Navigation – Plan du site
État de la recherche
Positions de thèse

Carine Giovénal, Du bestournement au renouvellement. La construction du personnage chez Raoul de Houdenc (xiiie siècle)

thèse de doctorat préparée sous la direction de Mme Chantal Connochie-Bourgne, soutenue le 3 décembre 2011 à l’université de Provence-Aix-Marseille I
Carine Giovénal
Référence(s) :

Carine Giovénal, Du bestournement au renouvellement. La construction du personnage chez Raoul de Houdenc (xiiie siècle), thèse de doctorat préparée sous la direction de Mme Chantal Connochie-Bourgne, soutenue le 3 décembre 2011 à l’université de Provence-Aix-Marseille I

Notes de la rédaction

Jury composé de Mesdames Chantal Connochie-Bourgne (professeur émérite à l’université de Provence-Aix-Marseille I), Danièle James-Raoul (professeur à l’université Michel de Montaigne-Bordeaux III), Valérie Naudet (professeur à à l’université de Provence-Aix-Marseille I), Christine Ferlampin-acher (professeur à l’université de Haute Bretagne-Rennes II) et Monsieur Jean-Marie Fritz (professeur à l’université de Bourgogne).

Texte intégral

  • 1 L’expression apparaît notamment dans The Legacy of Chrétien de Troyes, éd. Norris J. Lacy, Douglas (...)

1« Épigone de Chrétien de Troyes », telle est l’expression couramment employée pour désigner Raoul de Houdenc, auteur français de la première moitié du xiiie siècle1. Comme nombre de romanciers de son temps, il vit dans l’ombre du maître champenois qui cristallisa les contes de Bretagne. Son roman arthurien, Meraugis de Portlesguez, reprend d’ailleurs les personnages et situations connus et mis à l’honneur par son prédécesseur. Sa production littéraire s’avère, de surcroît, disparate : on lui attribue un Dit d’une centaine de vers, Le Roman des Eles, traité didactique d’environ six cents vers, Le Songe d’Enfer, récit-pèlerinage vers l’au-delà, et le Meraugis cité ci-dessus. Pourtant, l’étude de ce corpus a révélé une originalité d’écriture et de pensée littéraire des plus complexes, originalité que cette thèse s’emploie à analyser et à démontrer.

  • 2 Philippe Walter, « Compte rendu de Madelyn Timmel Mihm, The « Songe d'Enfer » of Raoul de Houdenc: (...)
  • 3 Dictionnaire des lettres françaises (Le Moyen Âge), édition entièrement revue et mise à jour sous l (...)
  • 4 Philippe Walter, art. cit. Concernant les dates d’écriture supposées des différentes œuvres, voir i (...)
  • 5 L’ensemble des éditions et manuscrits de ces quatre œuvres est cité en bibliographie. Les éditions (...)
  • 6 Les quatre œuvres mentionnent clairement leur auteur dans le texte. Meraugis : « Cis contes faut, s (...)
  • 7 Cf. « Raoul de Houdenc est-il l’auteur de La Voie de Paradis et de La Vengeance Raguidel ? », Roman (...)

2On sait peu de choses sur Raoul de Houdenc. Selon Philippe Walter, « il aurait été clerc ou moine mendiant, bourgeois ou jongleur errant, ménestrel ou… clerc-jongleur, sans preuves décisives »2. L’article que lui consacre le Dictionnaire des lettres françaises du Moyen Âge nuance cette hypothèse : « Il mena, semble-t-il, d’après une allusion du Songe d’Enfer, une vie pauvre et errante et le panégyrique de Largesse (générosité) revient plus d’une fois sous sa plume. Il faut conclure avec L. Foulet qu’il n’était pas moine »3. Mais déduire la vie d’un auteur d’après ses propos tenus dans son œuvre, même si celle-ci est écrite à la première personne, est des plus aléatoire. Considéré, selon les mots de Philippe Walter, comme « le neveu de Pierre le Chantre, cantor de Notre-Dame de Paris, né vers 1165-1170 et mort vers 1221-1230, ce petit hobereau serait bien l’auteur de Meraugis de Portlesguez, du Roman des Eles, d’un dit allégorique (Le Borjois Borjon) et du Songe d’Enfer qui constituerait sa dernière œuvre composée vers la fin de l’année 1214 ou le début de 1215 »4. Ce corpus attribué à Raoul est celui que nous avons retenu pour notre étude : ces quatre œuvres5, de l’avis de la majorité des critiques, et malgré leurs différences thématiques et formelles, sont bien de la main de Raoul de Houdenc6. En revanche, nous avons choisi de ne pas inclure deux œuvres qui lui sont parfois attribuées : La Vengeance Raguidel et La Voie de Paradis, suivant en cela les conclusions de l’étude d’Alexandre Micha7. Ne nous y trompons pas, nous n’avons pas la prétention d’affirmer ici que La Vengeance Raguidel et La Voie de Paradis ne sont pas de Raoul de Houdenc. Les deux hypothèses sont également recevables et dignes de respect. Cependant, cette attribution étant sujette à controverses, il m’a semblé plus prudent de ne pas inclure ces deux œuvres dans un corpus constitué d’œuvres formellement identifiées comme étant de main « houdanesque ».

3 L’étude de ces quatre œuvres permet de mettre en évidence un terme qui en sera le fil conducteur : le bestournement. Dans son œuvre, Raoul de Houdenc bestourne, tord, détourne les personnages, les motifs, les intrigues classiques du monde arthurien mis à l’honneur par Chrétien de Troyes, mais non pas dans un but gratuit ou pour devenir un nouvel imitateur, continuateur ou disciple du maître champenois : il veut donner à son écriture sa propre voie, son originalité, sa senefiance personnelle. C’est à démontrer cette senefiance que j’ai choisi de m’attacher. Montrer comment, malgré l’aura éclatante de Chrétien de Troyes qui relègue dans l’ombre ceux, anonymes ou non, qui ont choisi de rédiger un roman arthurien, Raoul de Houdenc a réussi à créer un personnage et un univers proprement houdanesques, à se poser comme un auteur neuf et unique, et non simplement comme « le disciple de ».

4La mise en résonnance de ces quatre textes m’a peu à peu permis de dégager un réseau d’idées, de style, de sen tendu entre les quatre œuvres, pour les rassembler en un ensemble cohérent et progressif, déclinant une pensée auctoriale précise et originale. D’une œuvre à l’autre, le raisonnement houdanesque s’enrichit, s’amplifie, puise dans ses travaux antérieurs pour nourrir les suivants.

5La question de la chronologie de composition des œuvres houdanesques a été importante : si les quatre œuvres se répondent et s’enrichissent les unes les autres, l’ordre dans lequel elles ont été rédigées est fondamental. Or, à ce jour, la question n’est pas tranchée. Gilles Roussineau estime que Le Dit date d’avant 1215 ; Keith Busby situe Le Roman des Eles vers 1210-20, Gilles Roussineau avant 1215 ; Le Songe d’Enfer aurait été rédigé vers 1210 selon Armand Strubel, avant 1215 selon Gilles Roussineau, en 1214-15 selon Philippe Walter et Anthime Fourrier. Enfin, la rédaction du Meraugis est communément située dans le premier tiers du xiiisiècle : Alexandre Micha estime qu’il serait antérieur au Songe d’Enfer, donc antérieur à 1215 si l’on retient cette date. Cependant, un élément nous oblige à écarter cette proposition : les rapports évidents entretenus par Meraugis avec le Lancelot en prose, qui laissent à penser que Meraugis parodie le roman en prose comme il parodie les romans de Chrétien de Troyes. J’ai dû faire le choix d’une chronologie basée tant sur l’ampleur et la complexité des textes que sur les thèmes qu’ils reprennent et amplifient. Le Dit, récit fort court, apparaît en tête de la production littéraire de Raoul, premier essai d’écriture allégorique et satirique qui sera amplifié et abouti dans Le Songe d’Enfer ; le combat entre Honneur et Honte, relaté dans Le Dit, sera un des thèmes récurrents de Meraugis. Je propose en deuxième place Le Roman des Eles, où la description allégorique se développe en mettant l’accent sur les vertus du chevalier — ces vertus que Le Dit lui prêtait peu avant — et qui ouvre des interrogations sur largesse et cortoisie qui réapparaîtront dans Meraugis. Le Songe d’Enfer poursuit la maîtrise de l’écriture allégorique en la faisant passer du plan descriptif au plan narratif, et en l’intégrant dans le procédé du songe-cadre et de la peregrinatio vers l’au-delà, fort prisée au xiiie siècle ; on y retrouve également les vices personnifiés et la satire sociale en germe dans Le Dit. Enfin, Meraugis de Portlesguez, l’œuvre la plus aboutie, viendrait logiquement en conclusion : le lecteur y retrouve sous une forme achevée le combat entre Honneur et Honte commencé dans Le Dit, le débat sur les vertus et les défauts du chevalier du Roman des Eles, la complexité des caractères du Songe d’Enfer, la distorsion entre les idéaux chevaleresques et les compromissions imposées par la société et les travers des hommes, et enfin ce bestournement généralisé du monde que dénonçait déjà Le Dit, et qui oblige les personnages à composer pour survivre.

* * *

6 Le personnage est au cœur de mon projet de recherche. J’ai choisi de mettre l’accent sur le personnage en tant que reflet d’une personne, construction littéraire qui emprunte tout ou partie de leurs caractéristiques à l’être humain existant à l’époque de Raoul de Houdenc. Il m’intéressait de voir si les héros houdanesques se cantonnaient à des types ou figures stéréotypés, ou si Raoul de Houdenc avait réussi à faire amener ses héros vers un nouveau stade littéraire.

  • 8 Danièle James-Raoul, Chrétien de Troyes ou la griffe d’un style, Champion, Paris, 2007.
  • 9 Michelle Szkilnik, « Méraugis et la Joie de la Cité », La Tentation du parodique dans la littératur (...)

7Ma thèse se présente en trois parties. Étant donné les antécédents des personnages arthuriens – Arthur, Guenièvre, Gauvain, les demoiselles... – apparaissant dans le Meraugis, texte le plus important, du point de vue quantitatif, du corpus, la première partie de ce travail devait impérativement s’appuyer sur une méthode comparatiste. Le 1er chapitre s’est donc attaché à relever, classer et analyser la reprise, parodie ou pastiche des personnages arthuriens référentiels, ainsi qu’à étudier les deux seuils du roman, prologue et incipit qui annoncent la volonté de l’auteur de s’inscrire en faux dans le schéma d’un roman arthurien de type Chrétien de Troyes. Pour ses personnages-références bien connus du lecteur-auditeur, Raoul s’ingénie à brouiller les repères en reprenant arbitrairement des traits connus — l’absence de réaction du roi qu’on retrouve dans Le Chevalier de la charrette ou Le Conte du Graal, le mauvais esprit de Keu — auxquels il joint des caractéristiques inédites — le sens de le mesure pour Keu, l’assurance de Guenièvre face à son époux. Le 2e chapitre est consacré aux motifs récurrents du roman arthurien, du tournoi à l’errance du héros en passant par les portraits, motifs systématiquement déformés et caricaturés. Le résultat de ce travail de bestournement est celui d’un roman à la tonalité comique et ironique, dans lequel les poncifs tournent à vide et où le jeune chevalier ne peut plus, à l’instar de Perceval, faire ses preuves et acquérir gloire et valeur guerrière. L’ouvrage de Mme James-Raoul, Chrétien de Troyes ou la griffe d’un style8, et les analyses de Mme Michelle Szkilnik, que ce soit tout au long de l’œuvre et dans son article « Méraugis et la Joie de la Cité »9, ont été mes principales références pour comprendre les relations entre le roman houdanesque et ses nombreux hypotextes.

  • 10 Mircea Eliade, Initiation, rites, sociétés secrètes. Naissances mystiques. Essai sur quelques types (...)
  • 11 The Legacy of Chrétien de Troyes, éd. Norris J. Lacy, Douglas Kelly et Keith Busby, 1987, Amsterdam (...)
  • 12 Maria del Mar Fernandez Vuelta, Raoul de Houdenc. La identidad de un autor y su obra, Barcelona, Pu (...)
  • 13 Kirstin L. Burr, « Defining the Courtly Lady : Gender Transgression and Travertism in Meraugis de P (...)
  • 14 Gianfelice Peron, « Raoul de Houdenc e la laicizzazione dell’allegoria », Simbolo, metafora, allego (...)
  • 15 Hans Robert Jauss, « La transformation de la forme allégorique entre 1180 et 1240 : d’Alain de Lill (...)

8Le personnage houdanesque ne se limite pourtant pas à décrire un type nouveau qui serait celui du chevalier arthurien caricatural. Le héros éponyme du Meraugis connaît une véritable évolution, à l’image d’un individu existant, confirmant les thèses du personnage-représentation évoquées plus haut. Dans le chapitre 3, j’ai donc réanalysé Meraugis sous l’angle de l’apprentissage et de l’initiation : le jeune chevalier passe par une période métaphorique d’enfance durant laquelle il se montre indiscipliné, peu averti et incapable d’agir seul, dépendant d’une figure maternelle qui n’est autre que la dame qu’il veut conquérir, Lidoine. Je me suis ici principalement appuyée sur les analyses de Mircea Eliade10, de Norris J. Lacy11, et de Maria del Mar Fernandez12. Pour passer au stade supérieur de son identité, le chevalier doit subir différents rites initiatiques : sexualité, passage par une mort symbolique, solitude, combat contre un adversaire qui n’est autre que son double perverti. Alors, Méraugis atteint l’âge adulte et la plénitude ses capacités chevaleresques : des capacités qui ne s’appuient pas seulement sur la prouesse guerrière, mais aussi sur l’engin, qualité — ou défaut — typiquement féminin. Le chapitre 4 montre en effet comment le couple courtois formé par Méraugis et Lidoine, loin de reposer sur l’inégalité en faveur de la dame comme le montrait Le Chevalier à la charrette, opère une bascule des pouvoirs pour mettre les amants sur un pied d’égalité. Comme le montrent les études de Norris J. Lacy, mais aussi celles de Kristin L. Burr13, ce roman houdanesque qui semblait de prime abord accorder une primauté aux personnages féminins valorise en réalité les relations bilatérales : si le jeune chevalier a dû progresser pour mériter l’amour de sa dame, celle-ci a dû elle aussi descendre de son piédestal pour se construire en tant que femme et amante. Le chapitre 5 est consacré à cette vision neuve qu’a Raoul de la courtoisie et de l’amour, et sur les objectifs qu’il fixe à ses propres « êtres de papier ». Les analyses de Gianfelice Peron14 et de Hans Robert Jauss15 m’ont été ici précieuses. La construction allégorique du chevalier idéal dans Le Roman des Eles dessine une des lignes de force de la pensée houdanesque : le bonheur est à rechercher ici-bas, dans le monde terrestre et non célestiel. L’étude du Dit révèle le mal qui gangrène ce monde terrestre et comment les personnages sont contraints d’évoluer et de composer avec ce mal pour progresser et s’imposer.

  • 16 Jacques Le Goff, Le Moyen Âge et l’Argent, Perrin, Paris, 2010 et La Naissance du purgatoire, Galli (...)
  • 17 Histoire de la vie privée, tome 2 : De l’Europe féodale à la Renaissance, sous la direction de Phil (...)
  • 18 Personne, personnage et transcendance aux xiie et xiiie siècles, éd. M.-E. Bély et J. Valette, Pres (...)
  • 19 Pierre Drogi, « La crise amauricienne et ses répercussions en littérature (paradis et enfer autour (...)
  • 20 Fabienne Pomel, Les Voies de l’au-delà et l’essor de l’allégorie au Moyen Âge, Champion, Paris, 200 (...)
  • 21 Armand Strubel, Allégorie et Littérature au Moyen Âge : grant senefiance a, Champion, Paris, 2002.
  • 22 Chantal Connochie-Bourgne, « Comment dire le vrai en langue vulgaire », Actes du colloque Sommeil, (...)

9La 3e partie de ma thèse déborde du champ littéraire pour mettre les personnages en relation avec l’histoire, la religion, la société, la philosophie et les mœurs du xiiie siècle, et pour montrer comment le personnage littéraire rejoint la personne réelle. Je dois ici beaucoup aux travaux de Jacques Le Goff16, Philippe Ariès et Georges Duby17, ainsi qu’aux études réunies par Marie-Étiennette Bély et Jean-René Valette Personne, personnage et transcendance aux xiie et xiiie siècles18. Le chapitre 6 s’attache à redéfinir les valeurs courtoises. Les principes manichéens et platoniciens chers à la mentalité médiévale sont rejetés : les personnages houdanesques ne conjuguent plus beauté et bonté, ou laideur et cruauté. Raoul crée des êtres hybrides, complexes et ambigus, en phase avec la société trompeuse décrite dans Le Dit, gangrénée par le règne nouveau de l’argent. Dans le chapitre 7, le chevalier Méraugis, indépendant et individualiste, est représentatif d’une période qui commence à promouvoir l’individu : Méraugis est un chevalier sans lignage, sans terre, sans roi, qui combat pour lui-même et non pour une communauté, fût-elle celle de la Table Ronde. Celui qu’une lecture rapide pouvait confondre avec un Lancelot ou un Perceval dégradé se révèle en réalité en phase avec la société de son temps. Également, derrière la prise de pouvoir exagérée des femmes, on peut percevoir une valorisation de la figure féminine qui va à l’encontre de la misogynie de l’époque, mais s’accorde avec le tempérament frondeur de notre auteur. Cette subversion trouve son aboutissement dans Le Songe d’Enfer auquel est consacré le huitième et dernier chapitre. Pour ce dernier chapitre, je me suis notamment appuyée sur les travaux de Pierre Drogi19, Fabienne Pomel20, Armand Strubel21 et Chantal Connochie-Bourgne22. Avec son rêve-pèlerinage relaté à la première personne, Raoul de Houdenc propose des vices vertueux, un Belzébuth charmant et un banquet anthropophage qui prend au pied de la lettre, pour mieux les ruiner, les menaces bibliques concernant les châtiments post-mortem. Là encore, la parodie n’est qu’un prétexte : c’est de la société de son temps que Raoul fait la satire. Dans quel but ? Dédramatiser un enfer dont les hommes du xiiie siècle avaient véritablement peur ? Ou remettre en cause, sous le couvert de la fable comique, une pensée religieuse fondamentale qui fait de l’enfer un lieu géographique, quand Raoul semble en faire un lieu spirituel, en accord avec certains courants hérétiques de son temps ?

* * *

10Au travers de cette étude, j’ai tenté de montrer comment Raoul de Houdenc, épigone, disciple, continuateur de Chrétien de Troyes, méritait le titre d’auteur à part entière. Loin de renier son prédécesseur et ce qu’il lui doit, Raoul s’inspire de son œuvre pour créer la sienne. Il agit en cela dans la plus pure tradition médiévale, celle de la réécriture, tradition que Chrétien lui-même avait suivie. Allant à contre-courant des grands cycles en prose qui commencent à se développer, il prend le parti de la parodie et du comique. Il choisit d’écrire « à côté », et son travail de bestournement de l’univers arthurien est un florilège des techniques de reprise narrative et narratologique.

11Mais l’originalité houdanesque ne réside pas tant dans son talent à parodier les schémas et les personnages arthuriens que dans sa capacité à faire résonner entre elles des œuvres à première vue hétéroclites, mais pourtant liées par une continuité thématique : l’évolution du personnage et son pouvoir de référence à des êtres réels. Une autre affirmation ressort : Raoul de Houdenc s’est servi de la voie de la fable pour exprimer sa vérité. À une époque où émettre une voix discordante devenait périlleux, il a su utiliser la fiction et son adjuvant, le personnage, pour pointer du doigt la personne de chair. Ses récits sont ancrés dans l’observation de son temps, et à travers ses acteurs il encourage son lecteur à trouver son chemin dans le monde et les êtres qui l’entourent.

12Les quatre œuvres houdanesques se répondent et se complètent. Raoul a décomposé sa pensée et semé des indices pour la reconstituer. Ses œuvres fonctionnent par paires modelables : Le Dit et Le Songe d’Enfer peignent une vision sombre de l’homme et de la société, Le Roman des Eles et Meraugis sont portés par un ton optimiste qui poussent le personnage vers un idéal — idéal terrestre, digne de l’homme, idéal à portée de main. Le combat entre Honneur et Honte, au cœur du Dit, trouve sa résolution dans Meraugis, où les personnifications monolithiques ont cédé la place à des êtres plastiques en adéquation avec leur temps. Le Songe d’Enfer, satire religieuse qui remet en cause un des principes fondamentaux du christianisme, le devenir de l’âme post mortem, forme un diptyque inversé avec Meraugis, roman où la seule évocation de Dieu renvoie le personnage à sa solitude ici-bas – une solitude déjà présente dans Le Songe d’Enfer, où l’auteur/narrateur/personnage chemine seul sans rédemption au bout de sa route. Ces échos intratextuels suscitent une intertextualité : Le Songe d’Enfer sera le pivot d’autres grandes œuvres allégoriques – Le Tornoiement Antéchrist, Le Roman de la Rose – et Meraugis pose les bases de l’antihéros que nous retrouverons au xvie siècle avec le Don Quichotte de Cervantès.

Haut de page

Notes

1 L’expression apparaît notamment dans The Legacy of Chrétien de Troyes, éd. Norris J. Lacy, Douglas Kelly, et Keith Busby, Rodopi, Amsterdam, 1987, 2 volumes.

2 Philippe Walter, « Compte rendu de Madelyn Timmel Mihm, The « Songe d'Enfer » of Raoul de Houdenc: An Edition Based on All the Extant Manuscripts, 1984 », Cahiers de Civilisation Médiévale XXX-1, Université de Poitiers, Poitiers, 1987, p. 96.

3 Dictionnaire des lettres françaises (Le Moyen Âge), édition entièrement revue et mise à jour sous la direction de Geneviève Hasenohr et Michel Zink, [première édition Fayard, Paris, 1964 ; réédition 1994], art. Raoul de Houdenc, p. 1235-37.

4 Philippe Walter, art. cit. Concernant les dates d’écriture supposées des différentes œuvres, voir infra.

5 L’ensemble des éditions et manuscrits de ces quatre œuvres est cité en bibliographie. Les éditions de référence pour la présente étude sont les suivantes : Raoul de Houdenc, Meraugis de Portlesguez, Roman arthurien du xiiie siècle, publié d’après le manuscrit de la Bibliothèque du Vatican, édition bilingue, publication, traduction, présentation et notes par Michelle Szkilnik, Paris, Champion 2004 ; The Songe d’Enfer of Raoul de Houdenc, an ed. based on all the extant manuscripts by Madelyn Timmel Mihm, Tübingen, Max Niemeyer, 1984 ; Le Roman des Eles and the Anonymous Ordene de Chevalerie: Two Early Old French Didactic Poems, critical editions with introductions, notes, glossary and translations by Keith Busby, Amsterdam, J. Benjamins, 1983 ; pour le Dit : Lewis Thorpe, « Raoul de Houdenc : a possible new poem », Modern Language Review 47, London, 1952, p. 512-515 et Thomas Wright, « Anecdota literaria ». A collection of short poems in English, Latin and French, illustrative of the literature and history of England in the thirteenth century and more especially of the condition and manners of the different classes of society. Edited from manuscripts at Oxford, London, Paris and Berne, London, J. R. Smith / Paris, C. Borrani, 1844.

6 Les quatre œuvres mentionnent clairement leur auteur dans le texte. Meraugis : « Cis contes faut, si s’en delivre / Raoul de Houdenc qui cest livre / Conmença de ceste matire » (v. 5892-94) ; Le Songe d’Enfer : « Raouls de Houdaing, sanz mençonge, / Qui cest fablel fist de son songe » (v. 677-78) ; Le Roman des Eles : « De ceus dist Raouls de Houdanc » (v. 57) ; Le Dit : « Raöls de Hosdaing commence » (v. 9).

7 Cf. « Raoul de Houdenc est-il l’auteur de La Voie de Paradis et de La Vengeance Raguidel ? », Romania 68, Paris, 1945, p. 316-360, repris dans De la chanson de geste au roman, Droz, Genève, 1976, p. 487-531.

8 Danièle James-Raoul, Chrétien de Troyes ou la griffe d’un style, Champion, Paris, 2007.

9 Michelle Szkilnik, « Méraugis et la Joie de la Cité », La Tentation du parodique dans la littérature médiévale, sous la direction d’Élisabeth Gaucher, Cahiers de Recherches Médiévales 15, Champion, Paris, 2008, p. 113-127.

10 Mircea Eliade, Initiation, rites, sociétés secrètes. Naissances mystiques. Essai sur quelques types d’initiation, Paris, Gallimard, « Folio Essais », 1992, [première éd. en français 1959].

11 The Legacy of Chrétien de Troyes, éd. Norris J. Lacy, Douglas Kelly et Keith Busby, 1987, Amsterdam, Rodopi, 2 volumes.

12 Maria del Mar Fernandez Vuelta, Raoul de Houdenc. La identidad de un autor y su obra, Barcelona, Publicaciones de la Universidad de Barcelona, 1993 et Raoul de Houdenc. His Identity as Autor and the Identity of his Work », Dissertation Abstracts International 55, 343C, 1994-1995.

13 Kirstin L. Burr, « Defining the Courtly Lady : Gender Transgression and Travertism in Meraugis de Portlesguez », Bulletin Bibliographique de la Société Internationale Arthurienne 53, 2001, Paris, p. 378-392.

14 Gianfelice Peron, « Raoul de Houdenc e la laicizzazione dell’allegoria », Simbolo, metafora, allegorica, Actes du IVe colloque italo-allemand, Padova, Liviana Editrice, 1980, p. 107-121.

15 Hans Robert Jauss, « La transformation de la forme allégorique entre 1180 et 1240 : d’Alain de Lille à Guillaume de Lorris », L’Humanisme médiéval dans les littératures romanes du xiie au xive siècle, Colloque organisé par le Centre de Philologie et de Littératures romanes de l’Université de Strasbourg du 29 janvier au 2 février 1962, Actes publiés par Anthime Fourrier, Klincksieck, Paris, 1964, p. 107-144.

16 Jacques Le Goff, Le Moyen Âge et l’Argent, Perrin, Paris, 2010 et La Naissance du purgatoire, Gallimard, Paris, 1981.

17 Histoire de la vie privée, tome 2 : De l’Europe féodale à la Renaissance, sous la direction de Philippe Ariès et de Georges Duby, Seuil, Paris, 1985.

18 Personne, personnage et transcendance aux xiie et xiiie siècles, éd. M.-E. Bély et J. Valette, Presses Universitaires de Lyon, 1999.

19 Pierre Drogi, « La crise amauricienne et ses répercussions en littérature (paradis et enfer autour des années 1215-1240 environ) », Miscellanea medievalia, publication du Thomas-Institut de l’université de Cologne, éd. Jean A. Aestern, vol. 27, Berlin-New York, 2000, p. 335-361.

20 Fabienne Pomel, Les Voies de l’au-delà et l’essor de l’allégorie au Moyen Âge, Champion, Paris, 2001.

21 Armand Strubel, Allégorie et Littérature au Moyen Âge : grant senefiance a, Champion, Paris, 2002.

22 Chantal Connochie-Bourgne, « Comment dire le vrai en langue vulgaire », Actes du colloque Sommeil, songes et insomnies, CELAM (Rennes 2) et Université de Bretagne occidentale–Rennes 2, 28-29 septembre 2006, Perspectives Médiévales, Gemenos, SLLMOO, 2008, p. 91-106.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Carine Giovénal, « Carine Giovénal, Du bestournement au renouvellement. La construction du personnage chez Raoul de Houdenc (xiiie siècle) », Perspectives médiévales [En ligne], 34 | 2012, mis en ligne le 11 septembre 2012, consulté le 26 avril 2017. URL : http://peme.revues.org/2451

Haut de page

Auteur

Carine Giovénal

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page