine est éditée en annexe et présentée en regard du texte latin, pour lequel sont signalées les variantes du manuscrit modèle. Elle est accompagnée de notes, d’un glossaire et d’un index des noms de lieux.

6La deuxième partie considère la question du bilinguisme à travers ses traces matérielles. Christine Ruby (p. 167-190) prend pour objets quinze manuscrits ou fragments de psautiers bilingues indépendants. Composés en Angleterre entre le premier quart du xiie et le début du xiiie siècle, ces psautiers naissent dans un contexte marqué par l’adoption de l’anglo-normand par les classes dirigeantes, et par le passage d’une culture orale à une culture écrite. Deux manuscrits trilingues, œuvres d’érudition caractéristiques d’une société multilingue, comportent les trois versions du psautier (hébraïque, gallicane et romaine). Les autres psautiers donnent la version gallicane du texte, tandis que les traductions gravitent autour de la version du psautier monolingue d’Oxford ; l’ancienneté de cette source remet en cause la thèse communément admise sur l’origine des traductions, supposées provenir des gloses interlinéaires. Parmi les psautiers bilingues, le statut du français varie. À côté de psautiers accordant au français une position subalterne, cinq psautiers bilingues parallèles, sans doute revêtus d’une fonction pédagogique, présentent en vis-à-vis le psaume et sa traduction. Ils ménagent une symétrie et un équilibre remarquables entre les deux registres linguistiques : « même main, même module et même structuration » (p. 176). Tout en affichant un net souci d’égalité des deux langues, ils présentent des différences paléographiques entre latin et français dans l’usage de la ponctuation, des abréviations et de certains graphèmes : ils témoignent en cela de l’affirmation conjointe d’une langue et d’une écriture.

7Nicole Bériou (p. 191-206) s’intéresse au bilinguisme dans les traces écrites de la prédication, dont les rythmes s’intensifient à partir du xiiie siècle. Les sermons modèles, quoique rédigés en latin, adoptent une syntaxe calquée sur celle de la langue vernaculaire, attestant l’attention des clercs à la commodité de la transposition linguistique. Le bilinguisme proprement dit doit être cherché dans des documents enregistrant et restituant une prédication effective. Les brouillons des prédicateurs, en dépit d’importations lexicales de la langue vulgaire, sont largement latinisés. C’est surtout dans les reportationes que cohabitent le latin et la langue vernaculaire. Le français peut être employé pour des explications de mots latins ; il peut servir dans des énoncés rimés donnant la division des sermons ; aux xive et xve siècles, il peut intervenir dans des sermons macaroniques qui exploitent les « ressources d’expressivité narrative » (p. 203) du bilinguisme, ou qui déploient de véritable jeux sur les mots des deux langues. De même, dans les distinctiones bilingues du xive siècle analysées par Geneviève Hasenohr, le français est employé pour commenter les citations scripturaires en latin, en un « code-switching » par lequel le prédicateur glisse de la langue d’autorité à la langue commune. Apparaissent ainsi les interactions entre latin et français, de même que la diversité des pratiques de bilinguisme dans la prédication.

8Françoise Vielliard (p. 207-238) étudie la « grammaire de la mise en page » (Geneviève Hasenohr) dans les manuscrits contenant la traduction des Disticha Catonis par Jean Le Fèvre (1320-1380). Comme avant lui Adam de Suel et Jean du Chastelet, Jean Le Fèvre fait précéder sa traduction d’un prologue dans lequel il se nomme et justifie son entreprise par la valeur morale du texte. Il rédige sa traduction en décasyllabes, mètre qui offre à la fois la même facilité de mémorisation et une plus grande souplesse que l’octosyllabe. Sur les trente-huit manuscrits conservés, douze donnent uniquement la traduction française et vingt-six y adjoignent le texte latin, copié intégralement ou sous forme de lemmes. En règle générale, la mise en page distingue les sections composant le texte source. Les manuscrits peuvent donc être classés selon leur respect ou leur non-respect de l’organisation de celui-ci. Quant aux rapports entre les deux idiomes, ils ressortent de la présentation adoptée : une « disposition enchaînée segment par segment » (p. 225) du texte latin puis de sa traduction. Pour identifier les deux langues, les copistes recourent à des titres, à des artifices de mise en page (ligne de blanc, retrait, traits de crayon), à des variations dans le type ou le module de l’écriture, etc. Au terme de l’analyse, deux questions se posent : cette visibilité du texte latin et de sa structuration correspond-elle au projet pédagogique de l’auteur ? Et la traduction était-elle destinée à remplacer le texte latin, ou seulement à fournir une aide à la compréhension ? Les annexes présentent le prologue et l’épilogue de Jean Le Fèvre, édités à partir du manuscrit de Reims, BM 615, puis deux listes de manuscrits contenant respectivement la traduction seule et la traduction accompagnée de la source latine.

9Isabelle Vedrenne-Fajolles (p. 239-281) examine le Livre des amphorismes Ypocras composé en 1362-1363 par le médecin Martin de saint Gilles, et contenu dans le manuscrit de Paris, BnF fr. 24246. Chaque aphorisme est cité en latin, traduit et accompagné d’un commentaire dans lequel l’auteur renvoie fréquemment à Galien. Le latin, qui ouvre la séquence, revient souvent à la clôture. Son rôle structurant est appuyé visuellement par un soulignement rouge, des initiales ornées et des lignes de blanc. Sont ensuite étudiés les cas d’insertion non systématique du latin. Pour les titres d’œuvres, les titres de chapitre et les termes objets d’une étude lexicographique dans le commentaire de Galien, l’insertion latine ne semble pas avoir de valeur particulière, et n’est guère marquée dans le manuscrit. Elle est en revanche soulignée de rouge et placée entre deux points lorsqu’elle sert de fil conducteur à la réflexion, ou quand elle constitue une correction critique de l’aphorisme latin. Martin de saint Gilles, par ailleurs, donne quelques citations textuelles en latin. La mise en page dessine alors une hiérarchie « en rapport avec la révérence accordée à l’autorité » (p. 259), en vertu de laquelle Galien est placé en-deçà d’Aristote et d’Hippocrate. La fin de l’article est consacrée à la terminologie médicale des Amphorismes, et rejoint par ses questionnements la première partie de l’ouvrage. Trois types d’articulation, définies jadis par Howard Stone, peuvent lier les lexiques latin et français : des binômes associant un terme latin et un terme français ; des formulations explicatives à la suite d’un terme latin ; l’utilisation du latin à valeur transitoire, selon laquelle un terme latin précède, en discours, son calque savant francisé. Dans l’usage fluctuant et non systématique qu’en fait Martin de saint Gilles, le latin apparaît comme le « médiateur indispensable d’un discours de vulgarisation » (p. 280).

10Stéphanie Le Briz et Géraldine Veysseyre (p. 283-356) s’attachent à la lettre bilingue de Grâce de Dieu contenue dans le Pèlerinage de l’âme de Guillaume de Digulleville (1355). Cette lettre témoigne d’une recherche poétique qui annonce le « bilinguisme équivoqué » des Grands Rhétoriqueurs. Ses 192 vers, 24 huitains monorimes, entrelacent latin et français ; les initiales de chacun des huitains, mises en valeur par les lettrines, forment un acrostiche désignant le poète. Le bilinguisme de la lettre fait écho à deux des trois pièces latines introduites en 1355 dans la seconde rédaction du Pèlerinage de vie humaine, et dont le scripteur est également Grâce de Dieu : l’exhortation de cette allégorie exceptionnelle au pécheur oublieux nécessite la voix solennelle de l’Église. Pour le lecteur, les vers français, considérés isolément, forment un texte qui se suffit à lui-même, le latin étant « régulièrement cantonné à des fonctions syntaxiques facultatives » (p. 294). La lecture du seul texte français, outre qu’elle affaiblit les invectives de Grâce de Dieu, « favorise la perception de possibles intertextes profanes » (p. 302) et, en particulier, du Roman de la Rose de Guillaume de Lorris. Ainsi se fait jour « la formidable plasticité de la pièce bilingue » (p. 304). Sont ensuite étudiées les modalités de copie de la missive. En premier lieu, les segments latins ne sont discriminés que dans le manuscrit de Londres, British Library, Add. 38120. Dans tous les autres cas, les copistes semblent indifférents à l’hétérogénéité linguistique de la lettre. Il arrive même qu’ils estompent les frontières formelles entre vers français et latins, ou qu’ils basculent d’une langue à une autre : les deux idiomes sont perçus dans une relation d’étroite continuité. En deuxième lieu, dans trois manuscrits, le texte français de la lettre, au moins aussi fautif que le texte latin, est de surcroît modernisé, et le système métrique retouché. En dernier lieu, deux manuscrits de la première moitié du xvsiècle comportent une traduction du texte latin. Dans le manuscrit de Bruxelles, Bibliothèque Royale, 11065-11073, la lettre de Grâce de Dieu est transposée en français, écourtée et remaniée. Cette réécriture répond à une préoccupation didactique à l’œuvre dans l’ensemble du recueil : le contenu du manuscrit, la présence d’une table des matières et la sobriété de la copie désignent un destinataire désireux de se doter d’un outil pratique de méditation spirituelle. De son côté, le manuscrit de Paris, BnF, fr. 1138, qui contient les deux Pèlerinages, est pourvu d’un texte d’excellente qualité et agrémenté de miniatures : il ouvre la voie à des « lectures à géométrie variable » (p. 329). La missive de Grâce de Dieu y est accompagnée d’une traduction en rimes croisées, copiée avant le vers latin correspondant. Cette traduction, de facture soignée, peut aider à la lecture du latin ou s’y substituer ; elle est fidèle au sens et parfois à la lettre du latin, avec une préférence marquée pour les racines latines. Les deux manuscrits se destinent à un « lectorat de culture intermédiaire » (p. 328), laïc instruit ou clerc peu latiniste, soucieux de son salut. La lettre de Grâce de Dieu s’avère être une bonne pierre de touche pour évaluer l’aisance et la compétence des copistes, et pourrait être mise à profit pour étudier la tradition manuscrite du Pèlerinage de l’âme. Les annexes présentent les manuscrits du Pèlerinage, la lettre française du manuscrit de Bruxelles et la lettre bilingue du manuscrit de Paris, éditée selon deux modes de lecture possibles : l’un privilégie le texte bilingue, l’autre la continuité des textes français.

11L’article de Stéphanie Le Briz et Géraldine Veysseyre amorce la réflexion au centre de la troisième et dernière partie de l’ouvrage, consacrée aux enjeux esthétiques du bilinguisme. Jean-Pierre Bordier (p. 359-390) brosse un panorama de la question dans le théâtre médiéval. Selon Yvonne Cazal, le bilinguisme obéirait dans le théâtre à un double mouvement : concession aux pratiques festives des laïcs et des ordres subalternes du clergé, et récupération par la position dominante conférée au latin. Cette vision sociolinguistique, qui a pour inconvénient de durcir les rapports de force entre latin et langue vernaculaire, est révoquée au profit d’une approche esthétique. L’article s’attache d’abord aux insertions vernaculaires dans le drame latin. La valeur de chacune des deux langues demeure ambiguë dans le Sponsus (1050-1060 ?) et dans le jeu pascal d’Origny Sainte-Benoîte (1287-1317). Au sein des pièces d’Hilarius (1109-1145), les refrains romans donnent voix à la coutume du planctus dans la Suscitatio Lazari et constituent dans le Ludus super iconia sancti Nicolai « un trait de comédie » (p. 367). D’autres pièces exploitent avec brio les ressources de chaque idiome, tels le Ludus Danielis de Beauvais (ca. 1230) et, dans le domaine allemand, les Carmina Burana. Enfin, dans le Jeu d’Adam, le latin fournit le cadre liturgique, mais la création dramatique se déploie en français. L’article présente ensuite une typologie des insertions latines dans le théâtre français des xiiie-xvie siècles. Employé dans les rubriques et les didascalies, le latin relève de l’écrit et non pas de la performance. Dans les prologues et dans le corps des pièces, les citations liturgiques évoquent l’autorité de l’Écriture, revendiquée ou détournée pour critiquer les vices du clergé. Les pièces, enfin, jouent sur la connaissance ou l’ignorance du latin par les personnages, pour ébaucher des réflexions satiriques sur la foi chrétienne et sur l’enseignement universitaire. Le bilinguisme, en somme, ne vaut pour le théâtre que si l’on garde en mémoire la « prééminence de la langue vulgaire » (p. 389).

12Marie-Laure Savoye (p. 393-410) étudie le bilinguisme dans les Matines de la Vierge de Martial d’Auvergne, transmises par plusieurs incunables et quatre manuscrits des xve et xvie siècles. Les segments latins des Matines, relevés p. 409-410, « fonctionnent comme des indicateurs du substrat sous-jacent » (p. 394). Ce sont en effet les matines de la Vierge dans la version des Heures à l’usage de Paris qui fournissent leur canevas aux Matines de Martial. Le lien néanmoins se distend dès le premier nocturne : en même temps que s’effacent les points d’accroche entre le texte latin et le texte français, le contenu des Matines s’émancipe de la liturgie des heures, pour s’inspirer notamment de la Legenda aurea de Jacques de Voragine. La structuration des matines reste opératoire pour discriminer les témoins textuels : certains préservent le découpage des heures liturgiques, tandis que d’autres présentent le texte en continu. En tout état de cause, tous conservent les segments latins, dont la stabilité s’explique dans de nombreux cas par les besoins de la métrique : refrain en latin, rimes à finales en –us ou –um. Par ailleurs, un certain nombre de termes et d’outils logiques sont empruntés au langage juridique, et relèvent de l’habitus professionnel de Martial : l’écrivain « va chercher dans sa diglossie essentielle ce que la langue française manque à lui fournir » (p. 406). Il se livre enfin à des innovations lexicales, par le biais de calques à peine francisés. Le latin combine ainsi trois fonctions : il balise la lecture du texte, contribue à l’effort métrique du poète et informe son langage personnel.

13Gérard Gros (p. 411-440) analyse quatre oraisons latino-françaises à la Vierge dans les Louenges de Nostre Dame imprimées par Antoine Vérard entre 1499 et 1503, et réimprimées après 1506 par Michel Le Noir. La première oraison considérée, donnée en annexe, remonte au plus tard au deuxième quart du xive siècle. Si Vérard l’édite, c’est parce qu’elle traite de la Compassion mariale, et qu’elle évoque « le caractère en somme doloriste de la dévotion contemporaine » (p. 419). Le français en est modernisé, et le latin fait l’objet de retouches globalement pertinentes. Sont ensuite examinées deux paraphrases de l’Ave Maria par Molinet. La première, composée de seize quatorzains, reprend le début de la prière à raison d’un mot latin à l’incipit de chaque strophe. Le poème se distingue par des jeux de rimes qui prolongent les recherches sur l’équivoque de Gautier de Coinci, ainsi que par un recours subtil à la mythologie hellénique. La seconde, intitulée de manière incongrue « Oraison a Nostre Dame en champt royal », comporte onze huitains suivis d’un envoi en sixain. Le poème cite en acrostiche, selon un « égrènement vertical » (p. 426), la première partie de l’Ave Maria, telle une caution apposée au poème nouveau. Dans le dernier poème étudié, composé par Jean Lemaire de Belges, le Salve Regina est entrelacé, syllabe après syllabe, à différents endroits du vers : « il y a du jeu cérébral dans un tel exercice dévot » (p. 433). Simplement, aucun artifice typographique, dans l’imprimé, ne met en relief les acrostiches : se pose la question de la réception escomptée. La présence d’indices faisant signe vers le modèle liturgique laisse penser que les auteurs et les éditeurs entendaient proposer à leurs récepteurs une énigme, et conférer au poème « quelque caractère de devinette » (p. 438).

14Dans sa conclusion (p. 441-449), Anne Grondeux note que les contributions mettent à mal plusieurs clichés. D’une part, loin de se poser en termes d’affrontement ou d’opposition, latin et français cohabitent dans l’harmonie, et s’enrichissent mutuellement de leurs ressources notionnelles et expressives. D’autre part, l’expression vernaculaire requiert comme l’expression latine un effort non négligeable, et peut atteindre un même degré de raffinement et de complexité. Enfin, pour appréhender les compétences linguistiques des locuteurs et des lecteurs médiévaux, on ne peut se borner à opposer des clercs lettrés et des laïcs incultes, mais on doit prendre en compte un lectorat intermédiaire, fait de laïcs cultivés et de clercs peu à l’aise avec le latin : l’ouvrage apporte de nouveaux éclairages « sur les compétences passives et actives des lettrés et des semi-lettrés » (p. 448).

15Le volume, outre une finition matérielle impeccable et une grande homogénéité dans la teneur des contributions, développe de vastes perspectives à travers des études de cas très fines ; il combine cohérence dans la problématique et diversité dans les périodes et les matériaux considérés. Par la clarté de ses présupposés théoriques et de ses principes méthodologiques, par la richesse de sa bibliographie et la précision de ses index, il constitue à la fois une importante contribution aux recherches sur le bilinguisme médiéval et un précieux outil de travail pour qui s’intéresse à la question.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Albert, « Approches du bilinguisme latin-français au Moyen Âge. Linguistique, codicologie, esthétique », Perspectives médiévales [En ligne], 34 | 2012, mis en ligne le 08 septembre 2012, consulté le 27 juin 2017. URL : http://peme.revues.org/2141

Haut de page

Auteur

Sophie Albert

Maître de Conférences en littérature du Moyen Âge - Université Paris IV Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page