Navigation – Plan du site
État de la recherche
Positions de thèse

Clémence Revest, Romam veni. L’humanisme à la curie de la fin du Grand Schisme, d’Innocent VII au concile de Constance (1404-1417)

thèse de doctorat en cotutelle sous la direction de Mme Élisabeth Crouzet-Pavan et M. Jean-Claude Maire Vigueur, soutenue le 16 juin 2012 à l’université de Paris-Sorbonne
Clémence Revest
Référence(s) :

Clémence Revest, Romam veni. L’humanisme à la curie de la fin du Grand Schisme, d’Innocent VII au concile de Constance (1404-1417), thèse de doctorat en cotutelle sous la direction de Mme Élisabeth Crouzet-Pavan et M. Jean-Claude Maire Vigueur, soutenue le 16 juin 2012 à l’université de Paris-Sorbonne.

Notes de la rédaction

Jury composé de Mesdames et Messieurs Concetta Bianca (professore ordinario, Università degli Studi di Firenze), Élisabeth Crouzet-Pavan (professeur à l’université de Paris-Sorbonne), Carla Frova (professore ordinario all’università di Roma La Sapienza), Jean-Claude Maire Vigueur (professore ordinario all’università di Roma Tre), Hélène Millet (directrice de recherches au CNRS), Jacques Verger (professeur à l’université de Paris-Sorbonne).

Texte intégral

1La présente thèse de doctorat consiste en une enquête globale sur le développement de l’humanisme dans le contexte du retour de la cour pontificale en Italie, au moment d’une crise majeure, le Grand Schisme d’Occident. Notre travail se propose, avant toute chose, de nouer les fils de deux histoires généralement conçues comme distinctes et d’en éclairer les interactions. Il s’agit, d’une part, de l’émergence, au tournant du xve siècle, d’une génération d’intellectuels que l’on considère comme les représentants d’un humanisme arrivé à pleine maturité après un siècle et demi de gestation et, d’autre part, de la réinstallation du pouvoir pontifical à Rome, une entreprise politique dont la première phase fut marquée par une longue et fort complexe lutte pour l’unité et la stabilité. Le point de départ d’une telle investigation fut le constat, déjà exprimé par de nombreux spécialistes, que les deux dernières décennies du schisme, et notamment le pontificat d’Innocent VII, ont été caractérisées par la présence à la curie urbaniste (puis pisane à partir de 1409) de plusieurs protagonistes du mouvement humaniste en genèse, tels Leonardo Bruni, Poggio Bracciolini, Pier Paolo Vergerio l’Ancien, Antonio Loschi, Gasparino Barzizza ou encore Cencio dei Rustici. L’étroitesse des liens entre pouvoir papal, culture humaniste et administration curiale a en outre été soulignée avec insistance par l’historiographie dès le xixe siècle pour ce qui concerne le siècle qui suivit l’élection de Martin à Constance : le jalon liminaire de cette association féconde restait donc à explorer. Nous avons tâché d’analyser plus précisément ce moment historique non seulement comme une saison déterminante de l’humanisme curial, mais aussi et plus largement comme un motif significatif des processus socio-politiques et idéologiques qui permirent à l’humanisme de s’affirmer comme une culture des dominants, particulièrement au sommet de la hiérarchie ecclésiastique. L’un des principaux parti-pris méthodologiques de cette étude consiste dans le croisement de sources d’une nature aussi variée que possible, principalement constituées des écrits humanistes relatifs à la période (épistolaires, discours, chants poétiques, préfaces, écrits biographiques et opuscules théoriques, notamment) et des archives pontificales et conciliaires conservées pour les années 1404-1417 (lettres apostoliques, livres de compte, actes des conciles, cahiers notariés, etc.). Tel était à nos yeux le préalable nécessaire à la mise en place d’un dispositif d’enquête centré sur trois objectifs principaux : se dégager d’un emprise mémorielle consciemment produite par certains de ces lettrés, mesurer le poids réel du milieu humaniste dans l’institution curiale et son influence sur les mutations des pratiques administratives, et évaluer, enfin, les rapports entre l’activité privée de ces érudits, liée aux studia humanitatis, et leur activité publique au service du pouvoir pontifical en crise. Comprendre, au fond, les rapports entre l’émergence de cette culture et le monde dans lequel elle s’est déployée.

2Le propos est organisé en trois parties accompagnées d’une série d’annexes complémentaires (tableaux prosopographiques, typologies des corpus rhétoriques et diplomatiques, éditions de documents d’archives et de pièces littéraires inédites). Y sont successivement étudiées la constitution d’un milieu savant, son insertion dans l’histoire et le fonctionnement de la curie au cours des pontificats d’Innocent VII, Grégoire XII, Alexandre V et Jean XXIII ainsi que durant les conciles de Pise et de Constance, et la composition d’un modèle rhétorique complet mis au service de la propagande pontificale.

3La première partie, intitulée « Portrait d’un groupe en mouvement », expose une réflexion d’ensemble sur la caractérisation du milieu humaniste en curie, en cherchant à dégager ses dynamiques et son homogénéité. La perspective est celle de l’émergence à plus grande échelle d’un mouvement culturel identitairement cohérent et appelé à largement se propager parmi les élites européennes : autrement dit, la promotion d’un habitus culturel qui devint une mode aristocratique puissamment attractive. Le premier chapitre est consacré au dénombrement et à la description du groupe d’individus concerné. Nous y posons les cadres de la recherche, en définissant tout particulièrement les critères d’une identification sous l’étiquette « humaniste » et les diverses pratiques savantes et sociales qui s’y rattachent. Nous concentrons d’abord notre attention sur les signes distinctifs d’une production érudite (genres littéraires, tics stylistiques, phraséologie), permettant d’établir une première liste d’auteurs. À cette première approche est ajoutée une exploration plus ample des types d’activité et des formes de sociabilité au cœur desquelles une telle création savante s’est inscrite et a pu prospérer. Il nous a semblé crucial en effet de faire ressortir différents degrés d’autorité et d’influence entre les auteurs et, surtout, de mettre au jour des pratiques de patronage, de transmission, de recherche ou encore de sympathie nécessaires au développement et à la propagation de la culture humaniste. L’examen d’un ensemble documentaire élargi (correspondances, dédicaces, oraisons funèbres, carmina et sources narratives) permet de cette manière de dégager une « constellation savante » de soixante-quatre personnes se déployant à partir d’un noyau de onze écrivains au poids prépondérant. Ce schéma d’ensemble est complété par une typologie présentant les principaux profils des membres de cette constellation, à travers l’évocation de quelques parcours individuels, de « la vieille-garde pétrarquiste » aux « jeunes loups », en passant par les « seconds couteaux », « l’élite bibliophile » ou encore les « admirateurs de l’ombre ».

4Le second chapitre dresse le constat que la curie de la fin du Grand Schisme a constitué un lieu fondamental de fabrication d’une identité partagée pour l’humanisme, en particulier à l’échelle de l’Italie centroseptentrionale, un constat qui va à l’encontre d’une historiographie souvent campaniliste. Par l’interpénétration des appartenances régionales et par l’interconnection de réseaux lettrés antérieurs (tels les cercles de disciples), la curie a joué le rôle de centre de ralliement et de point de fixation des dynamiques relationnelles : plusieurs graphiques illustrent ainsi les différentes superpositions engendrées par la venue de lettrés aux horizons différents. De plus, par la venue d’ambassades, les déplacements parfois contraints des pontifes et le maintien de la part de ces lettrés de leurs liens avec leurs espaces d’origine, le monde curial fonctionna aussi comme une interface mettant en relation plusieurs foyers majeurs de l’humanisme. Ce fut là un phénomène déterminant pour le développement d’un espace de dialogue et d’échange commun. Dans un deuxième temps de la réflexion, nous montrons qu’en même temps que ce brassage réticulaire était opéré, des repères identitaires communs commencèrent d’être constitués. Il s’agit d’abord de modes de désignation de soi, à travers l’emploi d’expressions figées comme l’emblématique studia humanitatis. Mais ce sont aussi des signes de l’existence d’une conscience de groupe, par l’affirmation d’un « nous » mutuellement reconnu : dans ce domaine, les trois chants attestant et relatant la tenue d’un concours poétique à la fin de l’été 1406 entre plusieurs des protagonistes de ce milieu, se désignant réciproquement et se renvoyant leurs éloges, marquent à nos yeux un jalon remarquable. Notre intérêt s’est de surcroît porté vers un certain nombre de manuscrits contenant des assemblages de textes relevant du « mélange humaniste » et constitués dans le cadre de la curie de la fin du Grand Schisme. Du carnet de bord à la compilation sérielle, ils sont le support d’un processus de longue portée qui consiste dans la standardisation d’un répertoire savant, à travers la fixation et la mise en circulation de modèles communs.

5Le troisième chapitre aborde la question de l’édification et de l’influence d’un « mythe des origines » créé a posteriori de notre période par quelques-uns de ces lettrés, qui ont eux-mêmes mis en scène sous un jour triomphant les débuts de leurs carrières. Nous mettons d’abord en lumière les voies par lesquelles l’humanisme s’est doté d’un puissant imaginaire de soi qui a contribué à déterminer sa représentation en mouvement scandé de figures héroïques. Ce phénomène doit être compris dans le contexte de l’émergence d’une écriture de l’histoire fondée sur l’idée du retour d’un âge d’or et appuyée sur des outils narratifs de nature autobiographique, tels que les recueils épistolaires d’auteur. L’édification de ce récit idéal établit comme un écran mémoriel entre l’historien et son objet, écran qui est à l’origine de « cadres imposés » dans la représentation des débuts de l’humanisme curial : il s’agit en particulier du poids démesuré accordé aux Florentins dans son émergence et de l’exaltation d’un temps de conquête, sorte de premier tremplin vers la gloire de ceux qui devinrent des autorités intellectuelles dans l’Italie des années 1430-1440. Un tel constat nous conduit à réévaluer, dans un second temps, un certain nombre de présupposés nés de cette élaboration mythique, à commencer par la valeur paradigmatique généralement accordée à la figure de Bruni, dont l’ascension sociale et les intérêts idéologiques sont en réalité fort loin de représenter l’ensemble de ses pairs. Plus encore, nous avons cherché à montrer qu’à l’époque où nous l’étudions l’humanisme est, plutôt qu’une culture triomphante, une avant-garde ; autrement dit, un mouvement encore non-académique et minoritaire, mais dont la production s’est a posteriori largement diffusée et dont certains membres sont devenus par la suite des figures consensuelles.

6La deuxième partie, constituée des quatrième et cinquième chapitres, est intitulée « Faire carrière en temps de crise. L’humaniste en homme d’appareil ». Elle est consacrée à l’étude des articulations entre les trajectoires individuelles des humanistes au sein de l’administration pontificale et les évolutions politiques et institutionnelles de la papauté réinstallée en Italie, au cours d’un temps de profonde instabilité. Le quatrième chapitre met d’abord en valeur quelques grands motifs de leur expérience politique et de leur apprentissage de la pratique institutionnelle dans un contexte de crise intense. Nous y soulignons un premier aspect essentiel, qui est que le regroupement de ces lettrés à la curie ne fut le fruit ni d’une politique culturelle de longue haleine de la papauté ni d’un irrésistible pouvoir d’attraction de l’Urbs sur des érudits assoiffés d’Antiquité, mais plutôt l’effet d’un concours de circonstances appuyé par les efforts de quelques grandes personnalités, Pierre de Candie et Cosma Migliorati au premier chef. Pour ceux qui n’étaient pas romains, la venue à la curie ne fut en outre qu’un choix par défaut, parce que les perspectives d’emploi et de carrière dans leurs régions d’origine n’étaient pas satisfaisantes ou que les recompositions politiques italiennes les avaient contraints à reconquérir leur positions perdues. L’engagement des humanistes dans la crise pisane constitue le second moment de cette réflexion. Loin d’être de simples observateurs, ces derniers furent en effet partie prenante de la révolte, de l’éclatement du scandale à l’élection d’Alexandre V. Leur condition de curialistes fit d’eux des témoins et des porte-paroles clés, ce que quelques-uns surent avec clairvoyance mettre à profit. De façon logique, le troisième et dernier moment est consacré au temps du Concile de Constance, plus précisément à l’implication des humanistes dans le déroulement du processus d’union et à l’impact de ce moment complexe d’éloignement sur le développement de l’humanisme curial. Nous mettons ainsi en lumière les étapes principales d’une rupture générale, de la fuite de Jean XXIII à l’élection de Martin V, qui vit certains de ces lettrés faire preuve d’un opportunisme à tout crin. Une œuvre tout à fait méconnue est présentée, le Libellus penarum, rédigé par Benedetto da Piglio lors de son séjour en prison à Neuchâtel, au moment où se déroulait le concile. Ce « journal carcéral » constitue un extraordinaire exemple d’écriture autobiographique, à la valeur littéraire et anthropologique duquel s’ajoute l’intérêt d’une expérience individuelle directement liée aux événements du schisme.

7Le cinquième chapitre porte plus spécifiquement sur l’analyse des carrières administratives et cléricales des humanistes, à partir du dépouillement complet des archives pontificales et conciliaires pour la période. L’étude de leurs activités et statuts auprès du pouvoir pontifical nous a fourni un premier point d’ancrage. Après avoir exposé les principes méthodologiques de l’enquête prosopographique ainsi mise en place, nous nous efforçons d’apprécier le contenu et l’évolution des trajectoires individuelles, mais aussi d’évaluer dans une perspective d’ensemble le poids de leur activité dans l’administration pontificale. Nous décrivons un ensemble massivement orienté vers les postes structurels de la production diplomatique et de la gestion financière, jouant d’une très forte porosité entre Chambre et Chancellerie, et qui dispose en outre de voies d’accès privilégiées à des fonctions directoriales et auprès du consistoire. Une minorité agissante en somme, solidement installée dans les hauts rangs de la bureaucratie papale. Ce cadre général étant posé, nous mettons en lumière une orientation spécifique de l’investissement institutionnel des humanistes à la curie, qui constitue un phénomène particulièrement signifiant pour le développement d’une forme de sectorisation professionnelle propre aux figures majeures de ce mouvement culturel. Il consiste dans l’emprise relative qu’exercent un nombre limité mais très actif de ces lettrés sur la production de la correspondance politique et administrative de la papauté. Le rouage central de cette emprise est de manière manifeste leur mainmise progressive sur l’office de secrétaire pontifical, alors en cours de définition. Nous nous intéressons, dans un deuxième temps, à un enjeu central des carrières en curie, à savoir l’accès au « gouvernement par la grâce ». Un premier phénomène en est immédiatement ressorti, particulièrement mésestimé dans la manière habituelle d’appréhender les carrières des humanistes, à savoir leur participation massive au marché bénéficial, qui fut pour la plupart l’occasion de mettre la main sur de lucratives prébendes et pour certains le début d’une plus haute carrière cléricale. Le triple statut potentiel de familier, d’officier et de procureur permit en effet à une large fraction de ces individus de cumuler des provisions de bénéfices en leur propre faveur, mais elle fut aussi le moyen de cultiver un clientélisme masqué, grâce à la pratique de la resignatio in favorem tertii. Dans un dernier moment, la question de la constitution possible de fortunes personnelles est abordée : l’élément crucial à nos yeux est que, si les émoluments liés à un office permettent en principe de s’assurer un confortable revenu régulier, c’est la possibilité de multiplier les rémunérations, en particulier par le cumul des bénéfices, qui rendait la carrière en curie particulièrement attractive. Quelques humanistes surent habilement tirer parti de telles opportunités pour étendre leur patrimoine et asseoir localement leur position économique. Les stratégies immobilières menées par Antonio Loschi dans sa ville d’origine en parallèle de sa carrière comme secrétaire pontifical en sont un saisissant exemple : nous présentons à cette occasion le contenu d’une documentation fort peu étudiée, à savoir les divers actes notariés et diplomatiques contenus au sein de l’Archivio Loschi à Vicence.

8La troisième et dernière partie de la thèse, intitulée « Les orateurs de Saint-Pierre », porte l’attention sur les paramètres de définition d’un système réthorique complet et distinctif ainsi que sur ses usages et effets dans le cadre de la fin du Grand Schisme. Elle vise à éclairer le rôle joué par cette dimension spécifique dans l’élaboration à long terme d’une coopération féconde entre culture humaniste et pouvoir pontifical romain. Le sixième chapitre met l’accent sur l’« obsession de l’ethos » qui caractérise avant toute chose la rhétorique humaniste. Nous y rappellons que cet aspect essentiel est fondé sur la réactivation du paradigme de l’orator cicéronien, dont l’enjeu pour nos lettrés est la promotion d’un « métier intellectuel » conjuguant culture savante, exercice de l’éloquence et engagement politique. L’adaptation du paradigme s’est traduite par l’investissement symbolique de plusieurs stéréotypes éthiques appropriés à l’espace curial, dont trois sont particulièrement prégnants. La valorisation du secrétaire apostolique en éminence grise d’abord, un phénomène qui entre en résonance avec les processus institutionnels décrits dans le chapitre précédent. L’exaltation du « docteur de l’Église » abreuvé aux studia humanitatis ensuite, qui va de la relecture de la figure de saint Jérôme à l’héroïsation du cardinal Francesco Zabarella aux lendemains de son décès. L’éloge du prélat comme un « autre Mécène » enfin, dont un ensemble de suppliques poétiques inédites de Francesco da Fiano fournissent une spectaculaire illustration.

9Le chapitre suivant cherche à déterminer les caractéristiques et les applications d’une prose oratoire latine dite « classicisante », grâce à laquelle les rhéteurs humanistes ont cherché à se distinguer dans le paysage rhétorique de leur temps. Nous nous appliquons d’abord à définir les particularités de ce modèle rhétorique, à partir de la production personnelle de ces lettrés. La perspective est dans un premier temps théorique, à travers une réflexion sur la spécificité herméneutique de la « redécouverte de l’antiquité », puis elle se tourne vers la question de la pratique. L’étude des discours composés dans l’espace curial permet en effet de dégager les particularités stylistiques mais aussi argumentatives de ce système de persuasion en voie de formalisation : les procédés de mise en abyme du discours et le recours à l’argument d’autorité fondé sur l’aetas priscorum sont quelques-uns des traits saillants qui ont été relevés. Notre attention se porte ensuite sur les possibles adaptations de modèle au sein de la rigide diplomatique papale. À partir d’un dispositif d’enquête fondé sur l’étude des mentions hors teneur, un corpus de bulles attribuées à des secrétaires humanistes a été dégagé. L’analyse de ce corpus montre avant toute chose que ceux-ci pratiquent alors massivement le stylus curiae, modèle prestigieux d’ars dictaminis, et que par conséquent l’essor de la rhétorique « classicisante » a d’abord créé un important écart entre leur écriture privée et leur écriture publique. Cependant, quelques cas exceptionnels, qui sont le fruit d’expérimentations menées par Leonardo Bruni et Pier Paolo Vergerio, montrent que des espaces d’infiltration et de syncrétisme furent dès cette époque ébauchés, donnant lieu à d’étonnants hybrides stylistiques.

10Le huitième chapitre porte, enfin, sur la contribution idéologique des humanistes aux débats concernant les moyens de rénover l’institution ecclésiale. Située au cœur des réflexions historiographiques en cours touchant aux rapports complexes entre humanisme et Église, l’analyse dégage deux dimensions complémentaires de la participation de ce courant culturel à une vaste réflexion collective sur la réforme et le redressement d’un pouvoir miné par la crise. Nous nous intéressons dans un premier temps à la façon dont les humanistes ont su investir avec leurs propres modèles conceptuels l’impératif de moralisation et de pacification unanimement proclamé. Au-delà des motifs les plus traditionnels de dénonciation de la corruption ecclésiastique, on distingue en effet des orientations qui traduisent une appréhension spécifique des problèmes posés. L’apologie d’une éthique de la parole transparente et efficace en est un premier paramètre, qui éclaire notamment la pénétration par la rhétorique humaniste de la sphère de la prédication. La valorisation mémorielle de l’antiquité chrétienne et l’adaptation du thème de la congregatio fidelium, qui fut au centre de l’essor des théories conciliaires, en Respublica christianorum, nous sont de même apparus comme des aspects significatifs de la constitution d’un amalgame idéologique fécond, qui détermina la « voix » distincte de l’humanisme dans le concert fourni des appels à la réforme. Nous mettons au jour, dans un second temps, la façon dont l’idée de renaissance, à la lumière de l’aetas majorum, fut appliquée par ces mêmes lettrés au contexte pontifical et y trouva des voies de cristallisation conceptuelle particulièrement fertiles. Un rêve de puissance fut en effet développé, qui faisait des grands hommes de l’Antiquité des « aiguillons de vertu » dont les prélats furent invités à suivre l’exemple ; une idéologie de la monumentalisation de la gloire constitua le support de cet appel à la grandeur, dont un cardinal romain tel que Pietro Stefaneschi fut le bénéficiaire. Mais c’est autour des rapports entre Rome et la curie papale que l’apport de l’humanisme produisit les plus remarquables contributions : à travers l’étude de lettres et de discours parfois très méconnus, relatifs tant aux ruines de l’Antiquité qu’à l’ébauche d’une politique culturelle pontificale, nous montrons qu’en érigeant le Saint-Siège en capitale de la Latinitas, l’humanisme sut se constituer en programme idéologique officiel, célébrant de concert une ville, une langue et un pouvoir, aux mêmes destins radieux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clémence Revest, « Clémence Revest, Romam veni. L’humanisme à la curie de la fin du Grand Schisme, d’Innocent VII au concile de Constance (1404-1417) », Perspectives médiévales [En ligne], 34 | 2012, mis en ligne le 23 septembre 2012, consulté le 28 avril 2017. URL : http://peme.revues.org/2561

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page