Navigation – Plan du site
État de la recherche
Comptes rendus
Editions & traductions

Old French Medical Texts

Paris, Classiques Garnier, 2011
Maria Colombo Timelli
Référence(s) :

Old French Medical Texts, edited by Tony Hunt, Paris, Classiques Garnier, « Textes Littéraires du Moyen Âge » n° 18, 2011, 290 p.

Entrées d’index

Mots clés :

médecine, lexique

Keywords :

medicine, vocabulary

Parole chiave :

medicina, lessico
Haut de page

Texte intégral

1Tony Hunt publie ici quatre traités de médecine inédits jusqu’à présent, qui vont améliorer non seulement notre connaissance de la littérature médicale du Moyen Âge, mais aussi celle de la terminologie spécifique de cette branche du savoir. L’édition est basée sur le manuscrit London, Wellcome Library for the History and Understanding of Medicine, 546. Copié par un seul scribe vers 1340, ce manuscrit réunit cinq œuvres rédigées en français et deux en latin, dont la diffusion est encore mal connue. L’éditeur fournit une description minutieuse du codex, mais ne donne pas d’information sur son histoire, sa provenance ou ses possesseurs.

2Les textes édités ici sont les suivants : (1) un « compendium » qui comprend la Lettre d’Hippocrate, une section sur les urines fondée sur Gilles de Corbeil, de nombreux paragraphes sur les maladies des femmes tirés du De Sinthomatibus mulierum, une petite section sur les régimes, (2) un commentaire en prose sur 125 vers du De Urinis de Gilles de Corbeil, (3) la seule traduction française connue des gloses sur la Chirurgia de Roger Frugard, (4) une version abrégée de la Marechaucie des chevaus (traduction du De Medicina equorum de Jordanus Rufus). L’introduction fournit les informations essentielles pour situer chacun de ces textes dans sa propre tradition, tâche compliquée du fait que la plupart des sources latines ont connu une transmission riche et complexe mais ne sont pas encore éditées de façon critique (p. 11-38). L’édition est divisée en « chapitres » qui ne respectent pas exactement l’ordre du manuscrit de Londres. De fait, le commentaire sur les vers de Gilles de Corbeil (ici, « chapter 2 », p. 117-143) occupe les f. 22va-29vb du ms., et se situe donc à l’intérieur même du « compendium », f. 21rb-31ra (« chapter 1 », p. 39-102) ; suivent les « gloses », f. 50ra-78rb (« chapter 3 », p. 149-220) et la Marechaucie, f. 78va-89ra (« chapter 4 », p. 245-271) ; les différents « paragraphes » de chaque traité reçoivent dans l’édition des intitulés en anglais, donnés entre crochets droits.

3Ces ouvrages, on l’a dit, présentent un très grand intérêt lexicographique : ils contiennent bien entendu des termes techniques non encore enregistrés par les dictionnaires historiques, mais témoignent aussi d’acceptions spécifiques pour des mots d’emploi courant en moyen français. Tony Hunt offre pour chaque texte des glossaires séparés, un voire plusieurs par texte. Ainsi pour le premier « chapitre », on trouvera une liste de mots pour le traité, une autre pour les ingrédients des médicaments, une troisième pour les maladies des femmes, une enfin pour les régimes, plus un index des noms propres. Ce choix provoque inévitablement des répétitions mais peut simplifier la recherche au lecteur intéressé par un seul ouvrage. Il faudra remarquer que les traductions sont en anglais et que les critères de sélection du lexique – qui ne sont pas explicités – répondent évidemment aux exigences d’un public anglophone.

4L’édition est accompagnée d’un apparat de notes en bas de page : on y trouvera les leçons rejetées, des renvois à d’autres textes (variantes, sources latines), voire quelques rares commentaires sur le contenu ou des informations complémentaires.

5L’attention de Tony Hunt allant tout entière à la teneur des traités qu’il édite, ce qui est tout à fait compréhensible, le philologue regrettera deux lacunes : le manque de toute indication quant au traitement du texte et surtout l’absence de tout commentaire linguistique. S’il est vrai que ce genre d’ouvrages ne présente pas d’intérêt stylistique propre et que son expression dépend en très grande partie de la source latine comme des autres traités de même genre, le manuscrit de Londres présente néanmoins des traits linguistiques intéressants. Je ne donnerais qu’un exemple. Il s’agit d’un texte qui par ailleurs n’est pas édité ici : dans la traduction abrégée du Régime du corps d’Aldebrandin de Sienne (f. 1-21rb) le modèle présentait de très fréquents traits picards que le copiste a « normalisés ». Par exemple c- initial a été corrigé en ch- (coses > choses, car > char… : voir la liste p. 13). De même, un lecteur/réviseur est intervenu de nombreuses fois dans ces mêmes feuillets (cf. p. 14), tant pour corriger des coquilles que pour effacer des traits régionaux évidemment jugés comme trop marqués (voir aussi la liste des interventions dans le « medical compendium » p. 15-17 où sont données sur le même plan les corrections de lapsus calami que les interventions sur des traits dialectaux).

6Signalons pour conclure la bibliographie réunie aux p. 281-283 et les indices (auteurs et œuvres médiévales, auteurs modernes, sujets (8 entrées), manuscrits cités) aux p. 285-287.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maria Colombo Timelli, « Old French Medical Texts », Perspectives médiévales [En ligne], 34 | 2012, mis en ligne le 06 octobre 2012, consulté le 23 août 2017. URL : http://peme.revues.org/2378

Haut de page

Auteur

Maria Colombo Timelli

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page