Navigation – Plan du site
État de la recherche
Comptes rendus
Essais

Denis Delaplace, Le Jargon des Coquillars à Dijon au milieu du xvsiècle selon Marcel Schwob (1892)

Paris, Classiques Garnier, 2011
Alexandra Velissariou
Référence(s) :

Denis Delaplace, Le Jargon des Coquillars à Dijon au milieu du xvsiècle selon Marcel Schwob (1892), Paris, Classiques Garnier, « Classiques de l’argot et du jargon no 5 », 2011, 406 p.

Entrées d’index

Parole chiave :

ballata, Coquillars, gergo, glossario

Index des médiévaux et anciens :

François Villon, Pierre Levet
Haut de page

Texte intégral

1Le présent ouvrage rouvre le dossier du procès des Coquillars qui s’est déroulé à Dijon au milieu du xve siècle. Ce dossier fut redécouvert en 1842 par Joseph Garnier et fit ensuite l’objet d’une étude de Marcel Schwob (« Le Jargon des Coquillars en 1455 », Mémoires de la Société de Linguistique de Paris, 1892, p. 168-183 et 296-320) qui est reprise ici, accompagnée de commentaires de Denis Delaplace.

2Dans l’introduction, l’auteur s’intéresse à la définition du terme « jargon », en recourant à des textes divers et à des dictionnaires s’échelonnant du xiiie au xviiie siècle. Il note que dans le dossier du procès des Coquillars se trouve une précieuse description du jargon, accompagnée de nombreux exemples d’expressions appartenant au parler en question. La redécouverte du dossier a notamment permis à Marcel Schwob d’établir des liens entre la bande des Coquillars et le poète François Villon. Il en avait recopié des passages assez importants, reproduits ici par l’auteur qui souhaite en montrer l’importance pour l’étude des ballades en jargon traditionnellement attribuées à Villon (selon la première édition des œuvres du poète, imprimée par Pierre Levet en 1489) et aussi pour la connaissance et la compréhension du jargon en général.

3Le chapitre 1 établit une liste de jalons chronologiques (depuis l’Affaire des Coquillars de Dijon jusqu’au xxe siècle) et de références bibliographiques liées à l’étude du jargon et de l’argot, notamment en rapport avec les ballades de Villon.

4Dans le chapitre 2, on trouvera le volet A de l’étude de Marcel Schwob qui contient la présentation du dossier judiciaire. On y trouve l’inventaire des sources du jargon, des informations sur les rapports entre Villon et la Coquille. Ces informations sont suivies d’une description matérielle des pièces constitutives du dossier (manuscrits des archives départementales de Dijon) et d’informations sur le contenu de ces documents, plus précisément sur le lieu d’exercice des Coquillars, leur arrestation et leur jugement. Marcel Schwob y cite les noms de plusieurs personnes arrêtées susceptibles d’avoir fait partie de l’entourage de Villon vu que leurs noms sont présents dans les ballades en jargon du poète. L’auteur enrichit abondamment ces remarques de ses propres réflexions et a recours à de nombreux travaux critiques antérieurs et postérieurs aux recherches de Marcel Schwob, dont ceux de Pierre Champion et de Lazare Sainéan.

5Le chapitre 3 (volet B de l’étude de Marcel Schwob) contient des extraits du dossier du procès des Coquillars, principalement en rapport avec le jargon pratiqué par la bande en question. Denis Delaplace reproduit à la fois la copie longue par Schwob des extraits du dossier telle qu’on la trouve dans l’étude de Sainéan (Les Sources de l’argot ancien, Paris, Honoré et Édouard Champion, 1912, 2 vol. ) ainsi que les extraits centrés sur le jargon présents dans l’étude de Marcel Schwob. De même, l’auteur inclut des extraits supplémentaires concernant le jargon donnés par Pierre Champion dans son « Appendice » à l’étude de Sainéan. Tous les passages sont éclairés de notes explicatives de l’auteur, ce qui facilite largement la compréhension du texte en moyen français. Chaque extrait fait en outre l’objet d’un commentaire minutieux.

6Le chapitre 4 est organisé autour de l’étude biographique consacrée par Marcel Schwob à François Villon. Cette étude existe en deux versions assez proches. L’auteur reproduit ici un passage du second chapitre de l’étude publiée en juillet 1892 dans le tome 112 de la Revue des Deux Mondes sous le titre « François Villon d’après des documents nouveaux ». Marcel Schwob a voulu y proposer une reconstitution de la vie du poète, en particulier ses liens avec la Coquille et les rapprochements possibles entre le jargon de ses ballades et celui des Coquillars. Comme le montre Denis Delaplace, cette reconstitution comporte certaines erreurs et l’absence d’une nouvelle étude historique sur les Coquillars est regrettable.

7Enfin le chapitre 5 fournit un « glossaire du jargon de la Coquille ». À partir de la reproduction des notes lexicographiques rédigées par Marcel Schwob, restées malheureusement inachevées – son glossaire couvre uniquement les lettres A à D – Denis Delaplace propose ici un glossaire complet des termes appartenant au lexique des Coquillars. Chaque notice contient des citations où figure le mot concerné, un commentaire explicatif, des remarques et un bilan. D’une grande richesse, le glossaire est d’une aide précieuse pour quiconque s’intéresse au jargon médiéval.

8Dans la conclusion, l’auteur redit la dette de la critique envers Marcel Schwob à qui l’on doit la redécouverte du dossier judiciaire ayant trait au procès des Coquillars et de nombreux extraits du texte original. Il souligne cependant la nécessité d’une nouvelle édition scientifique, complète, des pièces de ce dossier. De même, il rappelle la pertinence des rapprochements effectués par le critique entre certains termes du jargon employé par la Coquille et le vocabulaire des ballades en jargon de Villon telles qu’on les trouve dans l’édition de Levet et le manuscrit « Fauchet » de la bibliothèque de Stockholm. Toutefois il ne faut pas oublier que l’attribution de ces poèmes à Villon n’est absolument pas certaine. Aussi, les remarques philologiques de Schwob doivent être considérées avec précaution : si le jargon constitue bien le parler d’un groupe précis – celui des Coquillars – il n’est pas exclu que certains termes jargonnesques aient été employés dans d’autres contextes et qu’ils aient pu faire partie du vocabulaire courant. L’ouvrage s’achève sur un index de noms propres de personnes et la table des matières. D’un immense intérêt en raison de sa richesse et de sa précision, cet ouvrage est d’une grande utilité à la fois pour les chercheurs s’intéressant au jargon – et à l’argot – et pour ceux qui étudient les méthodes de travail des chercheurs du xixe siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandra Velissariou, « Denis Delaplace, Le Jargon des Coquillars à Dijon au milieu du xvsiècle selon Marcel Schwob (1892) », Perspectives médiévales [En ligne], 34 | 2012, mis en ligne le 10 septembre 2012, consulté le 22 octobre 2014. URL : http://peme.revues.org/3683

Haut de page

Auteur

Alexandra Velissariou

Docteur en littérature française du Moyen Âge

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page