Navigation – Plan du site
Études & travaux

Le Roman de la Rose, de l’édition aux manuscrits

Philippe Frieden

Résumés

De tous les textes en langue vernaculaire, le Roman de la Rose est celui dont l’histoire éditoriale est la plus complexe en raison du grand nombre de manuscrits qui l’ont transmis. Cet article tente de retracer cette histoire de la fin du Moyen Âge au xxe siècle en suivant deux pistes : d’une part celle de la langue du manuscrit (sa proximité ou son éloignement du point de naissance de l’œuvre), d’autre part celle du contenu du texte. Au fil des deux siècles de sa copie, le récit de Guillaume de Lorris et de Jean de Meun s’est vu augmenté de nombreux ajouts. L’étude d’une interpolation contenue dans quelque vingt-six manuscrits sera l’occasion de mesurer la façon dont la variance du texte médiéval a été diversement perçue et prise en compte par les éditeurs du Roman de la Rose.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sylvia Huot, The Romance of the Rose and its Medieval Readers : Interpretation, Reception, Manuscri (...)
  • 2 Le Roman de la rose par Guillaume de Lorris et Jehan de Meung : nouvelle édition, revue et corrigée (...)

1À l’issue d’un parcours qui lui a fait croiser différentes « versions » du Roman de la Rose, Sylvia Huot recueille le fruit de son voyage dans une conclusion qu’elle intitule : « The protean Rose1 ». Un peu moins de deux cents ans auparavant, l’un des éditeurs du Roman constate déjà que « sa grande réputation lui a été nuisible, parce que tous ceux qui furent chargés de le copier se permirent d’y faire tous les changements qui leur passèrent par l’imagination2 ». Cet aspect propre au récit du xiiie siècle n’est pourtant pas le seul qui aura eu une incidence sur sa postérité manuscrite puis éditoriale. Deux autres « qualités », au moins, ont eu un impact sur sa « copie » : la première est déjà relevée par Dominique Méon dans la citation précédente : le succès du Roman. Ce succès s’est traduit par un nombre imposant de transcriptions s’élevant aujourd’hui à plus de trois cents exemplaires. On imagine aisément que ce volume a pesé et pèse encore de tout son poids sur son édition : quel manuscrit choisir dans cette sylve touffue pour base d’une version imprimée ? Lequel peut être considéré comme original ? À cette démesure quantitative s’en ajoute une autre qui en dérive : le Roman de la Rose a été copié sans interruption de la fin du xiiie siècle au début de la Renaissance. On a donc produit ces quelque trois cents copies sur une durée de plus de deux siècles. Or dans la même période, la langue évoluait sensiblement. Cette mutation fit naître, au xve siècle, deux tentatives de mises en prose doublées d’un travail de rajeunissement de la langue d’origine, travail qui se lit très clairement dans les éditions du xvie siècle, lesquelles se basent sur une version « rajeunie » du Roman de la Rose.

  • 3 Guillaume de Lorris et Jean de Meun, Le Roman de la Rose, éd. par Félix Lecoy, Paris, Champion, 196 (...)

2Enfin, dernière spécificité du texte, sa tradition manuscrite se distingue nettement entre les deux parties qui le constituent, celle de Guillaume de Lorris étant « confuse, embrouillée, incertaine », celle de Jean de Meun, au contraire, « claire, facile, excellente », pour reprendre les termes de Félix Lecoy3. Cette divergence entre les parties n’est pas sans incidence sur leurs éditions, au point que parfois – dans l’édition d’Armand Strubel par exemple – deux manuscrits sont requis pour établir le texte de Guillaume d’un côté, et celui de Jean de l’autre. Cette particularité éditoriale ne fait que refléter une singularité des manuscrits dont on suppose que la transmission, assez rapidement, s’est effectuée par le biais de « compilations ».

  • 4 On attribue désormais à Guillaume Michel l’édition qui depuis Pasquier portait le nom de Clément Ma (...)

3On peut dès lors distinguer deux grandes périodes dans l’histoire de l’édition du Roman de la Rose : la première englobe la fin du Moyen Âge et le début du xvie siècle. Elle comprend les premiers in-folio et in-quarto et prend fin avec la dernière édition du Roman, en 1536, dans la version dite de Clément Marot4. On pourrait croire impertinent de considérer cette période pré-philologique de l’édition. Pourtant non seulement dans la perspective diachronique qui est la mienne, elle illustre l’entrée du Roman de la Rose dans l’ère de l’édition, mais elle permet encore de saisir l’une des deux spécificités mises en avant en préambule et qui pointe l’influence du temps dans la diffusion du texte, influence portant principalement sur la langue dans laquelle il est transmis. Enfin, nous le verrons, faire remonter cette étude aux premières éditions imprimées ne relève pas seulement d’un goût pour l’enquête historique : les xviiie, xixe et xxe siècles ont exploité le fruit de ces prémisses pour élaborer différents projets éditoriaux.

  • 5 Guillaume de Lorris et Jean de Meun, Le Roman de la Rose, éd. par Daniel Poirion, Paris, Flammarion (...)

4La deuxième étape qui se dessine débute avec Ernest Langlois. C’est lui qui, le premier, présente une édition du Roman de la Rose selon des critères strictement philologiques. Son travail, cependant, ne se limite pas à cet aspect. On peut, on doit le considérer comme une entreprise globale, partant d’une recherche des sources et aboutissant à une édition en cinq volumes. Près de cinquante ans plus tard parut la seconde édition de référence du Roman de la Rose due aux soins de Félix Lecoy. Suivirent encore, parmi les éditions complètes, celle de Daniel Poirion et finalement l’édition augmentée d’une traduction qu’Armand Strubel fit paraître en 1992 dans la collection des « Lettres Gothiques5 ». Tous ces travaux sont le fruit d’une élaboration philologique ; tous, contrairement à ce qui a précédé, se sont confrontés, d’une manière ou d’une autre, à la multitude manuscrite du texte. Tous, enfin, ont répondu d’une façon différente à ce défi posé par le nombre et la diversité des manuscrits.

  • 6 Il s’agit du BnF fr. 25523. C’est à E. Langlois qu’on en doit l’identification. Cf. E. Langlois, Le (...)

5Entre l’édition imprimée du xvie siècle, presque entièrement détachée – mais il faudra s’entendre sur le principe de cet éloignement – de la tradition manuscrite, et l’édition moderne produite par les philologues ou les savants cités plus haut, le xviiie siècle qui offre au Roman un nouveau départ se présente comme une période de transition. Pour une large part, les principes suivis par Nicolas Lenglet du Fresnoy en 1735 ou par Jean-Baptiste Lantin de Damerey en 1798, prolongent ceux qui prévalaient lorsque Antoine Vérard imprimait son in-folio, vraisemblablement vers 1495. Pour l’essentiel, toutes ces versions sont issues de la première édition imprimée du Roman de la Rose ; elles n’en modifient que l’introduction et ajoutent, au xviiie siècle, un glossaire, afin de faire mieux entendre la langue du texte. Même l’édition de Méon, au début du xixe siècle, peut leur être associée. Toutefois, comme il le précise dans son « Avertissement », il a recours à différents manuscrits qui fournissent la matière de plusieurs notes de bas de page, lesquelles visent essentiellement à exposer telle ou telle variante présente (ou non) dans le manuscrit « portant la date de 1330 » qu’il suit comme base de son édition6. De ce travail sont redevables toutes les éditions du xixe siècle qui se contentent de le reproduire à l’identique.

6Pour terminer ce parcours, il faudra encore prendre en compte une dernière étape qui intéresse cette fois le passage du texte imprimé à sa version électronique. La numérisation du patrimoine manuscrit entreprise depuis quelques années a pris en considération le Roman de la Rose. Cette nouvelle approche, qui offre aux textes médiévaux de connaître, après l’aventure de l’imprimerie, celle de l’électronique, comporte un paradoxe, celui d’un retour au manuscrit rendu sous forme d’images à la lecture des chercheurs du monde entier.

  • 7 On pourra citer le travail de Cynthia J. Brown, Poets, Patrons, and Printers. Crisis of Authority i (...)
  • 8 Les manuscrits du Roman de la Rose qui appartenaient au savant se trouvent désormais à la Bibliothè (...)

7Je débuterai ce parcours diachronique, logiquement, par son point le plus ancien, celui des premiers imprimés du Roman de la Rose. L’ouvrage que Francis W. Bourdillon leur a consacré fait encore date, à tel point qu’aucun chercheur ne s’y est intéressé. Plus remarquable encore : alors que de nombreux ouvrages sont consacrés ces dernières années à la transition du manuscrit à l’imprimé, aucun d’eux n’a pris en compte le cas du Roman de la Rose7. Pourtant l’étude de F. Bourdillon ne répond pas à toutes les questions qui peuvent être posées sur ce cas. Loin s’en faut. Mais avant d’en aborder les failles, il est nécessaire d’en voir les pleins, et ils sont nombreux. En effet, l’auteur ne se contente pas de répertorier, localiser et dater les vingt-et-une éditions du Roman. Il est aussi l’un des premiers à relever certaines des interpolations dues à Gui de Mori, passages qu’il édite en annexe d’après un exemplaire manuscrit qu’il possédait8. Enfin, en reproduisant à la fin de son étude un assez large échantillon des bois qui illustrent les différentes éditions, il offre au lecteur du xxe siècle un aperçu de ces impressions qui partagent encore de nombreux traits « graphiques » avec les manuscrits dont elles sont issues.

  • 9 Je transcris le texte de la recension d’après la version de Galliot du Pré, disponible sur le site (...)
  • 10 S. Nichols les appelle « the purely visual aspect of the words ». Voir S. Nichols, « Marot, Villon (...)

8Ce qui ressort le plus vivement de son étude est l’attention portée à l’analyse physique, matérielle des éditions, en particulier les bois qui lui permettent de dater assez finement les exemplaires. L’apparence du texte plus que le texte lui-même semble l’intéresser. Il en résulte une lacune, voire une rupture entre la tradition manuscrite et le contenu textuel. Pourtant, Bourdillon n’est pas inconscient de la transition, presque sans heurt, qui lie les deux formats. Il affirme (p. 148) que le premier in-folio imprimé à Lyon provient d’un manuscrit du xve siècle. Mais il ne s’attache pas à identifier cette source. Les éditions apparaissent dès lors en rupture avec la tradition manuscrite alors même qu’elles semblent tout leur devoir. De même, il constate justement que la langue du texte dont se sert le premier éditeur est plus proche de celle du xv e siècle que de la langue des deux auteurs du Roman. Mais, alors qu’il joint, sans plus d’explication, la version en prose de Jean Molinet à son corpus, Bourdillon ne semble pas constater que, indépendamment de la chronologie, son classement des éditions suit une ligne allant vers une modernisation accrue du texte. Dans ce processus, la recension de Guillaume Michel occupe une place médiane. Elle prend prétexte de la corruption des éditions et manuscrits consultés pour point de départ de sa démarche. L’auteur se donne dès lors pour tâche de « restituer en meilleur estat et plus expediente forme, pour l’intelligence des lecteurs et auditeurs […] ce present livre des le commencement jusques a la fin9 ». Mais « restituer en meilleur estat » ne signifie pas revenir à un état plus proche de l’original. Au contraire, il s’agit pour lui de moderniser « ce mauvais et trop ancien language sentant son inveteré commencement et origine ». Pour ce faire, Guillaume Michel ne se contente pas de légères corrections orthographiques10, il modifie également la syntaxe. Il ajoute ou retranche des mots, souvent monosyllabiques, afin de conserver au vers sa mesure. Stephen Nichols donne un exemple que je reprendrai ici pour plus de clarté. L’adverbe si, devenu ambigu dans la langue de la fin du xve siècle, est souvent supprimé et remplacé par un pronom personnel. En comparant une édition moderne, qui reproduit le texte « original », la première édition de 1481 et le texte de Michel, on prend mieux la mesure du changement que subit le texte au fil du temps :

  • 11 J’ai donné le premier vers en suivant l’édition de F. Lecoy et non, comme le faisait Nichols, sur l (...)

Si s’an alerent a confesse (Lecoy 17579)
Si s’en allerent a confesse (éd. de 1481)
Ilz s’en allerent a confesse (Guillaume Michel11)

  • 12 « Ce fut vers ce tems que parurent les premieres editions du Roman de la Rose, et l’impression occa (...)

9L’exemple est des plus élémentaires. Les modifications de Guillaume Michel n’affectent pas le sens et presque pas la forme du vers original. Pourtant, elles modernisent la langue, non seulement par l’orthographe qui, à l’exception du -z final du pronom de substitution, est conforme à ce que nous lirions dans une édition contemporaine. Mais par l’ajout du pronom sujet, l’éditeur façonne l’octosyllabe et le rend plus proche, voire comparable, à ce qui pourrait s’écrire en 1526, ce qui n’était pas le cas de la version du xiiisiècle ni de celle, mixte, de 1481. Cette mutation linguistique, tantôt cosmétique, tantôt plus engagée dans une modernisation de la langue originale, n’a pas échappé au premier éditeur du xviiie siècle. Dans sa préface, Lenglet du Fresnoy s’intéresse de près à la double « correction » subie par le Roman de la Rose. Il note que l’évolution est d’abord le fait des copistes et appartient donc à la tradition manuscrite. Puis il relève « la deuxième correction » effectuée lors de la transition du manuscrit à l’imprimé12. Enfin, dernière étape, Lenglet pointe le changement que « Marot » opère sur le texte du Roman :

Ce livre ayant repris faveur sous le régne de François I. Clement Marot qui étoit le bel esprit banal de la cour, prit la résolution de le réimprimer. Il le fit en 1527 avec des changements si considérables, que cela fut moins pris pour une correction, que pour une véritable alteration d’un texte qu’il auroit dû respecter. Dans la pensée dont de lui donner un tour plus françois, il hasarda d’en refaire beaucoup de vers, d’en ajouter quelques-uns, d’inserer des gloses dans le texte, enfin d’en faire comme de son propre ouvrage ; hardiesse que Pasquier, quoiqu’ami de Marot, ne put s’empêcher de regarder depuis comme une témerité condamnable. (Lenglet, t. I, p. xxxv)

10Ce qu’il importe de relever ici concerne les options éditoriales privilégiées par les acteurs des débuts de l’imprimerie et que la recension de Guillaume Michel me semble expliciter. Comme on peut le constater, leur méthode prolonge essentiellement un mouvement amorcé déjà dans le courant du xve siècle mais accentué par le passage à l’imprimerie. Un peu à la façon de la transmission orale dont chaque performance est une adaptation destinée à un public précis, de même la copie puis l’édition produisent un texte lisible pour les récepteurs visés, public aristocratique ou bourgeois. Dans ce but, au lieu de fournir un texte dont la « couleur » est la plus proche de celle supposée de l’auteur, les éditions du xvie siècle choisissent – ou forgent – un exemplaire dont le texte est le moins éloigné linguistiquement de leur époque. Le principe est de continuité mais il suppose une rupture avec l’origine. Et cette démarche s’explique aisément à la suite de ce que Michel dit du langage des origines « mauvais et trop ancien ».

  • 13 Voir Le Roman de la Rose par Guillaume de Lorris et Jean de Meun, éd. par Ernest Langlois, Paris, F (...)

11Curieusement, ni Bourdillon, ni Langlois13 ne font grand cas de cette attitude. Le premier alloue à l’éditeur de 1481 l’originalité de la forgerie et ne tente donc pas de retrouver le manuscrit qui lui a servi de modèle. La réaction de Langlois est plus remarquable : tout en corrigeant Bourdillon sur ce point, faisant remarquer que la modernisation linguistique est déjà présente dans les manuscrits du xve siècle – et n’est peut-être pas la fait d’une intervention de l’éditeur – il ne s’attarde pas plus que lui à identifier cette source. L’éloignement de la méthode avec les principes lachmanniens peut en partie expliquer son désintérêt, voire son mépris. Mais en y regardant de plus près, on constate que la démarche de 1481 partage bien des similitudes avec l’approche scientifique que Langlois a mise en œuvre pour son édition. En effet, si les manuscrits retenus diffèrent pour les raisons mentionnées (proximité d’un côté avec l’origine, intimité linguistique de l’autre) la réfection du texte que les deux procédés appliquent aux manuscrits les rapproche singulièrement. Que Langlois reconstruise une langue en vue de la rendre conforme à celle de Guillaume de Lorris et Jean de Meun ou que le premier éditeur la modernise pour la rendre lisible à son public, tous deux offrent une édition en rupture avec la tradition manuscrite et tous deux publient un texte inédit.

  • 14 Langlois le note dans l’introduction de son édition, t. I, p. 45.

12Presque deux cents ans s’écoulent entre la recension de Guillaume Michel (dernière édition en 1538) chez Pierre Vidoue et l’édition de Nicolas Lenglet du Fresnoy parue, la même année, à Amsterdam et à Paris (1735). Un lien fort les réunit puisque Lenglet se contente, malgré un titre annonçant un texte « revu sur plusieurs éditions et sur quelques anciens manuscrits », de reproduire le premier in-quarto édité par Antoine Vérard entre 1499 et 1500. La version parisienne de son travail comporte toutefois quelques corrections effectuées sur manuscrit mais qui ne concernent que les vingt-huit premières pages de son édition, soit jusqu’au vers 82014. Ce qui distingue le principe éditorial de Lenglet et ses successeurs de celui que j’ai analysé pour les premières impressions repose surtout sur la « mise en recueil ».

  • 15 Pierre-Yves Badel parle des débuts de cette « tradition » vers le milieu du xive siècle et qui succ (...)
  • 16 Lenglet se justifie de son assemblage de la façon suivante : « Comme j’ai trouvé ces deux ouvrages (...)
  • 17 Pierre-Yves Badel aborde la légende de Jean de Meun alchimiste dans l’ouvrage mentionné à la note 1 (...)
  • 18 André Thevet est surtout connu pour ces livres de cosmographie. Il a néanmoins consacré un ouvrage (...)

13Si l’une des éditions du xvie siècle, celle précisément que reproduit Lenglet, contient outre le Roman de la Rose, le Codicile et le Testament maistre Jehan de Meun, toutes les autres se contentent d’imprimer le seul Roman. Or Lenglet du Fresnoy, conformément à son texte de base, complète le récit allégorique par les deux ouvrages attribués depuis la moitié du xive siècle à Jean de Meun et souvent copiés au cours du siècle suivant avec le Roman de la Rose15. Il retrouve ainsi le projet de certains manuscrits recueils des périodes antérieures que le xvie siècle avait presque complètement délaissé. Outre ces pièces « d’auteur16 », Lenglet inclut encore un texte intitulé « Les remontrances de Nature à l’alchimiste errant », la « Response de l’alchimiste à Nature », un « Petit traicté d’alchymie » et enfin la « Fontaine des amoureux ». Cet assemblage curieux, qui prend également sa source au Moyen Âge17, est annoncé dans l’introduction par un paragraphe intitulé : « Chimie dans ce Roman ». L’entreprise est enfin couronnée en préambule par une « Vie de Jean Clopinel dit de Meung », écrite par André Thevet au xvie siècle18.

  • 19 Je n’ai pas eu un accès direct à l’édition de Lantin de Damerey. Cependant, Méon reproduisant et sa (...)

14L’accumulation de ces éléments déporte l’attention du lecteur sur la personne du continuateur. C’est autour de lui que se construisent cette édition et celle qui lui succédera sous la plume de Lantin de Damerey19. Le texte du roman est finalement submergé par le « dossier Jean de Meun », ce dernier devenant l’auteur unique du récit allégorique. Certes, l’introduction d’un côté, le glossaire que Lenglet du Fresnoy place à la fin du troisième volume de l’autre, pondèrent cela, la première en présentant l’œuvre et le second en offrant au lecteur du xviiie siècle certaines clés pour l’intelligence du texte. Mais au total, seule la moitié de l’édition est dédiée au Roman. Le reste n’en forme que l’entour. De plus, comme nous l’avons vu, 820 vers seulement sur 22732 que compte son édition subissent une correction ou une révision effectuée à partir de sources manuscrites.

15Sur ce point, la tendance s’infléchit en 1814 avec l’ouvrage proposé à Paris par Dominique Méon. Ce dernier en présente ainsi les circonstances :

Excité et encouragé par un savant distingué qui m’honoroit de son amitié, j’ai consacré pendant quinze ans tous mes loisirs à collationner cet ouvrage sur plus de quarante manuscrits, les plus anciens que j’ai pu me procurer. J’ai reconnu la nécessité d’en voir un grand nombre ; ce travail m’a procuré l’avantage de trouver dans l’un, le mot ou le vers oublié, ou mal écrit dans l’autre. J’ai pris pour base un manuscrit portant la date de 1330, et dont l’idiome m’a paru le plus pur pour le temps. (Méon, t. 1, p. xxiii)

  • 20 Voir Langlois, t. I, p. 46-47.

16Et contrairement à ce qu’annonçait le titre de Lenglet du Fresnoy, Méon entreprend bien un travail accompli sur manuscrit. Il faut cependant s’entendre, car la présentation de l’éditeur pourrait presque être assimilée aux normes modernes d’une édition. La philologie ne soutient pourtant pas encore l’expertise de Méon et on aurait tort de croire que le choix d’un manuscrit de base (BnF fr. 25523) ainsi que la consultation d’une quarantaine de témoins aboutissent à la mise au point d’un travail « scientifique ». Comme le fait remarquer E. Langlois, « Méon ne donne que très rarement des variantes et, sauf exception, seulement quand il s’agit d’un groupe de vers qu’il considère comme interpolés et qu’il imprime en notes20 ». Par ailleurs, le même ajoute que face à des leçons divergentes, sa préférence va aux manuscrits les plus nombreux (p. 47) ou à son manuscrit de base. Nul réflexe philologique donc.

17Mais avant de revenir sur cet aspect de l’édition de Méon, il importe de pouvoir se rendre compte de la parenté que l’édition partage avec les deux qui l’ont précédée et en quoi un modèle s’instaure déjà qui prolonge ce que Lenglet du Fresnoy avait initié. Pour ce faire, un aperçu du contenu des quatre volumes est éclairant :

Tome I

Avertissement
Préface de Lenglet du Fresnoy
Préface de Clément Marot
Vie de Jean Clopinel dit de Meung ; par André Thevet
Dissertation sur le Roman de la Rose ; par Lantin de Damerey
Table des matières contenues dans les quatre volumes de cette édition
Roman de la Rose
(Guillaume de Lorris)

Tomes II-III

Roman de la Rose (Jean de Meun)

Tome IV

Testament, Codicile et autres textes publiés par Lenglet du Fresnoy
De l’utilité des glossaires ; par M. Lantin de Damerey
Glossaire

18Ici encore, le texte du Roman de la Rose est cerné par des éléments plus ou moins étrangers. Mais surtout, l’édition de Méon, troisième du genre depuis 1735, charrie avec elle les présentations parues depuis la préface de Clément Marot. L’édition du Roman devient dès lors cumulative, elle ne cesse d’additionner : préfaces, avertissements, textes complémentaires, jusqu’à remplir près de la moitié de son contenu. Et Francisque Michel, dans une moindre mesure, poursuivra sur cet élan en insérant l’essentiel des trois préfaces – Marot, Méon, Lenglet du Fresnoy – dans son introduction tout en ajoutant quelques remarques personnelles, notamment sur la traduction du Roman de la Rose par Chaucer.

  • 21 Pour lui comme pour Lenglet, Guillaume est mort en 1260 et Jean en 1305. C’est surtout cette date q (...)
  • 22 Les notes de Damerey sont toutes suivies de trois initiales (L.D.D.) qui permettent de les distingu (...)
  • 23 Voir Méon, t. IV, p. 293.

19Cependant, l’emploi du BnF fr. 25523 fait entrer le Roman de Méon dans une nouvelle voie éditoriale : pour la première fois, la source n’est plus une version « modernisée » issue des copies et/ou des éditions du xve siècle, mais un témoin du début du xive siècle dont l’« idiome a paru le plus pur pour le temps » à son éditeur (Méon, t. 1, p. xxiii). Il rapproche l’état linguistique du texte et la date approximative de la rédaction21. Le geste est d’ailleurs à mettre en parallèle avec d’autres remarques qui complètent et prolongent certaines notes de bas de page de Lantin de Damerey22 lesquelles, pour l’essentiel, font écho à son « De l’utilité des glossaires » que reproduit Méon dans le quatrième volume. Damerey y déplore que l’on ne se soit pas encore intéressé au lexique de l’ancienne langue française comme on a pu le faire pour les langues grecque et latine23. Son attention à la langue des textes anciens n’est plus motivée par le souci d’une émendation. En conséquence, le glossaire devient l’outil indispensable d’une entreprise qui ne modernise plus le texte. Il ne s’agit plus de correction mais d’explication, de compréhension : on offre au lecteur un outil qui lui permet de se confronter directement à l’original, et on ne sert plus « tout prêt » une œuvre modernisée au goût du jour.

20La nouvelle orientation ne concerne cependant pas seulement le lexique, elle touche aussi le texte lui-même. En plusieurs endroits, Méon relègue en note des passages qu’il soupçonne être des interpolations – comme le signalait Langlois précédemment – ou insère, toujours en note, quelques vers qu’il ne lit que dans le BnF fr. 25523. Cette attitude face à la variante du texte médiéval est originale si on la compare à la réaction que la même « anomalie » provoquait chez Lenglet du Fresnoy. Ce dernier aussi avait eu dans les mains plusieurs manuscrits du Roman de la Rose consultés dans la bibliothèque du roi ou dans d’autres collections privées. Néanmoins, comme je l’ai dit, sa connaissance de la tradition manuscrite ne donne pas lieu à plus de quelques notes en fin de volume, pas plus qu’elle n’encourage le savant à préférer le manuscrit sur les imprimés. Lenglet du Fresnoy, pour une part, s’en explique dans la dernière partie de sa préface, intitulée « Plan de cette edition » :

  • 24 Furetière donne comme définition à ce mot : « Injure gasconne, que dit à un homme de lettres un ign (...)

En donnant cette nouvelle edition du Roman de la Rose, qui depuis près de deux cents ans n’avoit pas été mis sous presse, j’ai cru que je devois lui donner un degré de perfection qu’il n’avoit pas encore eu jusqu’ici. J’ai revu le texte sur diverses editions et quelques manuscrits. Je ne me suis pas accablé cependant par les uns ni par les autres ; je hay trop ces savantas24, dont tout le sçavoir est de comparer des manuscrits et de recueillir les fautes des copistes, par le moyen desquelles ils jettent de l’incertitude sur les meilleurs écrivains de l’antiquité. C’est à quoi aboutissent toutes ces variantes compilées avec tant de travail et avec si peu d’esprit par ces demi savans, plus occupés des commentaires que des textes de leurs auteurs. (Lenglet, t. 1, p. xlii)

21On peut percevoir le rapport que l’éditeur entretient avec ce qu’il nomme lui-même la variante. Il s’en méfie. Face à la multitude des leçons proposées par les manuscrits, leçons qui comportent on le sait – et Lenglet pouvait également s’en rendre compte – des erreurs évidentes dues effectivement au travail de la copie, il en vient à suspecter l’ensemble des variations qui affectent plus largement le texte, comme sont les interpolations. Cédant momentanément au souci de fidélité en signalant quelques « différences utiles ou essentielles pour l’intelligence de [l’] ouvrage » (p. xliii), il s’arrête bientôt pour ne plus suivre que le texte qu’il considère comme faisant autorité. En comparant cette « profession de foi » à ce que l’auteur de la préface de la recension de 1526 avançait concernant les erreurs des imprimeurs et des copistes, on s’aperçoit que les préventions changent. Dans le premier cas, la variante n’est envisagée – peut-être à raison – que sous l’angle de la dégradation, attitude qui connaîtra une très longue histoire : le copiste (d’abord), l’imprimeur (ensuite) introduisent des leçons imparfaites dues à une mauvaise lecture ou à leur inattention. Le propos de Lenglet du Fresnoy est bien différent en ce qu’il accuse davantage les « demi-savans » de jeter le trouble dans l’esprit des lecteurs par la juxtaposition qu’ils font des variantes textuelles. L’essentiel de sa méfiance vient de ce qu’une lecture comparative peut faire remonter la faute à l’auteur lui-même. On voit qu’une nouvelle attitude vis-à-vis de l’auteur est à l’origine du rejet des variantes. Il est désormais considéré comme la source de toute perfection. Le problème que soulève Lenglet du Fresnoy est déjà celui qui sera débattu deux siècles et demi plus tard par les tenants de la « nouvelle philologie ». Le terme variante qu’il utilise pour parler des différentes leçons manuscrites en est l’indice.

  • 25 Voir Bernard Cerquiglini, Éloge de la variante. Histoire critique de la philologie, Paris, Seuil, 1 (...)
  • 26 Quelques notes de Méon signalent et reproduisent des marginalia lues en général dans le manuscrit d (...)

22De là, il est aisé de saisir ce qui sépare Méon de ses devanciers sur la question. Sa position, d’une façon générale, est intermédiaire : la variante est un élément qui ne disparaît ni par une réfection silencieuse du texte, comme c’est le cas aux débuts de l’imprimerie, ni par un rejet fondé sur le « droit d’auteur ». Elle ne permet toutefois pas à Méon de prendre conscience de l’existence de familles dans la tradition des manuscrits. On se situe une quinzaine d’années avant ce que Bernard Cerquiglini nomme la période empirique25. Comme il le souligne, la variante est ici rejetée en note – mais pas en annexe, remarquons-le, où son éloignement la rendrait inaccessible au lecteur. Là, la variante est en quelque sorte confrontée au texte édité. Le lecteur peut comparer l’un et l’autre. Évidemment, le scrupule scientifique s’arrête aux changements d’importance, lorsque plusieurs vers diffèrent ou sont interpolés. Les micro-variations, de lexique, sont ignorées purement et simplement26.

23Pourtant, Méon ne reproduit pas toujours mécaniquement ces interpolations. Il utilise parfois un témoin pour appuyer sa décision, comme l’édition de Jean Molinet. La démarche lui a peut-être été soufflée par cette remarque de Lantin de Damerey à la fin de sa « Dissertation sur le Roman de la Rose » : « Molinet, qui vivoit à la fin du quinzieme siecle, étoit plus à portée de celui de ce Roman, et il lui a été plus aisé qu’à un autre de le voir dans toute sa pureté. » (Méon, t. I, p. 103). Toujours est-il qu’en quelques endroits de son édition, Méon utilise Molinet pour rejeter telle leçon qu’il lit dans le BnF fr. 25523. Ainsi, tout au début du discours de Raison dans la partie de Jean de Meun, peut-on lire :

Molinet ne faisant aucune mention des vers suivans, et ne les ayant pas trouvés dans les plus anciens manuscrits, je suis fondé à soupçonner qu’ils ont été ajoutés par quelque copiste du XVe siecle, et j’ai cru devoir, par cette raison, les retirer du texte de l’auteur. (Méon, p. 19)

24Puis on découvre en bas de page les quelque cent trois vers de l’interpolation qui forment en substance une seconde définition de l’amour. Le raisonnement que suit Méon pour rejeter en note le texte de l’interpolation peut prêter à sourire. Pourtant sa conclusion est correcte, le passage est bien un ajout, mais il existe déjà dans des versions anciennes du Roman de la Rose, comme c’est le cas du BnF fr. 1559, manuscrit du xiiie siècle. Et le fait que Molinet ne l’ait pas mis en prose ne garantit nullement, quoi qu’en dise Lantin de Damerey, qu’il ait considéré le passage comme adventice.

25Il y a donc bien, parfois, un contrôle de la part de Méon qui ne se contente pas de reproduire aveuglément le manuscrit de 1330. Mais encore une fois, l’image qu’il se fait et qu’il produit par le biais de son édition est en partie faussée par un défaut de méthode. Il constitue cependant un tournant dans l’histoire de l’édition du Roman de la Rose, tournant qui pour une part annonce l’orientation philologique d’Ernest Langlois.

  • 27 Les références sont les suivantes : Ernest Langlois, Origines et Sources du Roman de la Rose, Paris (...)
  • 28 « L’édition critique d’une composition de vingt-trois mille vers, dont il n’existe guère moins de d (...)

26Lorsque paraît en 1924 le cinquième volume du Roman de la Rose, ce n’est pas seulement une édition qui s’achève, c’est aussi le couronnement d’un labeur qui aura occupé E. Langlois presque quarante ans. Dès la parution des Origines et Sources du Roman de la Rose, il annonçait les différents axes de son projet : une recherche des sources qu’il venait d’achever, une étude de l’impact du Roman sur la littérature des siècles suivants – ce sera Pierre-Yves Badel qui s’en chargera – un dépouillement et un classement de la tradition manuscrite27, le tout servant de socle à une édition du texte, qu’il avait entamée dès avant 189028. Au vu de ce « recensement », on comprend qu’on est face à une œuvre globale, totale, et assurément unique.

27Avec cette édition, le roman de Guillaume de Lorris et Jean de Meun franchit une étape : non seulement elle dépouille le texte de tous les satellites dont le xviiie siècle l’avait environné, mais elle est la première en domaine francophone à produire une version suivant les principes scientifiques établis par Karl Lachmann. Et la seule. Tous les successeurs suivront quant à eux l’école de Bédier : F. Lecoy d’abord, puis D. Poirion et enfin A. Strubel. Tous trois privilégient un voire deux manuscrits comme base à leur édition, complété(s) comme il se doit de quelques manuscrits de contrôle.

28Cette étape dans l’histoire générale de l’édition est mieux connue que les précédentes et les méthodes qui prévalent plus familières pour qu’il soit nécessaire de les décrire longuement. Certaines particularités attachées au Roman de la Rose méritent toutefois d’être regardées de plus près. Elles permettront d’observer de quelle façon les questions ou problèmes rencontrés précédemment sont maintenant résolus et quelles résistances offre encore le Roman face à une approche plus scientifique. Pour ce faire, et parce que la place manque pour une analyse de détail, je me servirai à nouveau de l’interpolation du discours de Raison. L’histoire de cette variante est tout à fait symptomatique des différentes approches qui se sont succédées pour répondre à la présence d’un tel morceau.

  • 29 Voir The Early Editions, op. cit., p. 23. De même, elle sépare en deux groupes égaux les éditions m (...)
  • 30 La seule différence tient dans les mots de vocabulaire donnés en marge du texte et signalés par un (...)
  • 31 Il faut noter que cette interpolation n’est pas présente dans le manuscrit de base de Méon, le BnF (...)

29Déjà au xvie siècle, sa présence ou son absence permet de départager la tradition imprimée. Absente des trois premières versions, sans nom d’imprimeur ni lieu d’impression, elle apparaît vers 1494 sous les presses de Du Pré. Bourdillon fait remarquer dans le « classement » des éditions que cette version a été révisée d’après manuscrit par rapport aux précédentes29. On la retrouve donc tout naturellement chez Lenglet du Fresnoy qui reproduit, on le sait, l’édition in-quarto de Vérard, sans autre commentaire, le passage se situant largement au-delà de la partie révisée. On l’a vu également, l’extrait apparaît en note chez Méon qui ajoute la remarque concernant la version de Molinet. Enfin, Francisque Michel qui réédite à l’identique, notes comprises30, l’édition de Méon, manipule étrangement le passage : il reproduit en note le commentaire de Méon sur l’extrait, mais au lieu de le suivre dans son option éditoriale en faisant figurer en bas de page les cent trois vers de l’interpolation, il les insère directement dans son texte. Le lecteur est ainsi à demi averti car il ignore tout à fait où s’interrompt le passage de Méon31.

  • 32 Il en va de même pour les sources sur lesquelles on trouve des informations soit dans l’étude qu’il (...)
  • 33 Interpolation qui s’insère entre les vers 4400 et 4401 de l’édition Langlois et qui devrait être si (...)
  • 34 Alors que ces feuillets supplémentaires sont évoqués dans la description du manuscrit.
  • 35 Voir S. Huot, The Romance of the Rose, op. cit., p. 365-368.
  • 36 Pour le choix des manuscrits qu’il suit, voir p. 33-34.
  • 37 Suivant le décompte qu’en donne S. Huot dans l’ouvrage cité, The Romance, op. cit., p. 163.

30Le traitement que lui réserve Langlois est assez révélateur du kaléidoscope que le savant offre au chercheur du Roman de la Rose. Les informations concernant les différentes leçons se trouvent éparpillées dans son œuvre entre l’examen des manuscrits, où parfois il transcrit certaines variantes, et l’édition qui donne en note des passages issus de telle ou telle tradition32. De ce fait, il est parfois difficile d’avoir une idée précise de l’état du texte sans parcourir l’ensemble des ouvrages de Langlois. Dans le cas de notre passage, l’option choisie par le chercheur est encore plus singulière. Les notes du volume III, qui contient le discours de Raison, ne signalent aucunement la présence de l’interpolation33. La première partie des Manuscrits du Roman de la Rose qui dresse un catalogue des exemplaires connus n’en parle pas non plus lorsqu’il est question des ajouts pratiqués au xive siècle sur le BnF fr. 155934. Il faut se rendre à la page 425, c’est-à-dire au moment où l’auteur aborde les subdivisions de son « groupe II » de la partie Jean de Meun pour prendre connaissance de son existence. Et encore n’est-ce réellement qu’une prise de connaissance, car Langlois ne reproduit pas le passage. Il n’en donne que le premier et le dernier vers et ajoute en note que Méon l’a reproduit dans son édition. Le lecteur est finalement contraint de retourner à Méon. Or dans la démarche qu’il est en train de suivre, Langlois exploite ces variantes, en disciple accompli de Lachmann, afin de discriminer les différentes familles ou sous-groupes de la tradition manuscrite. Le passage a donc une importance pour lui et pour tous ceux qui voudraient l’identifier dans un manuscrit, comme celui qui se trouve aujourd’hui à la John Rylands Library sous la cote French 66 et que Langlois ne connaissait pas à l’époque. À défaut d’aller voir chez Méon, le chercheur devra consulter l’Appendice C du livre de S. Huot : The Romance of the Rose and Its Medieval Readers35, car les « bédiéristes » qui ont succédé à Langlois, en choisissant des manuscrits issus d’autres familles, ont fait complètement disparaître le passage. Et ni F. Lecoy, ni A. Strubel, ni même D. Poirion qui a pourtant recours à l’édition Méon pour l’établissement de son texte36, n’indiquent même en note sa présence qui se retrouve pourtant dans vingt-six témoins37.

  • 38 Voir l’exemple qui se trouve au tome III, p. 310-315.

31Cette absence dans les éditions du Roman est remarquable pour mon propos : elle met en évidence une tendance qui s’affirme après Langlois et qui fait de la variante, sous sa forme d’interpolation, un objet hétérogène qui n’est plus reproduit. Mieux, elle entre directement dans le choix du manuscrit de base qui se doit d’en être exempt. À ce niveau, Langlois représente un point de transition dans l’édition du Roman de la Rose. S’il ne donne pas la centaine de vers que S. Huot intitule « the litany of love » (p. 365), il en reproduit plusieurs autres, soit dans les notes de son édition, soit dans son analyse des manuscrits où il signale parfois encore certaines variantes de ces interpolations38. Après lui, ces passages deviennent l’unique objet de commentaires savants et ne trouvent place que dans des annexes. Ils n’ont plus leur raison d’être dans une édition du Roman. Ce constat n’est pas sans remettre en mémoire l’appel que formulait B. Cerquiglini dans Éloge de la variante. Il déplore, on le sait, à la fin de son essai, la main mise de l’école née des travaux de Joseph Bédier qui a transformé le copiste en éditeur. Suivant ce principe, ce que le « nouvelle philologie » considère comme « intrinsèque à l’écriture médiévale » (p. 101) disparaît au profit d’un version plus dépouillée.

32On dira, en pessimiste, que les vœux de B. Cerquiglini, n’ont pas été exaucés. Si son ouvrage a fait grand bruit et a permis de porter un regard neuf sur l’approche philologique d’un texte médiéval, pratiquement, pour ce qui concerne le Roman de la Rose en tout cas, il n’a été suivi d’aucune tentative concrète. L’édition d’Armand Strubel qui est la seule en langue française à avoir paru après l’essai du philologue, ne tient nullement compte de cette idée. Il est vrai que dans ce cas l’objectif était vraisemblablement tout autre, puisqu’il visait à offrir à prix réduit une nouvelle édition munie, dans le même volume, d’une traduction qui en faciliterait la lecture.

  • 39 Ce projet commun est visible sur le site : romandelarose.org
  • 40 Voir B. Cerquiglini, op. cit., p. 43.

33Si l’on est plus optimiste, en revanche, on dira peut-être que quelques années et certains progrès techniques étaient nécessaires pour que des projets de numérisation du Roman de la Rose comme celui engagé par l’Université Johns Hopkins de Baltimore en collaboration avec la Bibliothèque nationale de France, la Morgan Library de New York, la Bodleian Library d’Oxford et une dizaine d’autres institutions, puissent voir la jour39. Mais ne tomberait-on pas alors, dans un autre travers évoqué toujours par B. Cerquiglini et qu’il nomme la « tentation du fac-similé40 » ? Car en dernier lieu ces magnifiques images digitalisées n’offrent rien d’autre qu’une autre version, plus moderne, de ces livres miroirs.

34Deux facettes de la question sont à mon avis à considérer. D’un côté, le projet de Baltimore n’est pas une énième édition du Roman de la Rose. À aucun moment, les auteurs ne réclament ce titre et ce même si une transcription est parfois disponible en regard du texte. Mais surtout, la numérisation donne plutôt à voir qu’à lire. Elle permet à un large public, et non aux seuls spécialistes, de feuilleter des documents devenus de plus en plus inaccessibles à la consultation dans les bibliothèques qui les conservent. Elle offre enfin une image de qualité du manuscrit dans sa globalité : mise en page, paratexte (rubriques, pieds de page, marginalia, etc.) et bien sûr les illustrations qui ne sont tout simplement pas reproduites, et souvent pas mentionnées, dans les éditions modernes. Car en suivant les normes de la philologie, ces éditions ont dissocié le texte et l’image dont la page manuscrite célébrait les noces. La numérisation ouvre ainsi tout un champ d’investigation du livre.

  • 41 Pour le cas de l’ajout dans le discours de Raison, sa situation dans le texte, très peu après la tr (...)

35Mais la méthode offre de surcroît un avantage certain quant au problème de la variante. Si elle n’édite pas le texte et se contente de le mettre en image avant de le mettre en ligne, elle permet tout de même de le lire et d’en vérifier les leçons, laborieusement parfois, tant il est difficile de naviguer dans un manuscrit dépourvu de tout repère paratextuel41. Et comme les originaux sont ici reproduits à l’identique, il devient enfin possible d’évaluer les modernisations linguistiques qui ont donné naissance aux premières éditions du xvie siècle. Car si la méthode d’Ernest Langlois d’un côté, et celle suivie par Lecoy, Poirion et Strubel de l’autre, diffèrent radicalement dans la façon de traiter le manuscrit et sa tradition, un point les relie : toutes privilégient l’ancienneté de leurs manuscrits de base. On s’en convaincra en faisant observer que le manuscrit dont s’est servi Langlois pour son édition lachmannienne et celui que suit Lecoy dans sa version bédiériste n’en forment qu’un : l’incontournable BnF fr. 1573, manuscrit du xiiie siècle, donc proche de la date de rédaction de la seconde partie du texte. Sur plus de trois cents copies, deux techniques éditoriales très différentes ne retiennent finalement qu’un seul exemplaire. On pourra parler d’un appauvrissement.

  • 42 Sur cette question, on pourra consulter l’ouvrage régulièrement mis à jour, de George P. Landow, Hy (...)

36Le succès du texte et le nombre d’exemplaires qu’il a occasionnés semblent donc l’écueil le plus sensible à l’édition du Roman de la Rose, écueil dont une réduction drastique a été jusqu’ici la réponse, réduisant la quantité, selon des critères divergents, à une portion congrue qui le fait ressembler finalement à d’autres traditions dont la fortune manuscrite est pourtant moins prolixe, comme celle des récits de Chrétien de Troyes. Les mêmes principes font toujours choisir, ou presque, les mêmes manuscrits (copie Guiot d’un côté, BnF fr. 1573 de l’autre), et pour un amateur ignorant l’existence des quelque trois cents exemplaires du texte de Guillaume de Lorris et Jean de Meun, quelle différence peut apparaître dans leur édition respective ? Une approche serait en mesure de le faire sentir, qui tout en exploitant les ressources informatiques les élargit au-delà d’une simple mise en image électronique. Plusieurs projets visant à rendre le texte médiéval à sa complexité et à sa diversité ont déjà vu le jour42. Mettant à profit l’immatérialité de la page informatique, ces tentatives essaient de diverses façons de donner à lire la variance du texte manuscrit. Présentant l’ensemble des leçons, elles permettent au lecteur de sonder les différents états d’un même texte. Mais peut-on imaginer exploiter ces techniques en relation avec le Roman de la Rose ? Il va sans dire que pour offrir une telle richesse de lecture, il faut passer préalablement par une saisie – diplomatique, semi-diplomatique, etc. – du texte. Il faudrait donc recopier, sous ces différentes formes, les trois cents manuscrits du Roman afin d’offrir une vue exhaustive de sa tradition. On conçoit rapidement l’ampleur du projet et peut-être déjà ses limites. Non seulement, le choix proposé au lecteur risquerait de le submerger – la lecture comporte aussi des limites – et le texte devenir insaisissable ; mais comble d’ironie, cette démarche nous reconduirait quelque sept cents ans en arrière et l’on verrait bientôt le Roman de la Rose redevenir l’exemplaire d’une armée de modernes copistes. Et l’on sait maintenant quels aléas la pratique fait subir au texte, à n’importe quel texte. Ce serait autant de variantes qui pourraient naître soulignant combien, finalement, la Rose est absente à qui veut la saisir dans toute son efflorescence.

Haut de page

Bibliographie

Adrian Armstrong, Technique and Technology. Script, Print and Poetics in France 1450-1550, Oxford , Oxford University Press, 2000.

Pierre-Yves Badel, Le Roman de la Rose au XIVe siècle. Étude de la réception d’une œuvre, Genève, Droz, 1980.

Pierre-Yves Badel, « Alchemical Readings of the Romance of the Rose », Rethinking the Romance of the Rose. Text, Image, Reaction, ed. by Kevin Brownlee and Sylvia Huot, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 1992, p. 262-285.

Francis W. Bourdillon, The Early Editions of The Roman de la Rose, Genève, Slatkine Reprints, 1974 [1906].

Cynthia J. Brown, Poets, Patrons, and Printers. Crisis of Authority in Late Medieval France, Ithaca, Cornell University Press, 1995.

Bernard Cerquiglini, Éloge de la variante. Histoire critique de la philologie, Paris, Seuil, 1989.

Henry John Chaytor, From Script to Print, Cambridge, Cambridge University Press, 1945.

Sylvia Huot, The Romance of the Rose and its Medieval Readers : Interpretation, Reception, Manuscripts, Cambridge, Cambrige University Press, 1993.

George P. Landow, Hypertext 3.0. Critical Theory and New Media in an Era of Globalization, Baltimore, The Johns Hopkins University Press, 2006.

Ernest Langlois, Origines et Sources du Roman de la Rose, Paris, Ernest Thorin, 1890.

Ernest Langlois, Les Manuscrits du Roman de la Rose. Description et classement, Paris, Honoré Champion, 1910.

Frank Lestringant, André Thevet : cosmographe des derniers Valois, Genève, Droz, 1991.

Stephen Nichols, « Marot, Villon and the Roman de la rose. A Study in the Language of Creation and Re-Creation », Studies in Philology 63, 1966, p. 135-143 et 64, 1967, p. 25-43.

Bernard Weinberg, « Guillaume Michel dit de Tours, The Editor of the 1526 Roman de la Rose », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance 11, 1949, p. 72-85.

Haut de page

Notes

1 Sylvia Huot, The Romance of the Rose and its Medieval Readers : Interpretation, Reception, Manuscripts, Cambridge, Cambrige University Press, 1993.

2 Le Roman de la rose par Guillaume de Lorris et Jehan de Meung : nouvelle édition, revue et corrigée sur les meilleurs et plus anciens manuscrits, éd. par Martin Dominique Méon, 4 vol. , Paris, P. N.F. Didot l’aîné, 1814, p. vii. Désormais cité : Méon, t. I, p. vii.

3 Guillaume de Lorris et Jean de Meun, Le Roman de la Rose, éd. par Félix Lecoy, Paris, Champion, 1965-1970, p. xxxvi. Désormais : Lecoy, t. I, p. xxxvi.

4 On attribue désormais à Guillaume Michel l’édition qui depuis Pasquier portait le nom de Clément Marot. Voir à ce sujet, B. Weinberg, « Guillaume Michel dit de Tours, The Editor of the 1526 Roman de la Rose », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance 11, 1949, p. 72-85.

5 Guillaume de Lorris et Jean de Meun, Le Roman de la Rose, éd. par Daniel Poirion, Paris, Flammarion, « GF », 1974 ; Guillaume de Lorris et Jean de Meun, Le Roman de la Rose, éd. d’après les manuscrits BN 12786 et BN 378, traduction, présentation et notes par Armand Strubel, Paris, LGF, « Lettres Gothiques », 1992.

6 Il s’agit du BnF fr. 25523. C’est à E. Langlois qu’on en doit l’identification. Cf. E. Langlois, Les Manuscrits du Roman de la Rose. Description et classement, Paris, Honoré Champion, 1910, p. 63.

7 On pourra citer le travail de Cynthia J. Brown, Poets, Patrons, and Printers. Crisis of Authority in Late Medieval France, Ithaca, Cornell University Press, 1995, celui d’Adrian Armstrong : Technique and Technology. Script, Print and Poetics in France 1450-1550, Oxford , Oxford University Press, 2000, ou encore, plus ancien, celui de Henry John Chaytor, From Script to Print, Cambridge, Cambridge University Press, 1945. La référence à Bourdillon est la suivante : Francis W. Bourdillon, The Early Editions of The Roman de la Rose, Genève, Slatkine Reprints, 1974 [1906].

8 Les manuscrits du Roman de la Rose qui appartenaient au savant se trouvent désormais à la Bibliothèque Nationale du Pays de Galles. Celui dont il est question ici porte la cote Aberystwyth Nat. Libr. 5014D.

9 Je transcris le texte de la recension d’après la version de Galliot du Pré, disponible sur le site Gallica de la BnF : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k546625.r=galliot+du+pr%C3%A9.langFR. Consulté le 10 août 2011.

10 S. Nichols les appelle « the purely visual aspect of the words ». Voir S. Nichols, « Marot, Villon and the Roman de la rose. A Study in the Language of Creation and Re-Creation », Studies in Philology 63, 1966, p. 135-143 et 64, 1967, p. 25-43, ici p. 26.

11 J’ai donné le premier vers en suivant l’édition de F. Lecoy et non, comme le faisait Nichols, sur l’édition de Langlois. En effet, le vers dans cette édition est : « Si s’en alerent a confesse ». Le pronom réfléchi est donné dans une version plus conforme à l’orthographe moderne alors que le texte du BnF fr. 1573 que suit Lecoy le rend « fautif ». On pourrait donc supposer que l’édition de 1481 a pu en moderniser la forme. Mais encore une fois, ne connaissant pas sa source, cela reste conjecture sur ce point précis. Il ressort en revanche, d’après Nichols, que des cas de ce genre sont fréquents, ce qui lui permet d’affirmer que l’éditeur a modernisé l’orthographe de son texte ou a choisi une version qui possédait déjà une langue plus conforme à ses goûts.

12 « Ce fut vers ce tems que parurent les premieres editions du Roman de la Rose, et l’impression occasionna la deuxiéme correction que l’on s’avisa d’y faire. Ainsi les premiers imprimés qui sont tous en caracteres gothiques, ne different que très-peu des derniers manuscrits du xv. siécle, mais la différence est sensible avec ceux du xiv. parce qu’il y eut de l’une à l’autre une double correction », (t. I, p.xxxv). Voir Le roman de la rose, par Guillaume de Lorris et Jean de Meun dit Clopinel, revu sur plusieurs éditions et sur quelques anciens manuscrits, accompagné de plusieurs autres ouvrages, d’une préface historique, de notes et d’un glossaire, éd. par Nicolas Lenglet Dufresnoy, 3 vol. Paris, Veuve Pissot / Amsterdam, Jean Fred. Désormais : Lenglet du Fresnoy, t. I, p. xxxiv. J’ai pour ma part travaillé avec un exemplaire parisien.

13 Voir Le Roman de la Rose par Guillaume de Lorris et Jean de Meun, éd. par Ernest Langlois, Paris, Firmin Didot, « Société des Anciens Textes Français »), 1914-1924. Désormais : Langlois, t. I, p. 42-43.

14 Langlois le note dans l’introduction de son édition, t. I, p. 45.

15 Pierre-Yves Badel parle des débuts de cette « tradition » vers le milieu du xive siècle et qui succède à des recueils basés davantage sur des relations thématiques. Voir : Le Roman de la Rose au XIVe siècle. Étude de la réception d’une œuvre, Genève, Droz, 1980, p. 65.

16 Lenglet se justifie de son assemblage de la façon suivante : « Comme j’ai trouvé ces deux ouvrages assez imparfaitement imprimés dans quelques editions du Roman de la Rose, j’ai cru que le public trouveroit bon que je les lui présentasse ici à la suite du Roman ; mais revûs et bien corrigez, sans quoi il n’y auroit pas eu un grand merite de les faire paroître de nouveau. D’ailleurs ces morceaux de poësie sont stériles et languissans, et ne peuvent être considerés que parce qu’ils viennent d’un auteur celebre », (Lenglet du Fresnoy, t. I, p. xlvi).

17 Pierre-Yves Badel aborde la légende de Jean de Meun alchimiste dans l’ouvrage mentionné à la note 16 (p. 68-72). Le même auteur a consacré un article à ce sujet : Pierre-Yves Badel, « Alchemical Readings of the Romance of the Rose », Rethinking the Romance of the Rose. Text, Image, Reaction, ed. by Kevin Brownlee and Sylvia Huot, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 1992, p. 262-285.

18 André Thevet est surtout connu pour ces livres de cosmographie. Il a néanmoins consacré un ouvrage aux Vrais Pourtraits et Vies (1584). Voir, entre autres, Frank Lestringant, André Thevet : cosmographe des derniers Valois, Genève, Droz, 1991.

19 Je n’ai pas eu un accès direct à l’édition de Lantin de Damerey. Cependant, Méon reproduisant et sa « dissertation » et ses notes, je le citerai en suivant cette édition. 

20 Voir Langlois, t. I, p. 46-47.

21 Pour lui comme pour Lenglet, Guillaume est mort en 1260 et Jean en 1305. C’est surtout cette date qui est retenue dans le contexte qui nous intéresse ici.

22 Les notes de Damerey sont toutes suivies de trois initiales (L.D.D.) qui permettent de les distinguer de celles de Méon, sans autre précision quant à elles.

23 Voir Méon, t. IV, p. 293.

24 Furetière donne comme définition à ce mot : « Injure gasconne, que dit à un homme de lettres un ignorant qui méprise les sçavants ».

25 Voir Bernard Cerquiglini, Éloge de la variante. Histoire critique de la philologie, Paris, Seuil, 1989, p. 73-74.

26 Quelques notes de Méon signalent et reproduisent des marginalia lues en général dans le manuscrit de l’Arsenal 3337. C’est encore une fois à Langlois que nous devons cette précision, qu’il note dans ses Manuscrits, op. cit, p. 76.

27 Les références sont les suivantes : Ernest Langlois, Origines et Sources du Roman de la Rose, Paris, Ernest Thorin, 1890 ; Les Manuscrits, op. cit.

28 « L’édition critique d’une composition de vingt-trois mille vers, dont il n’existe guère moins de deux cents manuscrits, dispersés dans toutes les bibliothèques d’Europe, est une œuvre immense, hérissée de difficultés de toutes sortes. Je l’ai entreprise, et j’espère, avec le temps, la mener à fin », écrivait-il dans l’Avant-propos des Origines, op. cit., p. v.

29 Voir The Early Editions, op. cit., p. 23. De même, elle sépare en deux groupes égaux les éditions marotiennes. Ibid., p. 155.

30 La seule différence tient dans les mots de vocabulaire donnés en marge du texte et signalés par un astérisque. Du même coup, Michel ne reprend pas le Glossaire de Méon/Damerey.

31 Il faut noter que cette interpolation n’est pas présente dans le manuscrit de base de Méon, le BnF fr. 25523.

32 Il en va de même pour les sources sur lesquelles on trouve des informations soit dans l’étude qu’il leur consacre soit dans les notes de son édition. Il faut donc également consulter ces deux ouvrages pour connaître les intertextes de Guillaume ou de Jean.

33 Interpolation qui s’insère entre les vers 4400 et 4401 de l’édition Langlois et qui devrait être signalée à la page 337 du tome III.

34 Alors que ces feuillets supplémentaires sont évoqués dans la description du manuscrit.

35 Voir S. Huot, The Romance of the Rose, op. cit., p. 365-368.

36 Pour le choix des manuscrits qu’il suit, voir p. 33-34.

37 Suivant le décompte qu’en donne S. Huot dans l’ouvrage cité, The Romance, op. cit., p. 163.

38 Voir l’exemple qui se trouve au tome III, p. 310-315.

39 Ce projet commun est visible sur le site : romandelarose.org

40 Voir B. Cerquiglini, op. cit., p. 43.

41 Pour le cas de l’ajout dans le discours de Raison, sa situation dans le texte, très peu après la transition, le rend plus aisé, le changement d’auteurs étant souvent signalé. Il n’en va pas de même pour d’autres situés plus au centre du récit.

42 Sur cette question, on pourra consulter l’ouvrage régulièrement mis à jour, de George P. Landow, Hypertext 3.0. Critical Theory and New Media in an Era of Globalization, Baltimore, The Johns Hopkins University Press, 2006, même si ce dernier n’envisage pas du tout le texte médiéval. Et pour une version qui prend en compte le moyen âge, on se rendra sur le site Hypercodex de l’Université de Genève : http://www.unige.ch/lettres/mela/recherche/Hypercodex10.html (consulté le 15 août 2011).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Frieden, « Le Roman de la Rose, de l’édition aux manuscrits », Perspectives médiévales [En ligne], 34 | 2012, mis en ligne le 01 septembre 2012, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://peme.revues.org/290 ; DOI : 10.4000/peme.290

Haut de page

Auteur

Philippe Frieden

Boursier du Fonds National Suisse de la Recherche Scientifique

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page