Navigation – Plan du site
Études & travaux

Réflexions sur le choix du manuscrit de base aujourd’hui ou La précaution inutile ?

Olivier Delsaux et Tania Van Hemelryck

Résumés

Cet article propose une réflexion sur les enjeux actuels du choix du manuscrit de base dans les éditions de textes en moyen français. Il vise notamment à mesurer la place qu’occupe et que peut occuper l’approche externe du manuscrit dans l’évaluation de son utilité éditoriale. Sont plus particulièrement envisagés les critères suivants : technologie (manuscrit vs imprimé), facture, support, calligraphie, illustration, producteur, premier possesseur, dédicataire, lecteur. L’article offre ainsi un panorama de la façon dont les sciences auxiliaires de l’archéologie du livre ont influencé les cadres théoriques et pratiques de la philologie française depuis les trente dernières années.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 M. B. Speer, « Editing Old French Texts in the Eighties : Theory and Practice », Romance Philology (...)
  • 2 Par critique interne, nous entendons le choix du manuscrit de base fondé sur la collation complète (...)

1Alors que depuis 1970 un renouveau s’observe dans les pratiques philologiques1, la question pourtant cruciale du rapport entre critique interne et critique externe2 dans le choix du manuscrit de base n’a pas encore fait l’objet d’attention par ses tendances avant-gardistes.

  • 3 Voir G. Di Stefano, Essais sur le moyen français, Padoue, Liviana, 1977, p. 9 : « A) La critique ex (...)

2Pourtant, comme le signalait déjà en 1977 Giuseppe Di Stefano3 cette question demeure centrale pour l’étude de la transmission d’un texte en français médiéval, en particulier pour la fin du Moyen Âge. Fin des années soixante-dix, le philologue italien se demandait si ces deux critères pouvaient être complémentaires ou si l’un d’eux était suffisant pour fonder le choix du manuscrit de base.

3Trente ans plus tard, quelles réponses ont été apportées à ces questions ?

  • 4 A. Foulet et M. B. Speer, On Editing Old French Texts, Lawrence, The Regent Press of Kansas, 1979, (...)
  • 5 B. Cerquiglini, Éloge de la variante. Histoire critique de la philologie, Paris, Seuil, 1989, p. 53 (...)

4Actuellement, la question n’a pas été posée sur le plan théorique. D’une part, les guides d’édition critique4, pourtant postérieurs aux Essais sur le moyen français, ne rendent compte que du choix d’un manuscrit de base fondé sur une évaluation purement textuelle des manuscrits. D’autre part, les articles qui ont nourri le débat autour de la nouvelle philologie abordent rarement la question du choix du manuscrit de base et/ou la posent différemment ; la multidimensionnalité des projets d’édition informatique allant parfois jusqu’à remettre en cause l’idée même d’un choix5. Enfin, les auteurs de compte rendu ne se préoccupent pas de ce critère dans leur évaluation des travaux d’édition.

  • 6 Nous sommes partis du répertoire suivant, actualisé ensuite à partir de la bibliographie de Klapp ( (...)

5Dans ce contexte, faute de balises théoriques et méthodologiques, pour aborder les rapports entre critiques interne et externe, il convient de se tourner vers les pratiques philologiques, au départ d’un corpus d’éditions de textes en moyen français6, pour, au départ de ces pratiques, faire émerger les réponses éventuellement données à la question posée par Giuseppe Di Stefano.

6De fait, qu’en est-il aujourd’hui des éditions qui ont été au-delà des évaluations textuelles des manuscrits ? Et comment situent-elles cette évaluation par rapport à l’appréciation textuelle des manuscrits ?

7Actuellement, la plupart des éditeurs de texte se limitent à une édition au départ d’une collation et d’un stemma codicum sans que le choix du manuscrit de base ne soit guidé ou corroboré par un ou plusieurs critères externes.

  • 7 K. Busby, Codex and Context. Reading Old French Verse Narrative in Manuscript, Amsterdam-New York, (...)

8Malgré tout, en raison du regain d’attention pour la dimension matérielle des manuscrits, permis par le développement des sciences auxiliaires et par l’intérêt plus théorique pour la manuscripture7, certains philologues s’obligent à des considérations externes sans que le texte édité ne le justifie ou sans disposer de ressources ou d’expertise en la matière. Ces éditeurs convoquent les caractéristiques externes sans quantifier et/ou s’interroger sur leur impact et leur importance par rapport aux critères d’évaluation interne.

9Au final, il est permis de constater un malaise au sein de la critique actuelle, qui sans balises méthodologiques pour pouvoir appréhender la dimension matérielle des manuscrits au-delà du simple constat, ne peut pas d’emblée élaborer une politique théorique et pratique d’édition.

*

10L’exposé a été structuré en fonction des différents types de critères externes que nous avons pu dégager de l’examen du corpus d’éditions critiques de textes en moyen français. Nous distinguons les critères liés à la production et ceux liés à la réception.

Production

Réception

Technologie

Premier possesseur

Facture

Dédicataire

Support

Lecteur

Calligraphie

Illustration

Producteur

1. Production

1.1. Technologie

  • 8 Voir par exemple l’édition Laidlaw des œuvres poétiques d’Alain Chartier (Cambridge, Cambridge univ (...)

11D’emblée, on remarque que les éditeurs ont des réticences à recourir à des supports imprimés, considérés – parfois purement a priori et sans examens approfondis –, comme nécessairement remaniés ou fautifs. Or, l’imprimé peut être le chainon le plus proche de l’original et les mss conservés peuvent parfois être des copies d’imprimés. Signe de cette réticence, le fait que les stemmas n’intégrent pas toujours (ou à titre purement documentaire) les témoignages imprimés8.

12Cependant, plus on avance dans le xve siècle, plus les imprimés sont pris en compte et leurs qualités textuelles sont évaluées au même titre que celles du manuscrit, qui n’a donc plus de privilège théorique.

13Ainsi, dans les années 1980, deux éditeurs estiment non pertinent le critère externe du type de technologie employé dans le choix du témoin à utiliser pour éditer un texte médiéval.

14Pierre Ruelle dans l’Esope de Julien Macho :

  • 9 Recueil général des isopets. Tome troisième. L’Esope de Julien Macho, éd. P. Ruelle, Paris, Société (...)

L’unique ms H, fort incomplet, n’a par ailleurs aucune qualité qui le rende supérieur aux incunables9.

15Madeleine Jeay dans les Évangiles des quenouilles :

  • 10 Les Évangiles des quenouilles, éd. M. Jeay, Paris/Montréal, Vrin/Presses Universitaires, 1985, p. 4 (...)

Il serait imprudent de penser que P, par sa seule qualité de témoin manuscrit, est plus près de l’original et s’impose d’emblée comme texte de base : M, l’incunable le plus ancien […] lui est à peu près contemporain, et se présente donc comme un témoin a priori tout aussi valable10.

16Il n’est pas toujours évident de savoir si les réticences des éditeurs à fonder l’édition critique sur des imprimés sont liées au type de technologie utilisée, aux acteurs impliqués dans cette production ou au simple fait que ces témoins sont plus tardifs que les manuscrits.

1.2. Facture

17Les critères externes en lien avec le soin placé dans l’exécution matérielle du manuscrit (calligraphie, support, décoration et illustration) sont convoqués par les éditeurs, car ils permettraient de caractériser implicitement la qualité textuelle du travail de copie.

18Premièrement, le support.

19En 2005, l’éditrice de la Doctrine du chant du cœur de Jean Gerson commence par justifier le choix de son manuscrit de base en donnant une description du support dont la qualité semble induire la supériorité du manuscrit de la BnF sur les tous les autres témoins :

  • 11 I. Fabre, La Doctrine du chant du cœur de Jean Gerson. Édition critique, traduction et commentaire (...)

Parmi tous les témoins recensés ici, le manuscrit S (B.n.F., lat. 17487) est sans doute celui qui, à tous les points de vue, présente les plus grandes qualités. Quand bien même on s’en tiendrait à sa dimension matérielle, on ne manquerait pas de relever un certain nombre de traits caractéristiques qui attestent d’un soin particulier accordé à l’exécution de la copie. Le premier élément susceptible de retenir l’attention se situe tout d’abord en amont de la copie proprement dite et concerne le support utilisé. En effet, à l’inverse de AK’M’Q’ […], le manuscrit S est intégralement constitué de parchemin, qui plus est d’une qualité remarquable : exempt de toute déchirure, de marques d’usure ou de taches, il est d’un brun très régulier, à peine foncé dans les angles externes. on peut noter immédiatement le caractère aéré et harmonieux de la présentation : non seulement le copiste n’a pas été avare de marge, mais nombreux sont les éléments de décoration (rubriques, lettres ornées) qui, tout en étant discrets, sont insérés dans le corps du texte avec beaucoup de minutie. Peuvent ainsi être relevés, dans le cas particulier du Canticordum au Pelerin, les détails suivants : outre le fait que S est le seul manuscrit qui possède une numérotation complète et régulière des répliques […], il présente, tout comme V, les citations latines systématiquement soulignées en rouge […] Titres et paragraphes marquant le passage d’une section à une autre y apparaissent rubriqués ; les initiales des différentes ‘collations’ et du sous-ensemble final consacré à la Haute Gamme sont particulièrement mises en valeur par leur taille […] Enfin, l’écriture elle-même est ce qu’il y a de plus soigné, puisqu’elle ne se contente pas d’être très lisible et élégante, mais offre à la lecture un minimum de ratures et de corrections en même temps qu’une leçon dénuée d’omissions et d’incohérences majeures11.

20Deuxièmement la calligraphie.

  • 12 Pierre de Nesson, Les Vigiles des morts (xve s.), éd. A. Collet, Paris, Champion, « Classiques Fran (...)

21Par exemple, en 2002, l’éditeur des Vigiles des morts de Pierre de Nesson12 choisit son manuscrit de base en fonction du soin apporté à l’exécution matérielle de la transcription :

Un seul bon manuscrit émerge de ce groupe ; il s’agit du manuscrit de Paris, BnF, fr. 578, xve s. (P1) qui servira de manuscrit de base à la présente édition ; il possède une écriture soignée même s’il présente des négligences dans la rédaction du texte.

22Troisièmement les illustrations.

23Bien que l’éditeur ne le considère pas comme un critère déterminant, la qualité et le nombre des enluminures d’un manuscrit joue parfois un rôle dans le choix d’un manuscrit de base :

  • 13 Jean Wauquelin, Les Faicts et les Conquestes d’Alexandre le Grand de Jehan Wauquelin, éd. S. Hérich (...)

Pour choisir le manuscrit de base, deux facteurs ont été pris en considération : en priorité l’état du texte, mais aussi la qualité artistique, qui était réellement exceptionnelle, de certains des manuscrits. […] Le manuscrit A s’avère être un fort bon manuscrit, non parce que le copiste ne se trompe jamais, mais parce que ses erreurs sont limitées et restent toujours faciles à corriger. Il est de plus le seul à proposer un extrait de l’Alexandréis de Gautier de Châtillon, qui reprend les conseils d’Aristote à Alexandre, tirés du Secreta Secretorum. Enfin, il représente un objet artistique exceptionnel par le nombre et la qualité de ses enluminures13.

24Cependant, ce faisant, dans l’exemple cité, l’éditeur ne suit pas ce qu’il considère comme un manuscrit « réalisé dans l’officine de l’auteur, qui a été relu et réécrit de la main de l’auteur » [manuscrit D] (p. XLIX). Dans ce cas-ci les qualités textuelles et artistiques du témoin prévalent sur l’identité du transcripteur.

  • 14 Fr. Duval, La Traduction du Romuleon par Sébastien Mamerot : étude sur la diffusion de l’histoire r (...)

25Malgré tout, il convient d’utiliser le critère iconographique avec prudence. De fait, les stemmas établis par les philologues ne se superposent pas toujours aux généalogies établies par les historiens de l’art. Ainsi, dans le cas du Romuleon de Sébastien Mamerot, l’analyse textuelle de Frédéric Duval a permis de dégager un manuscrit de base différent de celui adopté par Claude Schaefer au terme de l’analyse iconographique14.

26Globalement, le critère de la facture du manuscrit doit être utilisé avec prudence. Comme le note Hans Haselbach dans son édition de la traduction de la Formula Honestae Vitae de Martin de Braga par Jean de Courtecuisse :

  • 15 ‘Seneque des IIII vertus.’ La Formula honestae vitae de Martin de Braga (pseudo-Sénèque) traduite e (...)

l’aspect extérieur à lui seul ne permet pas de grandes conclusions sur le contenu ; tout au plus, il peut témoigner des soins plus ou moins grands qui ont été dépensés pour la confection du livre et, sous beaucoup de réserves, de l’estime dans laquelle étaient tenus les textes qu’il renferme15.

1.3. Producteur

27Le choix du manuscrit peut également être guidé par l’identité du transcripteur.

  • 16 G. Ouy, « Manuscrits autographes d’humanistes en latin et en français » dans Gli autografi medieval (...)
  • 17 Ainsi, face à un David Aubert, connu notamment pour ses pratiques de remaniement, un éditeur sera p (...)

28De fait, grâce aux développements des sciences auxiliaires depuis la seconde moitié du xxe siècle, il est devenu possible d’identifier plus précisément les copistes ou les équipes de production des manuscrits16. Dans ce contexte, le choix d’un manuscrit (ou le rejet17) peut se faire en fonction de l’identité de son transcripteur.

29Par exemple, Bruno Roy et Françoise Guichard-Tesson ont choisi d’éditer le Livre des Eschez amoureux moralisés d’Évrart de Conty sur la base du manuscrit E, car ce manuscrit a été copié par Simon Plumetot, réputé par ailleurs pour avoir accès à de très bons modèles, notamment des manuscrits originaux, voire autographes, d’auteurs de son époque. Les éditeurs émettent donc l’hypothèse qu’il aurait pu avoir pour modèle le manuscrit de l’auteur lui-même :

  • 18 Évrart de Conty, Le Livre des Eschez amoureux moralisés, éd. Fr. Guichard-Tesson et Br. Roy, Montré (...)

Si nous avons opté pour [Paris, BnF, fr. 24295, le manuscrit copié par Simon de Plumetot], c’est pour une raison qui nous paraît déterminante au plan philologique. La proximité du témoin E avec la version la plus ‘spontanée’ de l’œuvre, que nous présumons être l’autographe perdu d’Évrart, lui confère une autorité particulière18.

30En utilisant exclusivement ce critère, les éditeurs semblent avoir conscience qu’ils suivent une ligne éditoriale peu courante, qu’ils sont seuls à emprunter.

31L’exemple le plus évident demeure le cas du manuscrit autographe, copié de la main de l’auteur lui-même. Malgré tout, il n’est pas toujours facile de déterminer si le choix du manuscrit autographe se base sur les qualités professionnelles de l’auteur devenu copiste ou sur les qualités auctoriales de la copie autographe, qui serait la dernière étape du work in progress de l’œuvre :

  • 19 Vie et Miracles de Saint Josse de Jean Miélot, N.-O. Jönsson éd., Turnhout, Brepols, « Textes verna (...)

Le manuscrit Bruxelles 10958 est le manuscrit principal, car il constitue un autographe du traducteur Jean Miélot19.

32ou

  • 20 Poetry of Charles d’Orléans and His Circle. A Critical Edition of BnF Ms. Fr. 25458, Charles d’Orlé (...)

The fact that it is Charles’s own copy, partially copied and corrected in his own hand, makes it the necessary basis for any edition that pretends to represent the work closest to the poet’s act of writing. No other manuscript can match its authority, though other manuscripts are interesting for a variety of reasons20.

33Ici, l’éditeur assume le critère externe de l’identité du transcripteur comme suffisant et exclusif pour l’édition d’un manuscrit autographe ; cette acceptation s’accompagne clairement d’un raisonnement général qui dépasse le cas particulier du manuscrit édité.

  • 21 Laurent de Premierfait, Livre de vieillesse. Traduction du De senectute de Cicéron (1405), éd. St. (...)

34Récemment, Stefania Marzano a choisi d’éditer la traduction du De Senectute par Laurent de Premierfait en se concentrant sur le manuscrit autographe du texte et en ne recourant à quelques manuscrits tardifs qu’à titre d’information (Paris, BnF, lat. 7789)21.

35Certains éditeurs de Guillaume de Machaut ont même explicitement choisi de privilégier un manuscrit dont la production a été supervisée par l’auteur, sans chercher à induire une incidence de l’implication de l’auteur sur la qualité philologique du texte choisi :

  • 22 R. Barton Palmer, Guillaume de Machaut, The Judgment of the King of Navarre, New York and London, G (...)

I have therefore adopted MS A as my base text. Because Machaut probably oversaw its production (and may well have edited the text of The Judgment of the King of Navarre, though there is no internal evidence to support this claim)22.

  • 23 E. Ornato et G. Ouy, « Édition génétique de textes médiévaux » dans Les Éditions critiques. Problèm (...)

36Cela n’a pas toujours été le cas. De fait, l’on a pu pointer un malaise de la part des éditeurs utilisant le critère externe d’identité du transcripteur, en particulier pour les mss autographes23.

  • 24 Genève, Droz, « Textes Littéraires Français » 205, 1987, p. 72.

37Dans certains cas, l’éditeur choisit son manuscrit de base sans utiliser le critère externe de l’autographie. Par exemple, lors de la description des témoins, Giovanna Trisolini déclare que le manuscrit A du Voyage de Gênes de Jean Marot est l’« exemplaire de présentation à la reine Anne de Bretagne » et qu’il a été « probablement revu par l’auteur lui-même, qui l’a offert de ses propres mains à la reine »24. Quelques pages plus loin, lors de la présentation des principes d’établissement du texte, l’éditeur ne précise pas le statut de ce codex et il reprend le formulaire habituel des éditeurs de mss :

  • 25 Ibid., p. 78.

A ce point nous croyons pouvoir conclure en acceptant de reproduire le texte de A, que pour des raisons de clarté, d’intelligence et de qualité, nous jugeons le meilleur, en le corrigeant seulement si sa leçon nous semble fautive ou contestable25.

38Les cas particulièrement illustratifs du malaise face à ce critère externe sont ceux où l’éditeur ne se contente pas de l’argumentation matérielle (autographie) et appuie son choix par une évaluation textuelle.

39Ainsi, Pierre Champion, qui n’avait aucun doute sur le caractère autographe du manuscrit de base BnF, fr. 25458 des Poésies de Charles d’Orléans, valide son choix par des arguments textuels :

  • 26 Charles d’Orléans, Poésies, éd. P. Champion, Paris, Champion, « Classiques Français du Moyen Âge » (...)

Il résulte de ce que nous avons dit des manuscrits de Charles d’Orléans qu’une édition critique des poésies doit être établie sur le manuscrit O […] puisqu’il est la source de tous les autres, que l’auteur y a fait ses corrections et qu’il y a inscrit de sa main un certain nombre de morceaux26

  • 27 The Love Debate Poems of Christine de Pizan. Le Livre du Debat de deux amans. Le Livre des Trois ju (...)

40En 1990, Barbara Altmann démontre qu’il est nécessaire de choisir le Harley 4431 parce qu’il s’agit d’un manuscrit autographe, mais s’empresse d’ajouter que, textuellement, le Harley présente des leçons meilleures sur de nombreux points : « textual evidence corroborates the choice of R as base manuscript »27.

  • 28 Christine de Pizan, Epistre Othea, éd. G. Parussa, Genève, Droz, « Textes Littéraires Français » 51 (...)

41Gabriela Parussa adopte le même raisonnement pour l’Epistre Othea ; elle choisit B1 parce qu’il représente le dernier état du texte approuvé par l’auteur, tout en notant que : « le manuscrit de base de notre édition nous offre un texte complet de l’Epistre et presque toujours correct »28.

42Dans certains cas, un manuscrit tardif, non supervisé par l’auteur, peut être privilégié à un manuscrit original, soit parce qu’il présente une version meilleure, soit parce qu’il témoigne d’une version plus récente du texte.

  • 29 Paris, LGF, « Lettres Gothiques », 1999 p. 26. La suite de l’exposé montre qu’il faut entendre par (...)

43Premier cas. L’édition du Voir Dit de Guillaume de Machaut, où Paul Imbs et Jacqueline Cerquiglini-Toulet écartent pour des « raisons philologiques longuement pesées »29 le manuscrit A, contemporain de l’auteur, et qu’ils estiment pourtant avoir pu être copié sous sa surveillance.

  • 30 Opera, éd. N. Grévy-Pons, E. Ornato et G. Ouy, Turin/Paris, Giapichelli/CEMI, 1963-1975, t. II, p.  (...)

44Deuxième cas. L’édition du traité A toute chevalerie de Jean de Montreuil (t. II, p. 90), où Ezio Ornato et Gilbert Ouy ont choisi de suivre le témoignage d’un manuscrit tardif, qui présentait un état du texte postérieur à celui offert par le manuscrit autographe conservé30.

  • 31 Romania 53, 1924, p. 447-448. Le Petit Jehan de Saintré. Texte nouveau publié d’après le manuscrit (...)
  • 32 Antoine de La Sale, Jehan de Saintré, Genève, Droz, « Textes Littéraires Français » 117, 1965, p. X (...)

45Ce type de choix peut être néanmoins « dangereux » et présente le risque d’introduire des parasites (des variantes non voulues par l’auteur), tel que l’illustre le cas du Saintré. Pierre Champion et Fernand Desonay ainsi que Joël Blanchard et Mario Eusebi ont choisi de suivre le manuscrit Paris, BnF, n.a.fr. 10057, manuscrit original réputé avoir été corrigé par l’auteur lui-même. Sur la base d’une hypothèse formulée par Mario Roques dans un compte rendu à l’édition Champion et Desonay31, Jean Misrahi et Charles Knudson ont choisi d’éditer des mss tardifs du texte estimant, à la suite de Mario Roques, qu’Antoine de La Sale avait poursuivi son travail de correction et de révision du n.a.fr. 10057 sur un autre support aujourd’hui perdu, et dont témoigneraient ces copies tardives32.

46Dans une recension de l’édition Misrahi et Knudson, Félix Lecoy souligna les apories d’un tel choix :

  • 33 Romania 90, 1969, p. 413.

en choisissant un manuscrit du groupe retouché, on introduira peut-être, dans une édition ainsi conçue, un certain nombre de leçons voulues par l’auteur, mais on chargera cette édition, très certainement, d’un lot important de leçon dégradées. Et il est impossible de faire le départ entre l’authentique et l’illégitime. […] Je veux bien croire que le manuscrit Barrois ne nous transmet pas, du Saintré, la dernière forme qu’en a donnée l’auteur ; mais, si tant est que cette forme plus récente ait jamais existé (ce qui reste à prouver), nous ne pouvons plus la dégager des scories qui l’encombrent33.

47Félix Lecoy conclut sur le caractère suffisant du critère externe dans le cas des mss originaux :

  • 34 Ibid.

on mesurera alors le danger et l’imprudence qu’il y a à abandonner un témoin sûr et fidèle, lorsqu’on a la chance d’en posséder un. Quand on connait l’extraordinaire incertitude de la tradition manuscrite de nos œuvres médiévales, comment peut-on, sur la foi d’un raisonnement prétendument logique, traiter, sinon par le mépris, du moins avec désinvolture, un document qui offre toutes les garanties d’un certain état de vérité34

  • 35 Cas de Machaut, Froissart, Christine de Pizan. Voir Guillaume de Machaut, Œuvres, éd. E. Hoepffner, (...)

48Enfin, dans les cas des manuscrits supervisés par l’auteur, la tentation est grande de suivre un même manuscrit-recueil35 ; cette tendance est soutenue par l’idée que le recueil doit nécessairement avoir été composé d’un seul tenant/mouvement. Cependant, des manuscrits d’une telle ampleur ne sont pas textuellement homogènes et le stade d’évolution des textes qu’ils contiennent n’est souvent pas le même, comme le confirme l’étude de la composition codicologique du volume. Un texte récemment composé au moment de sa mise en recueil présentera sans doute plus de fautes qu’un texte plus ancien.

Conclusion intermédiaire

  • 36 G. Ouy, « Histoire ‘visible’ et histoire ‘cachée’ d’un manuscrit », Le Moyen Âge 64, 1958, p. 115-1 (...)
  • 37 Fr. Vielliard, « Le manuscrit avant l’auteur : diffusion et conservation de la littérature médiéval (...)

49Le développement des sciences auxiliaires liées à l’étude du livre médiéval depuis le milieu du xxe siècle (paléographie, codicologie et histoire du livre)36 a permis d’affiner notre connaissance des conditions de production des manuscrits médiévaux. Précisons d’emblée que ces capacités de contextualisation du codex et de son texte sont plus faciles et plus précises à mettre œuvre pour les textes des xive et xve siècles, où l’écart chronologique/géographique entre la production du texte et la production du manuscrit conservé tend vers zéro et le choix d’un manuscrit peut a priori se fonder sur des critères non textuels37. Cependant, l’utilisation de ces critères (technologie et facture) doit se faire avec prudence et discernement ; pour notre part, la qualité d’exécution d’une copie peut difficilement infirmer ou confirmer un choix textuel. A contrario, le critère de l’identité du transcripteur pourrait être déterminant, que ce soit pour ses qualités personnelles de transcripteur (principe de fidélité) ou pour son réseau professionnel de production, notamment la possibilité d’accéder à des modèles autorisés. L’étude de la transmission du texte qui fonde le choix du manuscrit ne peut faire abstraction des acteurs de cette diffusion.

  • 38 Christine de Pizan, Le Livre du corps de Policie, éd. R. H. Lucas, Genève/Paris, Droz/Minard, 1967.
  • 39 Christine de Pizan, Le Livre du corps de policie, éd. A. J. Kennedy, Paris, Champion, « Études chri (...)

50Ainsi, dans le cas de l’édition du Corps de policie de Christine de Pizan, en se basant sur le seul critère de l’exécution matérielle, Robert H. Lucas a choisi un manuscrit dédié à Philippe le Bon et exécuté dans une belle écriture bâtarde, typique dans ce milieu de production (Paris, BnF, fr. 12439)38. Sur la base de ce critère il a fourni un état tardif du texte. Par contre, sur la base du critère du transcripteur (certes permis par les avancées des recherches paléographiques sur les manuscrits originaux et autographes de Christine de Pizan), Angus J. Kennedy a proposé une nouvelle édition au départ des quatre manuscrits originaux du Corps de policie39.

2. Réception

  • 40 J. Bédier, La Tradition manuscrite du Lai de l’ombre. Réflexions sur l’art d’éditer les anciens tex (...)

51L’importance accordée dès Joseph Bédier à l’idée d’éditer un texte « authentiquement » médiéval40, dans le sens où il aurait été effectivement lu, a fortement influencé les pratiques philologiques de choix du manuscrit de base, notamment par les critères de marque de possession, de lecture ou de dédicace.

52Ainsi, dans leur édition du Racional des divins offices, Charles Brucker et Pierre Demarolle choisissent leur manuscrit de base en raison principalement des marques de possession et de lecture de son destinataire, le roi Charles V, dédicataire du texte :

  • 41 Jean Golein, Le ‘Racional des divins offices’ de Guillaume Durand. Livre IV, éd. Ch. Brucker et P. (...)

Le manuscrit BnF fr. 437 (X), de par les corrections portées par le roi lui-même, de par son statut d’exemplaire royal, de par, enfin, sa complétude, la richesse de ses illustrations et ses qualités textuelles, a été retenu comme manuscrit de base, bien qu’il ne soit pas le plus ancien41.

53Le critère de la dédicace est souvent convoqué pour les textes bourguignons du xve siècle ; dans le cas de Guillaume Fillastre, il est invoqué comme déterminant par l’éditeur :

  • 42 Guillaume Fillastre. Le Traittié de Conseil. Édition critique avec introduction, commentaire et glo (...)

Après examen, T, l’exemplaire dédié à Charles le Téméraire, exécuté avec le soin qu’il mérite, s’impose comme manuscrit de base. Malgré le nombre relativement élevé des leçons singulares – dont certaines peuvent être des variantes d’auteur – il présente un bon texte, sans contre-sens, quoique avec certains oublis ou interventions du copiste42. »

54Est-ce parce que l’on induit que le manuscrit de dédicace est nécessairement exempt de fautes (du fait de son prestigieux destinataire et du soin dès lors mis dans son exécution) ou est-ce parce qu’il est perçu comme un témoin nécessairement lu par le dédicataire, sorte de lecteur autorisé, comme en témoigne l’exemple ci-dessous :

  • 43 A. Vanderjagt, Qui sa vertu anoblist. The concepts of ‘noblesse’ and ‘chose publicque’ in Burgundia (...)

1) it is the oldest know copy of our texts ; 2) it is the text which is most closely related to the translator and to the Latin original ; 3) it is the richest manuscript with our texts from the ducal collection ; thus it has the greatest chance of having been read, examined or at least looked at by Philip the Good and Charles the Bold43.

55De fait, il semblerait que l’édition induise un lien entre la qualité du texte et la destination prestigieuse, comme dans le cas de l’édition de la Mutacion de Christine de Pizan :

  • 44 Christine de Pizan, Le Livre de la mutacion de Fortune, éd. S. Solente, Paris, Picard, « Société de (...)

nous avons choisi B, dont le texte est bon et l’origine bien établie44.

56Suzanne Solente avait déjà exprimé un tel avis dans son édition des Fais et bonnes meurs du sage roy Charles V :

  • 45 Christine de Pizan, Le Livre des fais et bonnes meurs du sage roy Charles V, éd. S. Solente, Paris, (...)

Nous avons choisi le manuscrit B, dont l’origine est bien établie, qui est, pensons-nous, l’exemplaire de présentation offert au duc de Bourgogne par Christine. Son texte est bon45.

57Dans le cas du manuscrit de dédicace, le critère d’appartenance, à défaut de pouvoir concerner l’auteur à l’époque médiévale, concerne le dédicataire et les liens implicites qu’il devait entretenir avec l’auteur, supposant la perfection textuelle :

  • 46 Ch. Brucker, « Le Policratique : un fragment de manuscrit dans le MS B.N. fr. 24287 », Bibliothèque (...)

les fautes de copiste sont trop nombreuses pour qu’on puisse voir en N’ l’exemplaire original de la Dédicace et que, très souvent, les mss de l’Arsenal et de Sainte-Geneviève présentent la bonne leçon en face de la leçon erronée de N46.

58Pour ce qui concerne les manuscrits-recueils, certains éditeurs se basent sur le critère de la réception par un lecteur médiéval sans s’interroger sur les méthodes de travail du transcripteur et donc son utilisation de plusieurs modèles. Ainsi, les philologues qui éditent un corpus d’œuvres ont parfois tendance à choisir le manuscrit qui renferme le plus grand nombre des œuvres du corpus à éditer. Ce choix semble fondé sur l’idée que le lecteur médiéval qui a regroupé ces textes était soucieux de la qualité des textes qu’il allait lire et qu’il avait éventuellement accès à un manuscrit dont la structure avait été établie par l’auteur lui-même.

59Ainsi, dans son édition des Œuvres de Michault Taillevent, Robert Deschaux suit généralement un même manuscrit-recueil, le célèbre Paris, Bibl. de l’Ars. 3521, assez bon textuellement, mais qui, surtout, est l’unique témoin pour cinq œuvres de Taillevent. La sélection du manuscrit est codicologique et non textuelle :

  • 47 Michault Taillevent, Un Poète bourguignon du xve siècle. Michault Taillevent. Édition et étude, éd. (...)

De ces onze manuscrits nous choisissons A2 comme manuscrit de base, manuscrit relativement soigné malgré des erreurs, et qui contient, nous l’avons vu, neuf des quatorze œuvres de Michault Taillevent […] Comme indiqué plus haut, A2 est retenu pour manuscrit de base ; non que ce manuscrit soit sans fautes : pour le Passe Temps il comporte deux lacunes et une trentaine d’erreurs. Mais il est plus soigné que tous les autres : A2 est l’œuvre d’un scribe consciencieux, à l’écriture fine mais lisible, qui évite les étourderies, les ratures et les abréviations47.

60Cependant, il avoue lui-même, pour l’édition de certains textes, que « sa supériorité [est], pour cette œuvre [Debat du cuer et de l’ueil], un peu moins évidente » (éd. cit., p. 190).

  • 48 Le Cycle de ‘La Belle Dame sans mercy’. Une anthologie poétique du xve siècle (BNF ms. fr. 1131), é (...)

61L’on pourra encore noter le cas de l’édition du Cycle de la ‘Belle Dame sans mercy’ par David Hult, où l’éditeur du cycle choisit le manuscrit Paris, BnF, fr. 1131, car ce manuscrit trahit l’intention d’avoir rassemblé des œuvres en vers d’Alain Chartier48.

  • 49 The Poetical Works of Alain Chartier, éd. J. C. Laidlaw, Cambridge, Cambridge University Press, 197 (...)

62Cependant, dans son édition des Œuvres poétiques d’Alain Chartier, James C. Laidlaw n’a pas suivi un même recueil, malgré sa qualité globale et le fait qu’il soit le meilleur manuscrit pour certains textes (cf. cas du ms Oj), à partir du moment où il est d’une mauvaise qualité pour le texte édité. Ainsi, le manuscrit Qd qui contient quatre des textes édités par Laidlaw, n’est choisi comme manuscrit de base que pour deux de ces textes49.

63Enfin, le critère du lecteur peut être intéressant ou pertinent, dans le cas d’un lecteur connu pour avoir été proche de l’auteur, ou dans le cas d’un lecteur qui a effectué un travail de collation et d’annotation.

  • 50 George Chastelain, Le Temple de Bocace, éd. S. Bliggenstorfer, Berne, Francke, « Romanica Helvetica(...)

64Par exemple, dans le cas de l’édition du Temple de Bocace, Susanna Bliggenstorfer choisit le manuscrit de Florence renfermant les Œuvres de George Chastelain, car il était en possession du fils d’un collègue de l’auteur, Philippe Bouton (p. *60). Elle émet également l’hypothèse que le manuscrit aurait pu être revu par un lecteur particulièrement informé, Jean Molinet (p. *100)50.

*

65Les exemples rassemblés ci-dessus nous paraissent attester d’un malaise au sein de la communauté des philologues par rapport à la place à accorder aux critères externes dans le choix d’un manuscrit de base. Alors que d’autres disciplines, telle la diplomatique médiévale, articulent explicitement l’étude externe et interne des documents, la philologie n’offre aucun cadre méthodologique ou épistémologique.

66Esquissons quelques motifs possibles de cette généralisation du choix du manuscrit sur un critère de nature textuelle. Ceux-ci sont, selon nous, ancrés dans l’histoire de la philologie.

  • 51 J. Beck, « Moyen français moyennant quoi ? », Le Moyen français 44-45, 1999, La Recherche. Bilan et (...)

67Premièrement, les possibilités de choisir un manuscrit en fonction d’un critère externe ont été longtemps limitées par les corpus majoritairement étudiés. En effet, pour des raisons qu’il ne nous incombe pas de développer ici51, au départ, la philologie s’est concentrée sur les textes des xiie et xiiie siècles, dont les manuscrits sont largement postérieurs à la date de rédaction et réalisés par des copistes éloignés des foyers de production. Dans ce contexte, les philologues ont concentré leurs efforts sur l’évaluation interne des témoins. L’étude des textes des xive et xve siècles n’a pas été au centre des questionnements philologiques. Or, les manuscrits de textes en moyen français se prêtent le mieux à des choix sur une base matérielle et non textuelle. D’une part, parmi les manuscrits conservés, le nombre de manuscrits contemporains augmente par rapport aux siècles précédents ; d’autre part, les manuscrits de cette époque présentent de nouvelles caractéristiques sur le plan de la production (manuscrit supervisé par l’auteur) et de la réception (pratiques de lecture annotative).

  • 52 U. Bähler, Gaston Paris et la philologie romane, Genève, Droz, « Publications Romanes et Françaises (...)

68Deuxièmement, le choix d’un manuscrit de base, fondé sur l’évaluation interne, apparait comme un des éléments essentiels du paradigme mis en place par la philologie pour devenir une discipline scientifique à part entière. Devant définir sa spécificité pour justifier son existence, cette science du texte a pris le parti de se concentrer sur l’approche proprement textuelle des manuscrits52. Le manuscrit a longtemps été vu comme le seul support d’un texte et non comme un objet produit dans un contexte. L’approche matérielle est restée périphérique.

  • 53 N. Clot, « Éditer la littérature médiévale en France dans la première moitié du xixe siècle : édite (...)
  • 54 La Vie de saint Alexis, éd. G. Paris et L. Pannier, Paris, Franck, « Bibliothèque de l’École des ha (...)

69Troisièmement, en réaction aux méthodes empiriques53 des philologues de la période « romantique », la philologie scientifique a choisi de se construire exclusivement sur les cadres de pensée positiviste. Alors que le choix d’un manuscrit de base était précédemment basé sur des critères subjectifs (ancienneté du manuscrit, possesseur prestigieux…) et variables (chaque tradition requérait une solution spécifique), le choix devait désormais répondre à une méthode objective et universelle, fondée sur des éléments quantifiables et définitifs, que garantit l’approche textuelle des traditions manuscrites54.

70Quatrièmement, l’étude matérielle des manuscrits s’est développée et affirmée dans la seconde moitié du xxe siècle alors que la philologie avait déjà codifié ses pratiques d’édition, mais sans intégrer les acquis et les méthodes de ces sciences dites « auxiliaires ». Dans ce contexte, l’évaluation externe des manuscrits procède moins d’une démarche critique que d’une reproduction relativement passive des avis de chercheurs plus autorisés, dont le philologue n’apprécie pas la pertinence ou l’actualité :

  • 55 La Bible de Jehan Malkaraume, éd. J. R. Smeets, Asmterdam, Van Gorcum Assen, 1978, p. 18-19.

Cependant Melle Gasparri, infiniment plus qualifiée que nous dans ce domaine, est d’avis qu’il s’agit peut-être d’un manuscrit d’auteur55.

71Cinquièmement, la récente mise en évidence des notions de variance textuelle et la défense de la multiplicité des traditions manuscrites médiévales amène peut-être à relativiser l’importance du choix de manuscrit de base. Dans un cadre post-moderniste et post-bédiériste où tout se vaut, tout manuscrit pourrait en soi servir de manuscrit de base. Ce manuscrit n’est qu’un témoin parmi d’autres, qui n’était pas nécessairement à privilégier.

Conclusion

  • 56 « Choisi sur son ancienneté, sa lisibilité, sa position stemmatique, son importance historique, la (...)

72Face au choix du manuscrit, depuis les années soixante-dix, les éditeurs adoptent trois attitudes distinctes. Premièrement, un choix exclusivement fondé sur l’évaluation textuelle ; deuxièmement, un choix basé sur des critères matériels ; troisièmement, un choix fondé sur une oscillation entre les deux types de critères. Cette tendance au syncrétisme56 peut être vue comme une stratégie hyper-critique lors du choix du manuscrit ; elle-même induite par l’absence de balises méthodologiques claires et par l’inadéquation des cadres critiques. Le choix sur une base matérielle semble devoir nécessairement être cautionné par un critère d’ordre textuel.

73Voici deux exemples parlants de cette démarche qui, superposant les critères, en devient a-critique, tant la position de compromis n’en est plus réellement une. En 1990, Angus Kennedy justifiait ainsi le choix du manuscrit Paris, BnF, fr. 580 de l’Epistre à la reine de Christine de Pizan :

  • 57 A. J. Kennedy, « Editing Christine de Pizan’s Epistre a la reine », The Editor and the Text, éd. Ph (...)

B.N.f.fr. 580 [manuscrit autographe] emerges as the natural choice, since it has a number of features that makes it unique (it alone contains the miniature at the beginning of the text and the rondeau at the end, and it has claims to being an autograph manuscript)57.

74En 1968, Patricia Gathercole présentait sans doute le record du nombre d’arguments en faveurs d’un manuscrit de base :

In any case, here we have chosen 226 as the base manuscript because :

  1. It seemed the oldest of the manuscripts consulted (to accept Paulin Paris’ estimation as well as to judge from its physical appearance).

  2. It is complete, contains all three prologues.

  3. It was made with great care, which should indicate accuracy.

  4. It is easier to read than many manuscripts, having fewer unclear abbreviations.

  5. It shows few gross errors either in spelling of words or in grammar.

  6. Because of the fact that the first miniature is said to represent an authentic portrait of Laurent. […].

    • 58 P. M. Gathercole, Laurent de Premierfait’s Des cas des nobles hommes et femmes, Chapel Hill, The Un (...)

    It is the only manuscript that the present author found among the twenty-two consulted which bore the name of Laurent at the end of Book I58.

75Les éditeurs qui envisagent les rapports entre ces deux critères sont rares. Seuls Giuseppe Di Stefano, Gabriela Parussa et Hans Haselbach ont exprimé explicitement la position qu’ils adoptaient face à ces deux critères.

76Après avoir évalué les témoins de sa tradition manuscrite selon les critères externes et internes, Giuseppe Di Stefano affirme que le choix d’un manuscrit doit se baser sur un seul type de critère. Pour sa part, il choisira le critère philologique :

  • 59 G. Di Stefano, « L’edizione delle traduzioni : l’esempio del Decameron tradotto da Laurent de Premi (...)

Noi non poniamo, almeno in questa sede, la questione dell’autografia del testo e lasciamo ad altri la responsabilità di sviluppare questo aspetto della traduzione e della tradizione, pur conoscendo l’enorme vantaggio che l’editore ha quando si trova a lavorare sulla copia dell’autore. A noi qui basta fornire la prova filologica della qualità della copia della Biblioteca59.

77Gabriela Parussa, quant à elle, doute du caractère suffisant des critères externes :

  • 60 Christine de Pizan, Epistre Othea, éd. cit., p. 92.

il ne nous semble pas prudent de fonder le choix d’un manuscrit [le Harley 4431, réputé autographe, contre le BnF, fr. 606, réputé corrigé par l’auteur] exclusivement sur des arguments paléographiques, fort difficiles à vérifier60.

78Enfin, Hans Haselbach limite la critique externe à l’étude de la réception du texte et assume pleinement la critique interne comme approche exclusive pour déterminer le manuscrit de base à suivre :

  • 61 Éd. cit., p. 18 et 247.

Contrairement aux recommandations des manuels, nous commencerons – après la présentation des matériaux – directement par la critique textuelle proprement dite, sans tenir compte des critères extérieurs tels que l’écriture, l’ornementation, le compte des cahiers etc. Ce procédé nous est dicté par le rang primordial accordé dans ce travail à la comparaison des textes. En effet, la critique textuelle sert de point de départ […] l’étude des manuscrits n’est envisagée ici que dans la perspective de sa contribution à l’histoire du texte. […] ce n’est pas le manuscrit qui importe. Le manuscrit n’est qu’un témoin, qui, comme tout témoin, renvoie à autre chose qui le dépasse. Ce dont il est révélateur, c’est la relation entre le texte et son lecteur61.

  • 62 Certains éditeurs qui utilisent des manuscrits originaux font l’économie de certaines « figures imp (...)

79Au final, nous plaiderions pour que la philologie reconnaisse davantage la validité de l’emploi exclusif des critères externes dans le choix d’un manuscrit de base. Cette démarche, pour peu qu’elle n’aboutisse pas à contraindre d’autres choix éditoriaux (notamment le relevé de la varia lectio)62, ne doit pas être perçue comme un acte de paresse (face à la collation), de révolte (face aux schémas traditionnels) ou de défaite (face à la difficulté d’établir un stemma). L’édition est un geste interprétatif qui doit être assumé et respecté. Une hypothèse de travail à considérer comme telle. Surtout, la philologie devrait davantage prendre conscience que le choix du manuscrit de base doit être binaire ; soit fondé sur un critère matériel soit sur un critère textuel. Envisager l’idée d’un compromis ou poser la question de la priorité de l’un sur l’autre est périlleux et souvent inutile. En effet, il s’agit de deux approches épistémologiquement distinctes. L’illustre parfaitement le cas du manuscrit autographe. Celui-ci peut ne pas offrir le texte le meilleur ni le texte le plus abouti.

Haut de page

Bibliographie

Ursula Bähler, Gaston Paris et la philologie romane, Genève, Droz, 2004.

Jonathan Beck, « Moyen français moyennant quoi ? », Le Moyen français 44-45, 1999, La Recherche. Bilan et perspectives. Actes du Colloque international. Université McGill, Montréal, 5-6-7 octobre 1998, éd. G. Di Stefano et R. M. Bidler, p. 29-43.

Pascale Bourgain, Françoise Vielliard, Conseils pour l’édition des textes médiévaux. Fascicule III. Textes littéraires, Paris, École nationale des Chartes, « Orientations et méthodes », 2002.

Charles Brucker, « Le Policratique : un fragment de manuscrit dans le ms B.N. fr. 24287 », Bibliothèque d’Humanisme et de Renaissance. Travaux et documents 34, 1972, p. 269-273.

Keith Busby, Codex and Context. Reading Old French Verse Narrative in Manuscript, Amsterdam-New York, Rodopi, « Faux titre. Études de langue et de littérature françaises » 221, 2002.

Bernard Cerquiglini, Éloge de la variante. Histoire critique de la philologie, Paris, Seuil, 1989.

Bernard Cerquiglini, Jean-Louis Lebrave, « Philectre : un projet de recherche pluridisciplinaire en philologie électronique », Zeitschrift für Literaturwissenschaft und Linguistik 27, 1997, p. 83-93.

Nathalie Clot, Éditer la littérature médiévale en France dans la première moitié du xixe siècle : éditeurs et éditions en „Empirie”, Position des thèse de l’École nationale des Chartes 2002, p. 37-46.

Giuseppe Di Stefano, Essais sur le moyen français, Padoue, Liviana, « Ydioma Tripharium. Collana di studi e saggi di filologia romanza », 1977.

Giuseppe Di Stefano, « L’edizione delle traduzioni : l’esempio del Decameron tradotto da Laurent de Premierfait (1414) », Ensi firent li ancessor. Mélanges de philologie médiévale offerts à Marc-René Jung, éd. L. Rossi, Alessandria, Edizioni dell’Orso, 1996, t. II, p. 573-586.

Frédéric Duval, « Introduction », Pratiques philologiques en Europe. Actes de la journée d’étude organisée à l’École des chartes, éd. Fr. Duval, Paris, École des Chartes, « Études et rencontres de l’École des chartes » 21, 2006, p. 5-20.

Mario Eusebi, « Per una nuova edizione del Saintré », Le Moyen français 22, 1989, Du Manuscrit à l’imprimé. Actes du colloque international. Université McGill, Montréal, 3-4 octobre 1988, éd. G. Di Stefano et R. M. Bidler, p. 179-185.

Alfred Foulet, Mary B. Speer, On Editing Old French Texts, Lawrence, The Regent Press of Kansas, 1979.

Françoise Guichard-Tesson, Michèle Goyens, « Comment éditer l’autographe d’une traduction de traduction ? », Scriptorium 63, 2009, p. 173-205.

Éric Hicks, « Pour une édition génétique de l’Epistre Othea », Pratiques de la culture écrite en France au xve siècle. Actes du Colloque international du CNRS, Paris, 16-18 mai 1992, éd. M. Ornato et N. Pons, Turnhout, Brepols, « Fédération Internationale des Instituts d’Études médiévales. Textes et études du Moyen Âge » 2, 1995, p. 151-159.

Sandra Hindman, « The Composition of the Manuscript of Christine de Pizan’s Collected Works in the British Library : A Reassessment », British Library Journal 9, 1983, p. 93-123.

Elisabeth Keitel, « La tradition manuscrite de Guillaume de Machaut », Guillaume de Machaut. Poète et compositeur. Colloque-Table ronde organisé par l’Université de Reims (Reims, 19-22 avril 1978), Paris, Klincksieck, 1982, p. 75-94.

Angus J. Kennedy, « Editing Christine de Pizan’s Epistre a la reine », The Editor and the Text, éd. Ph. Bennett et Gr. Runnals, Édimbourg, U.P., 1990, p. 71.

William Kibler et James Wimsatt, « Machaut’s Text and the Question of His Personal Supervision », Chaucer’s French Contemporaries. The Poetry/Poetics of Self and Tradition, éd. R. B. Palmer, New York, AMS Press, 1999, p. 93-109.

James C. Laidlaw, « Christine de Pizan – A publisher’s progress », Modern Language Review 82, 1987, p. 35-75.

James C. Laidlaw, « Christine and the Manuscript Tradition », Christine de Pizan. A Casebook, éd. B. K. Altmann et D. L. McGrady, New York-Londres, Routledge, « Routledge Medieval Casebooks », 2003.

Yvan G. Lepage, Guide de l’édition de texte en ancien français, Paris, Champion, « Moyen âge-outils de synthèse » 1, 2001.

R. Barton Palmer, Guillaume de Machaut, The Judgment of the King of Navarre, New York and London, Garland, « Garland Library of Medieval Literature », A/45, 1988.

Ezio Ornato, « L’édition des textes médiévaux conservés dans des manuscrits autographes », Les Manuscrits. Transcription, édition, signification, Paris, Presses de l’École normale supérieure, « Publications du centre d’histoire et d’analyse des manuscrits modernes (C.A.M.) », 1976, p. 37-62.

Ezio Ornato et Gilbert Ouy, « Édition génétique de textes médiévaux », Les Éditions critiques. Problèmes techniques et éditoriaux, éd. N. Catach, Paris, C.N.R.S./Les Belles Lettres, « Annales Littéraires de l’Université de Besançon » 370, 1988, p. 27-43.

Gilbert Ouy, « Histoire ‘visible’ et histoire ‘cachée’ d’un manuscrit », Le Moyen âge 64, 1958, p. 115-138.

Gilbert Ouy, « Problèmes d’édition des manuscrits autographes médiévaux », Les Problèmes posés par l’édition critique des textes anciens et médiévaux, Louvain-la-Neuve, Université Catholique de Louvain, « Publications de l’Institut d’Etudes médiévales », 1992, p. 399-420.

Gilbert Ouy, « Manuscrits autographes d’humanistes en latin et en français », Gli autografi medievali. Problemi paleografici e filologici. Atti del convegno di studio della Fondazione Ezio Franceschini. Erice, 25 settembre-2 ottobre 1990, éd. P. Chiesa et L. Pinelli, Spoleto, Centro italiano di studi sull’alto medioevo, « Quaderni di cultura mediolatina » 5, 1994, p. 269-305.

Gaston Paris, « Compte rendu de l’édition de Natalis de Wailly, Jean, sire de Joinville. Histoire de Saint Louis, Paris, Didot, 1874 », Romania III, 1874, p. 403.

Charles Ridoux, Évolution des études médiévales en France de 1860 à 1914, Paris, Champion, « Nouvelle bibliothèque du Moyen Âge, 56 », 2001.

Gilles Roques, « Les éditions de textes », Histoire de la langue française. 1945-2000, dir. G. Antoine et B. Cerquiglini, Paris, CNRS-Éditions, 2000, p. 867-882.

Mary B. Speer, « Editing Old French Texts in the Eighties : Theory and Practice », Romance Philology 45, 1991, p. 7-43.

Richard E. F. Straub, David Aubert, escripvain et clerc, Amsterdam-Atlanta, Rodopi, « Faux titre. Études de langue et littérature françaises » 96, 1995.

Claude Thiry, « Bilan sur les travaux éditoriaux », Le Moyen français. Philologie et linguistique. Approches du texte et du discours. Actes du VIIIe Colloque international sur le moyen français, Paris, Didier, 1997, p. 11-46.

Towards a synthesis ? Essays on the new philology, éd. K. Busby, Amsterdam, Rodopi, « Faux titre. Études de langue et littérature françaises » 68, 1993.

Richard Trachsler, « Un siècle de ‘lettreüre’. Observations sur les études de littérature française du Moyen Âge entre 1900 et 2000 », Cahiers de civilisation médiévale 48, 2005, p. 359-380.

Arie Vanderjagt, Qui sa vertu anoblist. The concepts of ‘noblesse’ and ‘chose publicque’ in Burgundian political thought including Fifteenth century French translations of Giovanni Aurispa, Buonaccorso da Montemagno and Diego de Valera, Meppel, Krips Repro, 1981.

Françoise Vielliard, « Le manuscrit avant l’auteur : diffusion et conservation de la littérature médiévale en ancien français (xiie-xiiie siècle) », Travaux de Littérature 11, 1998, Le manuscrit littéraire. Son statut, son histoire, du Moyen Âge à nos jours, éd. L. Fraisse, p. 39-53.

Michel Zink, « Trente ans avec la littérature médiévale. Note brève sur de longues années », Cahiers de civilisation médiévale 39, 1996, p. 27-40.

Haut de page

Notes

1 M. B. Speer, « Editing Old French Texts in the Eighties : Theory and Practice », Romance Philology 45, 1991, p. 7-43 ; K. Busby, Towards a synthesis ? Essays on the new philology, éd. K. Busby, Amsterdam, Rodopi, 1993 ; M. Zink, « Trente ans avec la littérature médiévale. Note brève sur de longues années », Cahiers de civilisation médiévale 39, 1996, p. 27-40 ; Cl. Thiry, « Bilan sur les travaux éditoriaux », Le Moyen français. Philologie et linguistique. Approches du texte et du discours. Actes du VIIIe Colloque international sur le moyen français, Paris, Didier, 1997, p. 11-46 ; G. Roques, « Les éditions de textes », Histoire de la langue française. 1945-2000, dir. G. Antoine et B. Cerquiglini, Paris, CNRS-Éditions, 2000, p. 867-882 ; Fr. Duval, « Introduction », Pratiques philologiques en Europe. Actes de la journée d’étude organisée à l’École des chartes, éd. Fr. Duval, Paris, École des Chartes, 2006, p. 5-20 ; R. Trachsler, « Un siècle de ‘lettreüre’. Observations sur les études de littérature française du Moyen Âge entre 1900 et 2000 », Cahiers de civilisation médiévale 48, 2005, p. 359-380.

2 Par critique interne, nous entendons le choix du manuscrit de base fondé sur la collation complète des témoins, permettant une évaluation interne des manuscrits pour déterminer leurs qualités intrinsèques (par exemple : caractère complet, nombre de fautes, etc.) et leur place dans le stemma codicum, autrement dit leur proximité avec le manuscrit original ; le manuscrit choisi est le meilleur manuscrit, le plus authentique.

Par critique externe, nous entendons le choix du manuscrit de base fondé sur l’examen complet de la matérialité des témoins, permettant une évaluation externe des manuscrits pour déterminer leurs modes de production et de réception (par exemple : manuscrit de dédidace, etc.).

3 Voir G. Di Stefano, Essais sur le moyen français, Padoue, Liviana, 1977, p. 9 : « A) La critique externe doit-elle suivre la critique interne ? B) Le critère du choix du manuscrit de base doit-il être exclusivement philologique ? ».

4 A. Foulet et M. B. Speer, On Editing Old French Texts, Lawrence, The Regent Press of Kansas, 1979, p. 48 ; Y. G. Lepage, Guide de l’édition de texte en ancien français, Paris, Champion, 2001, p. 100 ; P. Bourgain et Fr. Vielliard, Conseils pour l’édition des textes médiévaux. Fascicule III. Textes littéraires, Paris, École nationale des Chartes, 2002, p. 60.

5 B. Cerquiglini, Éloge de la variante. Histoire critique de la philologie, Paris, Seuil, 1989, p. 53 ; B. Cerquiglini, J.-L. Lebrave, « Philectre : un projet de recherche pluridisciplinaire en philologie électronique », Zeitschrift für Literaturwissenschaft und Linguistik 27, 1997, p. 83-93.

6 Nous sommes partis du répertoire suivant, actualisé ensuite à partir de la bibliographie de Klapp (Cl. Thiry, « Bilan sur les travaux éditoriaux », art.cit.).

7 K. Busby, Codex and Context. Reading Old French Verse Narrative in Manuscript, Amsterdam-New York, Rodopi, 2002.

8 Voir par exemple l’édition Laidlaw des œuvres poétiques d’Alain Chartier (Cambridge, Cambridge university Press, 1974, p. 43-142).

9 Recueil général des isopets. Tome troisième. L’Esope de Julien Macho, éd. P. Ruelle, Paris, Société des Anciens Textes Français, 1982, p. XXVIII.

10 Les Évangiles des quenouilles, éd. M. Jeay, Paris/Montréal, Vrin/Presses Universitaires, 1985, p. 43.

11 I. Fabre, La Doctrine du chant du cœur de Jean Gerson. Édition critique, traduction et commentaire du ‘Tractatus de canticis’ et du ‘Canticorum au pélerin’, Genève, Droz, « Publications Romanes et Françaises » 235, 2005, p. 298-299.

12 Pierre de Nesson, Les Vigiles des morts (xve s.), éd. A. Collet, Paris, Champion, « Classiques Français du Moyen Âge », 2002, p. 11.

13 Jean Wauquelin, Les Faicts et les Conquestes d’Alexandre le Grand de Jehan Wauquelin, éd. S. Hériché, Genève, Droz, « Textes Littéraires Français » 527, 2000, p. LVI-LVII.

14 Fr. Duval, La Traduction du Romuleon par Sébastien Mamerot : étude sur la diffusion de l’histoire romaine en langue vernaculaire à la fin du Moyen Age, Genève, Droz, « Publications Romanes et Françaises » 228, 2001.

15 ‘Seneque des IIII vertus.’ La Formula honestae vitae de Martin de Braga (pseudo-Sénèque) traduite et glosée par Jean Courtecuisse (1403), éd. H. Haselbach, Berne/Francfort-sur-le-Main, Lang, « Publications universitaires européennes » 13/301975, p. 271.

16 G. Ouy, « Manuscrits autographes d’humanistes en latin et en français » dans Gli autografi medievali. Problemi paleografici e filologici. Atti del convegno di studio della Fondazione Ezio Franceschini. Erice, 25 settembre-2 ottobre 1990, éd. P. Chiesa et L. Pinelli, Spoleto, Centro italiano di studi sull’alto medioevo, 1994, p. 269-305.

17 Ainsi, face à un David Aubert, connu notamment pour ses pratiques de remaniement, un éditeur sera plus réticent à choisir une copie transcrite de sa main. Les Manuscrits de David Aubert, éd. D. Quéruel, Paris, Presses Universitaires de Paris-Sorbonne, « Cultures et civilisations médiévales » 18, 1999 ; R. E. F. Straub, David Aubert, escripvain et clerc, Amsterdam-Atlanta, Rodopi, 1995.

18 Évrart de Conty, Le Livre des Eschez amoureux moralisés, éd. Fr. Guichard-Tesson et Br. Roy, Montréal, Ceres, « Bibliothèque du moyen français » 2, 1993, p. XXIV.

19 Vie et Miracles de Saint Josse de Jean Miélot, N.-O. Jönsson éd., Turnhout, Brepols, « Textes vernaculaires du Moyen Âge » 1, 2005, p. VIII.

20 Poetry of Charles d’Orléans and His Circle. A Critical Edition of BnF Ms. Fr. 25458, Charles d’Orléans’s personal manuscript, éd. J. Fox et M.-J. Arn, traduction en anglais par R. Barton Palmer et avec un excursus sur le contexte littéraire par St. A. V. G. Kamath, Tempe (Arizona)/Turnhout, ACMRS/Brepols, « Medieval and Renaissance Texts and Studies » 383 / « Arizona Studies in the Middle Ages and the Renaissance » 34, 2010, p. lxii.

21 Laurent de Premierfait, Livre de vieillesse. Traduction du De senectute de Cicéron (1405), éd. St. Marzano, Turnhout, Brepols, « Texte, Codex & Contexte » 10, 2010, p. 12.

22 R. Barton Palmer, Guillaume de Machaut, The Judgment of the King of Navarre, New York and London, Garland, « Garland Library of Medieval Literature », A/45, 1988, p. xlviii.

23 E. Ornato et G. Ouy, « Édition génétique de textes médiévaux » dans Les Éditions critiques. Problèmes techniques et éditoriaux, éd. N. Catach, Paris, C.N.R.S./Les Belles Lettres, 1988, p. 27-43 ; E. Ornato, « L’édition des textes médiévaux conservés dans des manuscrits autographes », Les Manuscrits. Transcription, édition, signification, Paris, Presses de l’École normale supérieure, 1976, p. 37-62 ; G. Ouy, « Problèmes d’édition des manuscrits autographes médiévaux » dans Les Problèmes posés par l’édition critique des textes anciens et médiévaux, Louvain-la-Neuve, Université Catholique de Louvain, 1992, p. 399-420 ; É. Hicks, « Pour une édition génétique de l’Epistre Othea », Pratiques de la culture écrite en France au xve siècle. Actes du Colloque international du CNRS, Paris, 16-18 mai 1992, organisé en l’honneur de Gilbert Ouy par l’unité de recherche ‘Culture écrite du Moyen Âge tardif, Louvain-la-Neuve, éd. M. Ornato et N. Pons, Turnhout, Brepols, 1995, p. 151-159 ; Fr. Guichard-Tesson et M. Goyens, « Comment éditer l’autographe d’une traduction de traduction ? », Scriptorium 63, 2009, p. 173-205.

24 Genève, Droz, « Textes Littéraires Français » 205, 1987, p. 72.

25 Ibid., p. 78.

26 Charles d’Orléans, Poésies, éd. P. Champion, Paris, Champion, « Classiques Français du Moyen Âge » 34 et 56, 1923-1927, t. I, p. 30.

27 The Love Debate Poems of Christine de Pizan. Le Livre du Debat de deux amans. Le Livre des Trois jugemens. Le Livre du Dit de Poissy, éd. B. K. Altmann, Gainesville, University Press of Florida, 1998, p. 45.

28 Christine de Pizan, Epistre Othea, éd. G. Parussa, Genève, Droz, « Textes Littéraires Français » 517, 1999, p. 190.

29 Paris, LGF, « Lettres Gothiques », 1999 p. 26. La suite de l’exposé montre qu’il faut entendre par là l’examen de la bonté du texte, notamment sa complétude et la qualité de son sens

30 Opera, éd. N. Grévy-Pons, E. Ornato et G. Ouy, Turin/Paris, Giapichelli/CEMI, 1963-1975, t. II, p. 51 et 90.

31 Romania 53, 1924, p. 447-448. Le Petit Jehan de Saintré. Texte nouveau publié d’après le manuscrit d’auteur, P. Champion et F. Desonay, Paris, Trianon, 1926 ; Jehan de Saintré, éd. J. Blanchard, Paris, LGF, « Lettres gothiques », 2007 ; Antoine de La Sale, Saintré, Paris, Champion, Classiques Français du Moyen Âge 114-115, 1993-1994 ; M. Eusebi, « Per una nuova edizione del Saintré », Le Moyen français 22, 1989, Du Manuscrit à l’imprimé. Actes du colloque international. Université McGill, Montréal, 3-4 octobre 1988, éd. G. Di Stefano et R. M. Bidler, p. 179-185.

32 Antoine de La Sale, Jehan de Saintré, Genève, Droz, « Textes Littéraires Français » 117, 1965, p. XVIII.

33 Romania 90, 1969, p. 413.

34 Ibid.

35 Cas de Machaut, Froissart, Christine de Pizan. Voir Guillaume de Machaut, Œuvres, éd. E. Hoepffner, Paris, Didot-Champion, « Société des Anciens Textes Français », 1908-1921, t. I, p. 44 ; E. Keitel, « La tradition manuscrite de Guillaume de Machaut », dans Guillaume de Machaut. Poète et compositeur. Colloque-Table ronde organisé par l’Université de Reims (Reims, 19-22 avril 1978), Paris, Klincksieck, 1982, p. 75-94 ; W. Kibler et J. Wimsatt, « Machaut’s Text and the Question of His Personal Supervision », Chaucer’s French Contemporaries. The Poetry/Poetics of Self and Tradition, R. B. Palmer éd., New York, AMS Press, 1999, p. 93-109 ; Jean Froissart, L’Espinette amoureuse, éd. A. Fourrier, Paris, Klincksieck, « Bibliothèque française et romane. Série B. Éditions critiques de texte » 2, 1963 , p. 32-34 ; Jean Froissart, Ballades et rondeaux, éd. R. S. Baudouin, Genève, Droz, « Textes Littéraires Français » 252, 1978, p. 9-10 ; Jean Froissart, Le Paradis d’amour. L’Orloge amoureus, éd. P. F. Dembowski, Genève, Droz, « Textes Littéraires Français » 339, 1986, p. 3-5 ; J. C. Laidlaw, « Christine de Pizan – A publisher’s progress », Modern Language Review 82, 1987, p. 35-75 ; É. Hicks, « Pour une édition génétique de l’Epistre Othea », Pratiques de la culture écrite…, op.cit., p. 151-159 ; S. Hindman, « The Composition of the Manuscript of Christine de Pizan’s Collected Works in the British Library : A Reassessment », British Library Journal 9, 1983, p. 93-123 ; J. C. Laidlaw, « Christine and the Manuscript Tradition », Christine de Pizan. A Casebook, éd. B. K. Altmann et D. L. McGrady, New York-Londres, Routledge, 2003, p. 231-249.

36 G. Ouy, « Histoire ‘visible’ et histoire ‘cachée’ d’un manuscrit », Le Moyen Âge 64, 1958, p. 115-138.

37 Fr. Vielliard, « Le manuscrit avant l’auteur : diffusion et conservation de la littérature médiévale en ancien français (xiie-xiiie siècle) », Travaux de Littérature 11, 1998, Le Manuscrit littéraire. Son statut, son histoire, du Moyen Âge à nos jours, éd. L. Fraisse, p. 39-53.

38 Christine de Pizan, Le Livre du corps de Policie, éd. R. H. Lucas, Genève/Paris, Droz/Minard, 1967.

39 Christine de Pizan, Le Livre du corps de policie, éd. A. J. Kennedy, Paris, Champion, « Études christiniennes » 11, 998.

40 J. Bédier, La Tradition manuscrite du Lai de l’ombre. Réflexions sur l’art d’éditer les anciens textes, Paris, Champion, 1929 [extrait de Romania 54, 1928] ; F. Lecoy, Critique et Philologie, Montréal, CERES, 1984, Le Moyen français, 12.

41 Jean Golein, Le ‘Racional des divins offices’ de Guillaume Durand. Livre IV, éd. Ch. Brucker et P. Demarolle, Genève, Droz, « Publications Romanes et Françaises » 250, 2010, p. 222.

42 Guillaume Fillastre. Le Traittié de Conseil. Édition critique avec introduction, commentaire et glossaire, éd. H. Häyrynen, Jyväskylä, Jyväskylä University Press, « Studia Philologica Jyväskyläensia » 32, 1994, p. 13.

43 A. Vanderjagt, Qui sa vertu anoblist. The concepts of ‘noblesse’ and ‘chose publicque’ in Burgundian political thought including Fifteenth century French translations of Giovanni Aurispa, Buonaccorso da Montemagno and Diego de Valera, Meppel, Krips Repro, 1981, p. 92.

44 Christine de Pizan, Le Livre de la mutacion de Fortune, éd. S. Solente, Paris, Picard, « Société des Anciens Textes Français 89 », 1959-1966, p. cxli.

45 Christine de Pizan, Le Livre des fais et bonnes meurs du sage roy Charles V, éd. S. Solente, Paris, Champion, 1936-1940, t. I, p. XCVIII.

46 Ch. Brucker, « Le Policratique : un fragment de manuscrit dans le MS B.N. fr. 24287 », Bibliothèque d’Humanisme et de Renaissance. Travaux et documents 34, 1972, p. 269-273. p. 271, note 22.

47 Michault Taillevent, Un Poète bourguignon du xve siècle. Michault Taillevent. Édition et étude, éd. R. Deschaux, Genève, Droz, « Publications Romanes et Françaises » 132, 1975, p. 111 et 131.

48 Le Cycle de ‘La Belle Dame sans mercy’. Une anthologie poétique du xve siècle (BNF ms. fr. 1131), éd. D. Hult avec la collab. de J. E. McRae, Paris, Champion, 2003, p. LXX.

49 The Poetical Works of Alain Chartier, éd. J. C. Laidlaw, Cambridge, Cambridge University Press, 1974, p. 97-98.

50 George Chastelain, Le Temple de Bocace, éd. S. Bliggenstorfer, Berne, Francke, « Romanica Helvetica » 104,1988. Voir aussi le cas de l’édition des Visions d’Ermine de Reims de Jean Le Graveur, où l’éditeur a choisi le manuscrit qui a été soumis au destinataire du texte, Jean Gerson (Entre Dieu et Satan. Les visions d’Ermine de Reims (1396) recueillies et transcrites par Jean Le Graveur, éd. Cl. Arnaud-Gillet, Florence, Sismel – Edizioni del Galuzzo, 1997, p. 35).

51 J. Beck, « Moyen français moyennant quoi ? », Le Moyen français 44-45, 1999, La Recherche. Bilan et perspectives. Actes du Colloque international. Université McGill, Montréal, 5-6-7 octobre 1998, éd. G. Di Stefano et R. M. Bidler, p. 29-43.

52 U. Bähler, Gaston Paris et la philologie romane, Genève, Droz, « Publications Romanes et Françaises » 234, 2004.

53 N. Clot, « Éditer la littérature médiévale en France dans la première moitié du xixe siècle : éditeurs et éditions en « empirie », Positions des thèses de l’École nationale des Chartes 2002, p. 37-46 ; Ch. Ridoux, Évolution des études médiévales en France de 1860 à 1914, Paris, Champion, « Nouvelle bibliothèque du Moyen Âge » 56, 2001.

54 La Vie de saint Alexis, éd. G. Paris et L. Pannier, Paris, Franck, « Bibliothèque de l’École des hautes études. Sciences historiques et philologiques » 7, 1872, p. 7 ; J. Bédier, La Tradition manuscrite du Lai de l’ombre, op.cit., p. 3 ; G. Paris, « Compte rendu de l’édition de Natalis de Wailly, Jean, sire de Joinville. Histoire de Saint Louis, Paris, Didot, 1874 », Romania III, 1874, p. 403.

55 La Bible de Jehan Malkaraume, éd. J. R. Smeets, Asmterdam, Van Gorcum Assen, 1978, p. 18-19.

56 « Choisi sur son ancienneté, sa lisibilité, sa position stemmatique, son importance historique, la qualité générale de son texte, la rareté de ses leçons individuelles, idéalement sur tous ces critères à la fois, un manuscrit unique est scrupuleusement transcrit, texte et graphies » (Fr. Duval, « La philologie française, pragmatique avant tout ? L’édition des textes médiévaux français en France », Pratiques philologiques en Europe…, op.cit., p163).

57 A. J. Kennedy, « Editing Christine de Pizan’s Epistre a la reine », The Editor and the Text, éd. Ph. Bennett et Gr. Runnals, Édimbourg, University Press, 1990, p. 71.

58 P. M. Gathercole, Laurent de Premierfait’s Des cas des nobles hommes et femmes, Chapel Hill, The University of North Carolina Press, « Studies in the Romance Languages and Literatures » 74, 1968, p. 41.

59 G. Di Stefano, « L’edizione delle traduzioni : l’esempio del Decameron tradotto da Laurent de Premierfait (1414) », Ensi firent li ancessor. Mélanges de philologie médiévale offerts à Marc-René Jung, éd. L. Rossi, Alessandria, Edizioni dell’Orso, 1996, t. II, p. 573-586, p. 576.

60 Christine de Pizan, Epistre Othea, éd. cit., p. 92.

61 Éd. cit., p. 18 et 247.

62 Certains éditeurs qui utilisent des manuscrits originaux font l’économie de certaines « figures imposées » de l’édition de texte. L’éditrice du Songe de Vergier a, ainsi, décidé de ne pas fournir une varia lectio complète de son texte, qu’elle édite sur le base du manuscrit de dédicace : Le Songe du vergier, éd. M. Schnerb-Lièvre, Paris, CNRS, « Sources d’histoire médiévale 13 », 1982, t. I, p. XXVII. 

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Delsaux et Tania Van Hemelryck, « Réflexions sur le choix du manuscrit de base aujourd’hui ou La précaution inutile ? », Perspectives médiévales [En ligne], 34 | 2012, mis en ligne le 01 septembre 2012, consulté le 23 mars 2017. URL : http://peme.revues.org/334 ; DOI : 10.4000/peme.334

Haut de page

Auteurs

Olivier Delsaux

Fonds de la Recherche Scientifique – F.N.R.S. – Groupe de recherche sur le moyen français (Université catholique de Louvain)

Tania Van Hemelryck

Fonds de la Recherche Scientifique – F.N.R.S. – Groupe de recherche sur le moyen français (Université catholique de Louvain)

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page