Navigation – Plan du site

Quand « Postcolonial » et « Global » riment avec « Médiéval » : sur quelques approches théoriques anglo-saxonnes

Marion Uhlig

Texte intégral

  • 1 Voir, parmi bien d’autres, Sylvia Tomasch et Sealy Gilles éd., Text and Territory : Geographical Im (...)
  • 2 Jeffrey Jerome Cohen éd., The Postcolonial Middle Ages, New York, St. Martin’s Press, 2000. Même si (...)

1Post(-)colonial Middle Ages, Postcolonial Medievalism ou encore Global Middle Ages : de quoi s’agit-il ? Depuis une dizaine d’années, le discours théorique inspiré par les Postcolonial Studies suscite auprès de la critique médiéviste anglo-saxonne un engouement reflété par l’efflorescence de la production critique. On ne compte plus les ouvrages qui, du début des années 2000 à nos jours, envisagent les intersections possibles entre les études médiévales et la théorie postcoloniale1. Autant dire que, s’il est une tendance théorique privilégiée par les médiévistes anglais et américains en ce début du xxie siècle, c’est celle que semble inaugurer en 2000 le collectif éponyme dirigé par Jeffrey Jerome Cohen, The Postcolonial Middle Ages2.

  • 3 À partir de l’affirmation de Benedict Anderson selon laquelle « medieval colonialism [is] oxymoroni (...)
  • 4 Christie McDonald et Susan Rubin Suleiman éd., French Global : A New Approach to Literary History, (...)

2Au regard d’un tel essor, comment comprendre le mutisme qui frappe la critique d’expression française dans ce domaine ? Force est de constater qu’à la polyphonie des textes qui, outre-Manche et outre-mer, se réclament des courants « postcolonial » ou « global » répond un silence quasi-total du côté des représentants francophones de la discipline. Quelles en sont les causes ? Désintérêt, réticence ou méconnaissance ? Sans doute est-il difficile d’attribuer à un facteur unique cette absence ou presque d’engagement dont on croit pourtant discerner le contour. En soi, le choix de dénominations aussi sujettes à la controverse que « Postcolonial Medievalism » ou « Postcolonial Middle Ages » comporte déjà de quoi faire frémir le lecteur non averti. On conçoit que ces termes prêtent le flanc à la critique, qui n’hésite pas à relever leur caractère anachronique, voire oxymorique, alors même qu’ils font l’objet des justifications les plus diverses de la part de leurs partisans3. Quant à la reformulation « Global Middle Ages », moins connotée, plus vaste et plus vague, elle n’échappe pas davantage au soupçon. On trouvera dans l’introduction de French Global, nouvelle histoire de la littérature française publiée en 2010 sous la direction de Christie McDonald et de Susan Rubin Suleiman4, de quoi expliciter ces démarches et, tout à la fois, identifier le malaise qu’elles suscitent.

3Au moment de justifier leur entreprise qui consiste à relire la production littéraire française dans une perspective mondiale, soit à travers le prisme du globe terrestre, les éditrices assignent au terme global une valeur paradigmatique :

  • 5 Susan Rubin Suleiman et Christie McDonald, « Introduction : The National and the Global », in Frenc (...)

We propose an approach to literary history, as defined by the multiple implications and resonances of the « global ». The equation of the globe with the world dates from the sixteenth century, contemporaneously with the first great wave of European explorations – and exploitations – of the New World. The Oxford English Dictionary cites as the first use of the word in English Richard Eden’s 1553 A Treatise of the New India, itself a translation from an earlier work in Latin : « The whole globe of the world hath been sailed about ». The adjective global as defined by the OED is even broader, encompassing not only geography but also everything under the sun : « all inclusive, unified, total ; involving the whole world ; world-wide ; universal ».5

  • 6 C’est le cas de Gisèle Sapiro et de Jacqueline Cerquiglini-Toulet. La suprématie de la langue angla (...)
  • 7 Il s’agit de l’article de Kimberlee Campbell, « Speaking the Other : Constructing Frenchness in Med (...)

4Si cette déclaration d’intention détermine à la fois le titre du volume et son orientation critique, on est tenté de croire qu’elle recèle aussi, en germe, les arguments de ses potentiels détracteurs. Trois pierres d’achoppement jalonnent la voie, qui menacent de faire trébucher le médiéviste d’expression française et de le conforter dans ses idées reçues. La première, et la plus évidente, concerne le choix de la langue. On peut en effet s’interroger sur la légitimité qu’il y a à choisir l’anglais, alors même qu’il s’agit d’une histoire littéraire du français et que, une fois n’est pas coutume dans ce type d’ouvrages, des contributeurs francophones ont participé à son élaboration – moyennant, pour certains d’entre eux, le recours obligé à des traducteurs6. Le même questionnement est valable pour ce qui a trait à la sélection des sujets, puisqu’un article tout entier est consacré à l’usage du français en Angleterre sur les trois seuls qui concernent la période médiévale7. Surtout, on se demande pourquoi c’est l’évolution anglaise plutôt que française du terme « global » qui est proposée. S’il est vrai que, dans l’extrait, la référence à l’activité de traduction du latin en langue vernaculaire est pertinente, elle l’est par rapport au français, en amont d’une histoire littéraire de cette langue, et en aucun cas par rapport à l’anglais qui, en l’occurrence, n’est en rien concerné par la transmission.

  • 8 Oxford English Dictionary (online, 3rd ed., September 2009) : globe, n. ; global, adj.
  • 9 « With the globe of (the) earth at sense 3a compare Middle French, French globe de la terre (1552)  (...)
  • 10 Ce sens est bien attesté en latin à toutes les époques (Gaffiot, 715, globus terrae, « le globe ter (...)

5Mais ce commentaire met encore le lecteur aux prises avec un second obstacle, celui de la validité scientifique. On le sent bien, l’éventualité d’un plaquage de la théorie sans égard aux instruments traditionnels de l’analyse littéraire et linguistique suscite des craintes. Or il faut reconnaître que le développement sémantique reproduit ci-dessus a de quoi éveiller la méfiance du philologue qui sommeille en tout médiéviste. Car si le substantif globe au sens de « the earth », « the globe of (the) earth », « the globe of the world », « the earthly globe » est effectivement attesté dans la langue anglaise dès 1553 dans la traduction de Richard Eden, l’adjectif global présenté comme son dérivé n’apparaît pour sa part qu’en 1835 – soit trois siècles plus tard ! – avec le sens que les éditrices reproduisent8. En outre, on peine d’autant plus à s’expliquer l’absence de référence au français que la source, l’Oxford English Dictionary, comporte elle-même, sous l’entrée globe, la précision « compare Middle French, French globe de la terre (1552) »9. Le détour qui s’impose par les dictionnaires du français aurait permis aux éditrices de confirmer cette dernière information, mais aussi de la nuancer en précisant que globe, préservé uniquement sous une forme savante, ne devient usuel qu’au xvie siècle au sens de « sphère de la terre, sphère d’un astre », quoiqu’on trouve déjà des mentions isolées du substantif globosité, « rotondité du monde, d’un astre », aux xiiie et xive siècle10.

6Nul besoin de chercher plus avant la troisième embûche : elle est dans la périodisation que, l’air de rien, ce développement sémantique instaure. Voici que la pierre d’achoppement devient un caillou dans la chaussure du médiéviste ! Bien au-delà du caractère anglo-centré ou du supposé affranchissement scientifique qui cristallisent les réticences, la question de la périodisation s’érige en obstacle à l’étude du Moyen Âge. Même si French Global consacre trois articles à la période médiévale, la tendance de la recherche est à considérer les phénomènes inter- ou multiculturels décrits par les Postcolonial et les Global Studies comme l’apanage de la Modernité, et donc à exclure le Moyen Âge du champ d’études.

  • 11 Simon Gaunt, Marco Polo’s Le Devisement du monde. Narrative Voice, Language and Diversity, Cambridg (...)
  • 12 Voir notamment les projets suivants : The ‘Global’ Middle Ages à l’Université d’Oxford, (http://glo (...)

7Malgré cela, on ne saurait rester indifférent à la vogue toujours florissante de ces approches théoriques dans le domaine de la littérature médiévale. Elle témoigne, de surcroît, de la remarquable capacité de ces études à embrasser les différentes matières et registres de la littérature du Moyen Âge, en même temps qu’à tenir compte de données matérielles telles que les modes de conservation et la compilation des textes dans les recueils manuscrits, ou encore les phénomènes de diversité dialectale ou linguistique. Les résultats extrêmement prometteurs auxquels parviennent les études récentes de Simon Gaunt, de Sylvia Huot ou de Sharon Kinoshita, consacrées à des sujets aussi divers que le Devisement du monde de Marco Polo, Perceforest, Floire et Blancheflor ou la Chanson de Roland, incitent à envisager avec sérieux ces outils théoriques et à compter avec l’apport qu’ils représentent pour l’approche littéraire et philologique des textes11. Les projets de recherche dédiés au Global Middle Ages sont aujourd’hui nombreux et ils acquièrent un rayonnement qui, progressivement, pourrait bien gagner la critique francophone – c’est du moins ce que laisse espérer la participation de Jacqueline Cerquiglini au collectif French Global12.

  • 13 Simon Gaunt, « Can the Middle Ages Be Postcolonial ? », art. cit. Les ouvrages critiques recensés d (...)

8Commenter ces approches et les démarches qu’elles engagent, présenter les possibilités d’ouverture et de renouvellement théorique offertes aux études médiévales, mais aussi déterminer les limites, voire les inadéquations, de ces méthodes avec le champ de recherche, tels sont les enjeux de la présente contribution. Dans un article qui a fait date, Simon Gaunt s’est exprimé sur les succès et les écueils du Postcolonial Medievalism avec brio, sur la base d’une sélection d’ouvrages qui forme aussi un précieux panorama critique13. Il ne s’agira pas ici de résumer son compte-rendu, dont je partage toutes les vues, ni d’en prolonger les perspectives en commentant les publications les plus récentes dans le domaine. Je préfère renvoyer le lecteur à cette importante étude pour davantage de précisions et tenter simplement de déterminer dans les pages qui suivent si, face à la prolixité du courant postcolonial, le silence de la critique francophone est d’or, ou plutôt d’argent. Mais en guise de préambule à cette réflexion, peut-être convient-il de rafraîchir les mémoires en rappelant brièvement les articulations qui rivent les études médiévales « postcoloniales » et « globales » aux Postcolonial Studies et, avant elle, à L’Orientalisme d’Edward Said.

1. Postcolonial Studies : quelques jalons

1.1. Orientalisme

  • 14 Edward W. Said, L’Orientalisme. L’Orient créé par l’Occident, trad. de l’américain par Catherine Ma (...)

9On considère L’Orientalisme d’Edward Said comme l’ouvrage fondateur des Postcolonial Studies. Publié pour la première fois en 197814, le célèbre essai prend appui sur la théorie foucaldienne et les travaux d’obédience marxiste de Gramsci sur l’hégémonie culturelle pour dénoncer la création de l’Orient par ce qu’il désigne comme un système occidental de représentation. L’Occident a de tout temps tenu un discours sur l’Orient ; ce dernier, affirme Said n’existe donc pas en tant que tel, mais participe d’une « formation culturelle » européenne, au sens où l’entend Foucault, inspirée par les arts et la littérature. La structure binaire qu’induit cette construction place l’Orient à l’opposé de l’Occident qui le produit, de sorte à le constituer en repoussoir de la suprématie impériale. L’étude, qui analyse le discours colonial sur les populations orientales placées sous la domination de l’Europe, envisage la vision occidentale sur le Moyen-Orient essentiellement dans les arts et la littérature du xixe siècle pour en mesurer les implications sociales et politiques en termes d’impérialisme culturel.

1.2. Subaltern Studies

  • 15 Il s’agit du concept historiographique de « history from below », influencé par le marxisme.
  • 16 Le recours à des termes tels que « subaltern » et « subaltern studies » dans les Postcolonial Studi (...)

10C’est sous l’impulsion conjuguée de textes comme L’Orientalisme, des théories marxistes et des entreprises de décolonisation que plusieurs mouvements actifs voient le jour à partir du début des années 1980. Il s’agit de réviser les modèles historiographiques dominants en vue de focaliser l’attention sur les groupes maintenus sous l’emprise sociale, politique, culturelle et géographique du colonialisme européen. L’essor de ces mouvements voués à l’étude des couches sociales les plus basses de la hiérarchie coloniale15, et notamment des Subaltern Studies en Asie du Sud, est à l’origine du concept de Postcolonial Studies. L’engagement de théoriciens comme Gayatri Spivak ou Dipesh Chakrabarty auprès des Subaltern Studies marque en effet un tournant crucial dans l’histoire de cette formation intellectuelle et lui donne, à l’issue d’une longue mutation des années 1980 au début des années 1990, la forme et le retentissement que nous lui connaissons aujourd’hui16. De très nombreux ouvrages émanant d’une multitude de disciplines ont été publiés depuis lors dans cette mouvance en constante expansion qui, récemment, s’est intéressée aussi bien à l’histoire de l’Amérique latine ou de l’Afrique qu’aux conflits territoriaux qui agitent l’Irlande ou la Palestine.

1.3. Postcolonial Studies17

  • 17 La bibliographie est colossale. Parmi tant d’autres, on mentionnera quelques ouvrages essentiels : (...)

11Quant à la théorie postcoloniale elle-même, c’est sans doute Homi Bhabha, figure emblématique du mouvement, qui en fournit la définition la plus courante et la mieux acceptée :

La critique postcoloniale porte témoignage des forces inégales de représentation culturelle impliquées dans la lutte pour l’autorité politique et sociale au sein de l’ordre mondial moderne.

  • 18 Homi Bhabha, « Le postcolonial et le postmoderne : la question de l’agent », in Les Lieux de la cul (...)

(Postcolonial criticism bears witness to the unequal and uneven forces of cultural representation involved in the contest for political and social authority within the modern world order.)18

  • 19 Dans son célèbre Les Lieux de la culture, Homi Bhabha envisage la théorie postcoloniale sous un ang (...)
  • 20 The Post-colonial Studies Reader, op. cit., p. 2

12L’ampleur et la diversité des perspectives engagées par cette formule sont bien illustrées par la colossale anthologie The Post-colonial Studies Reader, publiée en 1995 : au gré des quatre-vingt-six contributions qu’il réunit, le collectif familiarise son lecteur avec les enjeux les plus importants de cette approche dédiée à l’examen de toute situation du monde moderne, à toute période et en tout lieu, où un groupe social s’oppose à un autre en vue d’exercer sur lui sa domination. Comme le précise l’introduction, la largeur du spectre justifie la diversité des postures théoriques vouées à embrasser les pratiques qui caractérisent les sociétés du monde colonial, du moment de la colonisation jusqu’au présent de la décolonisation. Ainsi s’agit-il d’envisager toutes les formes de résistance contre-coloniale (contre-discours, procédés d’auto-détermination, manifestations de culture indigène, émergence de cultures hybrides19) qui sont en mesure de défier, d’éroder, voire de supplanter, le pouvoir détenu par l’hégémonie culturelle. Pour ce faire, la théorie postcoloniale engage des notions telles que, comme les énumère le Reader, la migration, l’esclavage, la suppression, la résistance, la représentation, la différence, la race, le genre, le lieu, l’hybridité, etc.20.

2. Un Moyen Âge postcolonial

2.1. Heurs..

13Au vu des perspectives qu’elle développe, on saisit l’intérêt de la théorie postcoloniale pour les études médiévales. De fait, la méthode permet d’appréhender au plus près les particularités du texte médiéval : ainsi les phénomènes liés à la circulation et à la variance des œuvres, à la diversité des influences culturelles et religieuses dont elles témoignent, mais aussi à leur condition matérielle, à leur environnement manuscrit, à leurs caractéristiques linguistiques et dialectales et, plus généralement, à la façon dont la culture médiévale se conçoit comme le fruit d’une transmission séculaire, rencontrent-ils un écho probant dans l’approche postcoloniale. Or si celle-ci paraît aussi attrayante, c’est également parce qu’elle offre la possibilité de rompre avec certaines contraintes normatives de la tradition critique. Comme le précise Simon Gaunt dans un livre qui rend justice au caractère linguistiquement et génériquement hybride du Devisement du monde, de nombreux textes médiévaux présentent des caractéristiques qui résistent à intégrer nos catégories d’analyse. Souvent considérés comme flous ou composites par les lecteurs d’aujourd’hui, à l’instar de celui de Marco Polo, ils pâtissent du conformisme imposé par la pensée moderne :

  • 21 Simon Gaunt, Marco Polo’s Le Devisement du monde, op. cit., p. 28.

The dissemination and production of francophone texts in Italy are hardly an unknown phenomenon among medievalists, but the status of these texts nonetheless remains under-researched and controversial because of all that is invested in modern national literary histories and linguistic identities.21

14La remarque, si on élargit le champ à l’ensemble des textes qui présentent des caractéristiques hybrides, éclaire l’extrême pertinence des Postcolonial Studies pour la littérature médiévale : au regard des présupposés nationalistes et identitaires hérités de la Modernité, cette approche théorique représente un formidable potentiel d’affranchissement et de renouvellement. Précisément, elle autorise à rendre compte, en le réhabilitant, du réseau complexe d’échanges et de contacts translinguistiques, transculturels et transconfessionnels dont portent témoignage des textes littéraires jusqu’ici négligés pour cette même raison par la critique. La relecture postcoloniale par Sylvia Huot du monument longtemps dédaigné qu’est le Perceforest suffit à nous en convaincre : précise et très stimulante, l’analyse de la critique anglaise rend pleinement justice à la valeur littéraire de ce texte qui, rassemblant Troyens, Grecs, Romains et même Danois sur les terres d’Ecosse et de Grande-Bretagne, thématise et problématise la rencontre entre cultures orientale, antique et occidentale.

  • 22 Sharon Kinoshita, Medieval Boundaries, op. cit. et « Worlding Medieval French », art. cit.

15On en est d’autant plus persuadé que les textes concernés sont nombreux. Dans son ouvrage au titre éloquent, Medieval Boundaries, comme dans l’article qui en résume les perspectives, Sharon Kinoshita attire l’attention sur la profusion des œuvres vernaculaires baignées par le contact séculaire entre l’Orient et l’Occident22. Elle suggère ainsi que la tendance, à l’évidence nationaliste, à circonscrire la production médiévale française au Nord de la France et à l’espace Plantagenêt occulte l’attraction qu’exerce sur elle la Méditerranée, confluent des cultures chrétienne, juive et islamique. Or il suffit de songer à des textes comme Floire et Blancheflor, Guillaume de Palerne, Floriant et Florete, La Belle Hélène de Constantinople, La Prise d’Orange, La Fille du comte de Ponthieu et bien d’autres pour se convaincre de la justesse de ses arguments. On ne saurait en somme rêver d’un terrain mieux disposé à l’égard de la réflexion postcoloniale que ce Moyen Âge d’avant l’émergence des nations.

  • 23 Sur cette question, voir surtout Simon Gaunt, « Translating the Diversity of the Middle Ages: Marco (...)

16 On est tenté de faire le même constat en ce qui concerne la langue. L’expansion de l’ancien français, en effet, ne recoupe en rien celle du territoire national français au sens moderne. Non seulement la multiplicité des scriptae invite à une répartition de l’espace en provinces ou en ères linguistiques plus qu’en États, mais encore l’extension du domaine d’oïl, la situation particulière de l’anglo-normand ou le recours au français par des locuteurs exogènes soucieux d’atteindre un vaste lectorat attestent aussi bien le caractère extraterritorial que la large diffusion européenne de cette langue23.

  • 24 « Destabilize hegemonic identities » et « decenter Europe » (Jeffrey Jerome Cohen, « Introduction » (...)
  • 25 Ananya Jahanara Kabir et Deanne Williams précisent dans leur introduction que « translation is ofte (...)

17 Un étroit réseau de convergences se déploie ainsi entre l’approche postcoloniale, attentive à « déstabiliser l’hégémonie qui règne sur les identités » et à « décentrer l’Europe »24, et le multiculturalisme dont témoignent la littérature et la langue médiévales. L’intérêt que revêt la notion médiévale de translatio pour la théorie postcoloniale n’a d’ailleurs pas échappé à l’attention des critiques. C’est même la poétique de la translatio imperii et studii, qu’à partir des romans antiques la littérature médiévale choisit pour décrire son propre mode de transmission des valeurs politiques et culturelles, qui a été élue comme métaphore de prédilection pour dire l’heureuse rencontre des Postcolonial Studies et des études médiévales. Le sous-titre Translating Cultures choisi par les éditrices de Postcolonial Approaches to the European Middle Ages en témoigne, qui désigne tout à la fois le contact entre des cultures en situation de confrontation et d’émulation au Moyen Âge et le mouvement qui soumet celles-ci au crible de l’analyse postcoloniale25.

  • 26 De telle sorte que, comme le résume joliment Bruce W. Holsinger dans son étude, le « postcolonialis (...)

18Au vu de ces fascinantes convergences, on ne sera peut-être pas trop étonné d’apprendre l’influence déterminante qu’a exercé l’École des Annales sur les Subaltern Studies. Dans un article passionnant, Bruce Holsinger rappelle la dette que les historiens sud-asiatiques entretiennent à l’égard du courant qui, sous l’impulsion de médiévistes comme Marc Bloch, Georges Duby et Jacques Le Goff, a posé les jalons de l’histoire sociale au xxe siècle26.

2.2. …et heurts

  • 27 Dans son compte-rendu du livre de Kathleen Biddick, The Shock of Medievalism (op. cit.), Gabrielle (...)
  • 28 Voir entre autres John M. Ganim, Medievalism and Orientalism, op. cit., p. 3 et Catherine Brown, «  (...)
  • 29 Voir notamment les pages qu’Edward Said consacre à Dante, à propos de la présence de Saladin et de (...)
  • 30 Voir notamment Homi Bhabha, « DissémiNation. Temps, récit et les marges de la nation moderne », in (...)
  • 31 Carolyn Dinshaw, Getting Medieval : Sexualities and Communities, Pre- and Postmodern, Durham, Duke (...)

19Malgré ces fécondes promesses, l’application de la théorie postcoloniale aux études médiévales demeure controversée. Contre toute attente, cependant, les réticences ne proviennent pas tant des médiévistes partisans d’une approche traditionnelle ou peu convaincus par les courants critiques anglo-saxons, que des théoriciens des Postcolonial Studies. Car ceux-ci considèrent leur objet d’étude, le colonialisme européen, comme une donnée historique circonscrite à la Modernité27. La périodisation qu’ils instaurent exclut dès lors le Moyen Âge du champ de recherche, pour le précipiter dans les oubliettes d’un Ancien Régime jugé inintéressant parce qu’informe, monologique et sans nuance. « The past is a foreign country : they do things differently there » : la phrase liminaire du célèbre Go-Between de Leslie Poles Hartley revêt dans le contexte une tonalité comminatoire que n’ont pas manqué de relever, non sans ironie, quelques médiévistes28. Cette attitude hostile trouve selon toute vraisemblance sa source dans le dédain que les ouvrages fondateurs de la théorie manifestent envers la période médiévale, puisque ni Said, ni Bhabha, et encore moins les auteurs du Postcolonial Reader ne prêtent attention au Moyen Âge, ou si peu29. C’est dire si l’objet d’une telle exclusion doit, à leurs yeux, paraître peu qualifié pour alimenter la réflexion. Mais ce n’est pas tout. Lorsqu’ils fondent leur approche sur le concept exclusif de « nation moderne »30, les théoriciens ne se contentent pas d’exclure le Moyen Âge, ils n’ont de cesse de le constituer en repoussoir de la Modernité. Pour citer Carolyn Dinshaw qui résume la vision de Bhabha dans Getting Medieval, « the Middle Ages is still made the dense, unvarying, and eminently obvious monolith against which modernity and postmodernity groovily emerge »31. On le comprend bien, l’étude du colonialisme revendiqué comme un fait historique spécifiquement moderne suscite de la part des théoriciens postcoloniaux une forme de condescendance à l’égard du Moyen Âge, qu’ils considèrent à travers un double prisme : celui de l’altérité qu’il représente au point de vue diachronique, et celui de son incapacité à représenter, dans la synchronie, la rencontre avec l’altérité.

  • 32 La plupart des théoriciens postcoloniaux considèrent que le point de départ est marqué par le « cho (...)
  • 33 Surtout si on considère, comme l’a fait Bruce Holsinger, la généalogie de ce courant théorique insp (...)
  • 34 Voir le compte-rendu qu’en donne Bruce Holsinger (Ibid., p. 1197-1200). Son article suggère que l’i (...)

20En d’autres termes, le Moyen Âge ne saurait être postcolonial. Sa place au sein de cette approche théorique, pour autant qu’il en ait une, est à situer dans la lointaine préhistoire de la tradition moderne32. On prend la mesure du paradoxe : aussi appropriée qu’elle puisse paraître pour les études médiévales, l’approche postcoloniale ne relègue pas moins celles-ci dans les marges du champ critique33. De la part des médiévistes qui empruntent ces instruments d’analyse, l’inconfort de la situation se traduit par une tendance quasi systématique à la justification34. Tout se passe comme si, du strapontin sur lequel il est perché, le Postcolonial Middle Ages voulait convaincre de sa légitimité. On peut regrouper les tentatives pour étayer le common ground entre études médiévales et théorie postcoloniale en deux tendances principales :

2.2.1. « Le passé postcolonial » 

  • 35 The Postcolonial Middle Ages, op. cit.

21La première, qui situe le Moyen Âge dans l’orbite de la Modernité, entend traiter le premier comme le passé qui précède et prépare la seconde. L’idée est que la compréhension du phénomène colonial passe par la connaissance du passé des colonies et de l’Europe d’avant les États. Si bien que le Moyen Âge et son histoire des contacts à l’intérieur de l’Europe, mais aussi entre l’Europe et les continents asiatique et africain, apparaissent comme des éléments déterminants de la longue histoire dont le colonialisme et le postcolonialisme constituent les jalons à l’époque moderne. La continuité ainsi établie entre le Moyen Âge et la Modernité permet à des médiévistes comme Jeffrey Jerome Cohen et les contributeurs du volume The Postcolonial Middle Ages d’envisager le recours à la théorie postcoloniale comme parfaitement naturel et non problématique, dans la mesure où il s’agit d’éclairer les origines littéraire, politique et historique du colonialisme35. Tout effet de plaquage est évité, tandis que l’étude des formes spécifiquement médiévales de colonialisme poursuit l’enjeu de questionner, voire d’ébranler, les bases de la théorie postcoloniale et postnationaliste en vue de les préciser et de mieux les définir. À terme, espèrent les collaborateurs du numéro spécial de Modern Language Quarterly, « The Postcolonial Past », la réflexion pourrait transcender le débat sur la légitimité :

  • 36 Barbara Fuchs et David J. Baker, « The Postcolonial Past », Modern Language Quarterly 65 :3 (2004), (...)

We hope that the larger project of reflecting on the rich intersection between postcolonial studies and the various pasts will transcend the debate over who can legitimately practice something called « postcolonial studies ».36

  • 37 Voir Kathleen Biddick, « Coming Out of Exile », art. cit. et Michelle R. Warren, Creole Medievalism(...)

22Pour d’autres de ses partisans, comme Biddick et Warren, l’attitude consistant à envisager le Moyen Âge comme la prémisse essentielle de l’impérialisme et du colonialisme modernes trouve son autre fondement dans l’émergence de la science médiévistique en plein essor colonial au xixe siècle37.

2.2.2. « Décoloniser le Moyen Âge » 

  • 38 John Dagenais et Margaret R. Greer éd., Journal of Medieval and Early Modern Studies, Special Issue (...)

23L’autre tendance, plus subversive, consiste à envisager le Moyen Âge comme le « continent noir » de l’Histoire, et donc à le « décoloniser » au même titre que les pays assujettis à l’impérialisme moderne. Le propos prend appui sur un lieu commun fréquent dans le discours colon : postuler la convertibilité de l’espace et du temps pour faire de l’« autre » un « arriéré », le témoin d’une époque révolue. L’ère « moyenâgeuse », sorte d’enfance de l’Europe des Lumières, semble vouée à susciter le même sentiment d’altérité, teinté de curiosité et d’exotisme, et partant le même mépris, que les pays lointains. Ainsi le mouvement poursuit-il l’ambition de décoloniser l’époque médiévale longtemps traitée comme un continent étranger, aussi vaste que vide et acculturé, dont on s’empare aisément pour le civiliser. La critique postcoloniale lui fournit pour ce faire des instruments de choix, qui permettent de déconstruire l’attitude dépréciative de la Modernité et de revaloriser le Moyen Âge. Tel est le défi que relèvent Decolonizing the Middle Ages et Postcolonial Approaches, dont l’ambition est de prouver l’intérêt de cette intersection par des contributions variées qui, d’une part, incitent la critique postcoloniale à réexaminer les bornes historiques de la méthode et, d’autre part, encouragent les médiévistes à affiner les catégories d’approche qui leur sont offertes38.

  • 39 Catherine Brown, « In the Middle », art. cit., p. 550.
  • 40 John Dagenais et Margaret R. Greer, « Decolonizing the Middle Ages : Introduction », in « Decoloniz (...)
  • 41 Sur le futur possible du Postcolonial Medievalism, je renvoie aux propositions de Simon Gaunt dans (...)

24 Si séduisantes qu’elles soient, aucune de ces deux tendances n’emporte ma complète adhésion. C’est qu’elles ne vont pas sans exposer le médiéviste à des risques : la première, qui relève de l’Histoire, comme la seconde, qui fonde sa légitimité sur une métaphore, perpétuent en effet dans leur définition et leur nom – et semblent donc admettre – la subordination d’un Moyen Âge à jamais inféodé à la Modernité. Tout se passe comme si, dans leurs efforts pour dégager la période qui les intéresse de l’emprise moderne, les représentants des deux courants l’y replaçaient à grand renfort d’instruments théoriques. Comme le résume Catherine Brown, « colonial and postcolonial theory does indeed help us see important things about the Middle Ages and about the practice of medieval studies », mais les médiévistes intéressés à appliquer la théorie à leurs propres objets ne peuvent manquer d’être « especially troubled by the modernizing agenda implicit in the application of theory »39. Même remaniés, même adaptés, les outils forgés pour l’époque moderne s’imprègnent d’une patine qui leur donne, entre les mains des médiévistes, un aspect recyclé. Or le danger n’est pas anodin puisque, pour reprendre les termes de Dagenais et Greer dans leur introduction de Decolonizing the Middle Ages, on menace de reproduire ainsi ce qu’on cherchait précisément à éviter : « We risk reimporting the very hegemonies we are working to overthrow, making ‘postcolonial theory’, for example, into yet one more tool of Modern and postmodern colonization of the Middle Ages »40. Je partage cette réserve. La colonisation disciplinaire du Moyen Âge par les Postcolonial Studies doit être évitée, non pas en raison des approches que celles-ci privilégient, mais parce que ce courant participe d’une formation intellectuelle externe aux études médiévales et hostile au Moyen Âge, relégué à un rôle passif et second. Il y a dès lors, à mon sens, peu à miser sur l’avenir de ce couple houleux dont les noces, pourtant stimulantes, n’ont pas fini de susciter crainte, mécontentement et incompréhension de la part des théoriciens postcoloniaux comme des médiévistes41.

25 Que faire, alors ? Comment mettre à profit le formidable potentiel qu’ont démontré les recherches menées à l’intersection des deux disciplines sans buter sur des obstacles ? Par quel biais moins problématique aborder la connivence entre le Moyen Âge et l’approche théorique des phénomènes de décentrement et d’hybridation ? De quelle façon stimuler l’intérêt de la critique francophone pour ce type de démarche ? J’aimerais envisager quelques pistes dans la dernière partie de mon enquête.

3. Le futur du Moyen Âge : quelques propositions

3.1. Études interculturelles

  • 42 Je pense en particulier aux Actes du colloque de Tours Voyager à la Renaissance, sous la direction (...)
  • 43 Marie-Christine Gomez-Géraud, Le Crépuscule du grand voyage : les récits de pèlerins à Jérusalem (1 (...)
  • 44 Voir la note 19.

26À qui s’intéresse à la rencontre entre les cultures, le champ des Études interculturelles représente une alléchante alternative. La recherche sur l’interculturalité en littérature, en vertu de l’intense déploiement qu’elle a connu ces dernières années, a mis au point des instruments d’analyse susceptibles de rendre compte d’interactions de tout type entre les cultures, les langues ou les religions, qu’elles témoignent d’échanges, d’immixtions, de confrontations ou de métissages. Plusieurs ouvrages attestent la fécondité de cette vogue qui, depuis le début des années 1980, connaît un essor considérable en langue française. La raison en est simple : si les dates coïncident, l’émergence de cet intérêt pour la littérature sur les lointains doit davantage au structuralisme qu’aux Postcolonial Studies. Les travaux fondateurs de Frank Lestringant sur André Thevet et Jean de Léry, ou de Michel Bideaux sur Jacques Cartier, comme la théorie de la relation à l’autre élaborée par Todorov à travers l’étude de la découverte de l’Amérique, ont inauguré un filon que leurs successeurs n’ont de cesse de revisiter pour le préciser, le renouveler et le diversifier42. Les outils élaborés par des spécialistes de l’interculturalité en littérature tels que Marie-Christine Gomez-Géraud, Frédéric Tinguely et Claude Reichler, et plus récemment Grégoire Holz, prennent ainsi en compte les stratégies textuelles mobilisées par les écrivains pour témoigner du contact avec l’altérité43. Notamment, l’étude des représentations et des dispositifs analogiques, interrogés dans leurs implications littéraires et anthropologiques, s’inspire de concepts théoriques proches des Postcolonial Studies. La notion de middle ground proposée par White ou les réflexions de Gruzinski sur le métissage et la mondialisation pré-modernes ne vont pas sans rappeler les concepts d’hybridité, de différence et d’« entre-deux » théorisés par Bhabha44. De telle sorte qu’au premier abord, on ne peut qu’être séduit par cette méthode entée sur l’étude de la première Modernité. Surtout que les pistes de recherche envisagées, notamment par Tinguely, pour décrire les dispositifs qui habitent la littérature viatique des xvie-xviie siècles semblent convenir de façon privilégiée à l’étude des textes des xive-xve siècles. Il est en effet frappant de constater à quel point la distinction qu’il établit entre les textes qui « représente[nt] un processus d’interaction ou d’hybridation » et ceux qui « participe[nt] d’un tel processus » est valable pour la littérature médiévale :

  • 45 Frédéric Tinguely, « État présent », art. cit., p. 334-5.

L’approche ‘littéraire’ des problèmes d’interculturalité doit impérativement faire le départ entre la façon dont le texte représente un processus d’interaction ou d’hybridation (activité des truchements, pratique du troc, évangélisation, ambassade, et ainsi de suite) et celle dont, le cas échéant, il participe d’un tel processus. Sur le second plan, le seul vraiment inexploré, on pourra par exemple s’intéresser au fait que les textes se métissent à travers l’assimilation d’éléments linguistiques ou conceptuels hétérogènes, qu’ils incorporent la voix de l’autre, sa vision du monde, malgré le filtre ethnocentriste qui ne cesse de les caractériser. On se demandera à chaque fois quel substrat idéologique, quelles visées stratégiques et quels dispositifs textuels rendent possibles ces opérations, et pour quel lecteur.45

  • 46 Voir par exemple le présupposé de l’article, pour le reste captivant, de Frédéric Tinguely sur « Le (...)
  • 47 « Columbus can be credited with the discovery not only of America, but also of the Cannibal » (Fran (...)

27C’est cependant là que le bât blesse. Car les Études interculturelles ne s’intéressent pas au Moyen Âge. Elles se focalisent sur la Renaissance, qu’elles considèrent comme le lieu d’émergence de leurs objets d’étude. Or en excluant la période médiévale, ces ouvrages critiques de première importance reproduisent les mêmes déséquilibres que les Postcolonial Studies. Ils relèguent dans l’ombre des pans entiers de leur objet lorsqu’ils négligent la bibliothèque colossale que le Moyen Âge consacre à l’Orient et surtout au Moyen-Orient, non seulement à travers les récits des voyageurs, les chroniques historiographiques et les relations de pèlerinage, mais encore par l’intermédiaire des chansons de croisade, des romans d’aventure, des récits hagiographiques, des biographies imaginaires, etc. On pourrait croire, en les lisant, que la littérature de voyage, et surtout les relations interculturelles dont elle rend compte, naissent en 1492 d’un néant abyssal qui attendait la « découverte » du Nouveau Monde pour prendre corps46. Les travaux de Frank Lestringant sur le cannibalisme, pourtant passionnants, ressortissent à cette veine. Sous sa plume, les pratiques anthropophages, au même titre que l’élargissement des horizons géographiques et les prémisses du colonialisme, deviennent l’apanage de la Pré-modernité inaugurée par Christophe Colomb47.

  • 48 On possède deux éditions modernes de ce texte annoté, par Luigi Giovannini, Il Milione, con le post (...)
  • 49 « L’existence d’un peuple semblable avait été signalée par Mandeville, mais ses récits avaient été (...)
  • 50 La comparaison du Perceforest avec un épisode du récit de Francis Fletcher, chapelain et historiogr (...)
  • 51 Geraldine Heng propose une relecture plutôt audacieuse, et à certains égards contestable, de cet ép (...)

28Quid de l’immense diffusion imprimée aux xve, xvie et xviie siècles du Devisement du monde de Marco Polo, dont on a conservé l’exemplaire de l’édition latine de 1485 annoté de la propre main de Christophe Colomb48 ? Pourquoi nier l’influence, pourtant tangible dans l’écriture des voyageurs à la Renaissance, des descriptions de peuplades cannibales et de races monstrueuses que le Moyen Âge a héritées de Pline, via Isidore de Séville ? Et même au-delà de la Renaissance, puisque Sir Walter Raleigh donne raison à Jean de Mandeville dans le récit de son voyage en Guyane de 1596 après avoir vu de ses propres yeux les Blemmyes décrites dans le Livre des merveilles49. Dans son excellente analyse du Perceforest, Sylvia Huot montre à juste titre que les descriptions des peuples indigènes du Nouveau Monde sont informées par une « longue tradition de représentations littéraires » qui prend sa source dans la littérature médiévale50. Quant au cannibalisme, l’épisode édifiant et très largement commenté du siège d’Antioche de 1098 où des Francs affamés ont dévoré des cadavres ennemis devrait suffire à convaincre, pour n’être qu’un exemple parmi d’autres, du caractère fabriqué de cette « barrière épistémologique » qui voit la notion d’altérité poindre au xve siècle51.

29Faut-il cependant s’obstiner à prouver la légitimité des médiévistes à recourir à ces instruments, et celle du Moyen Âge à présenter des relations interculturelles complexes ? Le jeu en vaut-il la chandelle ? La menace d’un opprobre qui reproduirait la querelle du Postcolonial Middle Ages sur un intervalle plus étroit, mais un ton non moins féroce pourrait se révéler, à terme, pesante. D’autres moyens d’approche sont possibles.

3.2. Global Middle Ages et « littérature-monde »

  • 52 Voir la note 12 pour les références aux différents projets de recherche sur la « globalisation ». S (...)
  • 53 Voir l’introduction de French Global par Susan Rubin Suleiman et Christie McDonald (art. cit.) et l (...)

30La prolifération des projets de recherche dédiés à l’appréhension « globale » du Moyen Âge témoigne de l’enthousiasme récent des médiévistes pour des méthodes qui envisagent à nouveaux frais les questions de décentrement, d’hybridité et de transmission culturelle hérités de la théorie postcoloniale52. Ces dernières années, la recherche privilégie l’approche transrégionale au sens large des phénomènes littéraires, culturels, historiques et économiques. La pertinence du modèle de la « globalisation » est testée pour décrire la large période qui, de 600 à 1500, se caractérise par sa situation multipolaire, ses frontières poreuses et ses sociétés plurielles qui évoquent sous certains aspects la communauté largement décentrée et interconnectée du xxie siècle53. Le terme de Global Middle Ages accueille l’ensemble des initiatives visant à circonscrire le Moyen Âge dans sa complétude « globale » sans que soit jamais privilégiée la notion de centre.

  • 54 Le manifeste « Pour une ‘littérature-monde’ en français », signé d’une quarantaine d’écrivains dont (...)
  • 55 C’est l’article d’Alain Mabanckou, « La Francophonie, oui… Le ghetto, non ! », publié dans Le Monde(...)

31Émanant en priorité de la sphère anglophone, ces prises de position à l’encontre des organisations hiérarchiques héritées du nationalisme et de la centralisation font écho au concept, lui aussi récent, de « littérature-monde ». Diffusé pour la première fois en 2007 dans le journal Le Monde, le manifeste « Pour une littérature-monde en français » a été suivi la même année de l’ouvrage collectif Pour une littérature-monde54. Ce dernier volume rassemble les contributions d’auteurs d’expression française provenant de toutes les régions du globe pour dénoncer le centralisme de la littérature française, qui marginalise les autres espaces d’expression française en les regroupant sous l’appellation discriminante de « francophonie »55.

  • 56 The kinds of transcultural, transhistorical, and transconfessional transactions I have tried to m (...)

32Or Sharon Kinoshita a bien montré que les deux notions, concomitantes, se prêtaient à l’étude de la période médiévale aussi bien qu’à la situation de l’ancien français, pour autant qu’on renonce à une vision centripète qui a la vie dure56. Le débat est ouvert, qui exigera des représentants du Global Middle Ages comme de la littérature-monde en (ancien) français qu’ils prouvent le bien-fondé de leur démarche par-delà les brisants dont on croit discerner déjà les lignes de crête (les catégories « Moyen Âge » et « médiéval » s’appliquent-elles à l’analyse historiographique non-européenne ? ; est-il envisageable de tracer une chronologie transrégionale à cette époque ? ; quelle est la pertinence des terme « globalisation » et « littérature-monde » pour l’étude des sociétés, des littératures et des scriptae médiévales ?, etc.).

3.3. Lire le Moyen Âge

  • 57 C’est l’approche qu’Alain Viala désigne comme « endogène », par opposition au recours « exogène » à (...)
  • 58 Voir les propositions qui concluent l’article de Simon Gaunt, « Can the Middle Ages Be Postcolonial (...)

33Au-delà de l’ancrage théorique, ce que le stimulant parallèle entre le Moyen Âge et aujourd’hui révèle, à mon sens, c’est que les dispositifs les mieux adaptés à l’étude d’une période sont ceux qu’elle-même nous procure57. Car, en soi, si le constat « global » qui s’impose en ce début de siècle invite à la comparaison avec les ixe-xve siècles, ce n’est pas parce que le régime y est semblable, ni même similaire, mais parce qu’il diffère dans les deux cas de la conception nationaliste moderne. Le xxie siècle, et l’assimilation effective du postcolonialisme, incitent le chercheur à chausser de nouvelles lunettes pour regarder le Moyen Âge, et partant corriger la vision faussée, combien myope, inspirée par la Modernité. Ainsi le concept de « globalisation », qui préserve l’extrême diversité du monde sans privilégier la notion de centre, ne me semble-t-il pas s’appliquer en tant que tel à décrire le Moyen Âge, mais bien plutôt à libérer la vision qu’on en a de ses précédentes œillères. L’apport n’en est pas moins crucial : il autorise à porter sur le Moyen Âge un regard neuf, et peut-être vrai. C’est pourquoi, au lieu de prôner le Global Middle Ages en tant que méthode d’approche des textes, j’abonde dans le sens de Simon Gaunt, quitte à radicaliser ses positions, pour inciter à la lecture des textes par-dessus toute réflexion théorique58. L’analyse littéraire trouve un indispensable support dans l’application scrupuleuse des outils qui composent l’attirail traditionnel du médiéviste, tels que la codicologie, la paléographie, la philologie, la linguistique diachronique et la dialectologie. Et seule la maîtrise de ces instruments me paraît à même de rendre compte, au plus près, de la pratique littéraire médiévale. Davantage que la sophistication théorique, la lecture compétente des textes, attentive à l’environnement manuscrit, à la teinture dialectale, au choix linguistique, en langue vernaculaire comme en latin, au type et au style d’écritures, est en mesure d’évaluer les phénomènes de contact, d’hybridation et de contamination entre traditions littéraires, langues et scriptae.

  • 59 Plutôt que dans des éditions qui risquent, surtout si elles sont anciennes, de répercuter les critè (...)

34Il va de soi qu’une telle pratique, qui entend aussi privilégier la fréquentation des textes dans leurs copies manuscrites59, exige de ceux qui la pratiquent des compétences aussi variées que précises. On pourra toujours arguer qu’une formation aussi complète ne peut pas être dispensée aux étudiants, que leur parcours académique conduit à se spécialiser plutôt qu’à cette approche généraliste, somme toute assez proche de celle des clercs médiévaux. Qu’à cela ne tienne puisque, ces dernières années, l’important essor des centres d’études médiévaux et le développement de certificats de spécialisation dans les universités favorisent les collaborations interdisciplinaires, qui tentent d’appréhender le savoir médiéval dans toute la richesse et la diversité de ses conceptions.

  • 60 Simon Gaunt constate lui aussi l’absence presque totale de référence à la théorie postcoloniale de (...)
  • 61 C’est ce que Yasmina Foehr-Janssens et moi-même avons tenté de faire sans référence à la théorie po (...)

35 Je ne prétends pourtant pas qu’on doive renoncer aux approches théoriques. J’ai tenté de montrer dans les pages qui précèdent la complémentarité de ces dernières avec les instruments de l’analyse traditionnelle. Toutefois, je ne laisse pas d’être frappée par la disposition naturelle de la littérature médiévale, pour ne pas dire du Moyen Âge, à penser et à représenter les objets que les Postcolonial et les Global Studies élaborent en notions théoriques. Peut-être est-ce l’une des raisons pour lesquelles la critique d’expression française est parvenue à éluder jusqu’ici la théorie postcoloniale, tout en mobilisant, à l’occasion, des concepts équivalents60. Avec ou sans l’apport des courants théoriques, la lecture des textes incite les médiévistes à dresser le bilan d’impératifs critiques qui révèlent la propension particulière de la littérature médiévale à ce type d’interrogation61.

  • 62 Dans son ouvrage Before European Hegemony : The World System 1250-1350 (Oxford University Press, 19 (...)

36 De fait, la pratique de la lecture selon les modalités que je viens de définir met au jour le dynamisme de la transmission culturelle qui sous-tend la production littéraire au Moyen Âge. Les œuvres activent des dispositifs rhétoriques, poétiques, stylistiques, narratifs, génériques ou linguistiques, pour témoigner de la rencontre entre soi et l’autre, en amont du questionnement anthropologique suscité par le contact avec le Nouveau Monde. Bien avant la découverte de l’altérité Outre-Atlantique, la rencontre des trois monothéismes autour de la Méditerranée a produit sur la très longue durée des discours apologétique et militaire. Ces traditions séculaires ont construit, à travers l’hagiographie, le roman et la geste, une littérature de fiction apte à représenter textuellement tout type d’échange, de négociation et de confrontation entre les cultures et à susciter des procédés de renversement, de décentrement et d’hybridation. Ce constat me conduit à formuler une dernière proposition : à bien considérer cette phénoménale perméabilité, n’est-ce pas le Moyen Âge, bien plus que la Renaissance ou l’époque moderne, qu’on est tenté de considérer comme l’âge d’or de la rencontre entre les cultures ? Le raisonnement dominant s’inverse à la vue du contraste que les xie-xve siècles offrent avec le nationalisme, la centralisation, la normalisation linguistique et le principe d’hégémonie culturelle qui se développent à la période post-médiévale. Le passage du Moyen Âge à la Modernité, si on l’envisage en termes de transition du régime provincial et régional au régime étatique, de la multiplicité dialectale à l’unicité de la langue nationale, de la situation d’hybridité culturelle à la différenciation discriminante, esquisse un mouvement à rebours de celui qu’on décrit habituellement. L’homogénéisation inexorable qu’entraînent le nationalisme et le colonialisme aux époques pré-moderne et moderne tend de fait à annihiler la vitalité transculturelle, translinguistique et transreligieuse qui caractérise le Moyen Âge. Sans y parvenir tout à fait, heureusement, puisque subsistent en littérature certains phénomènes de décentrement qu’on verra, dès lors, comme l’héritage en ligne directe du Moyen Âge62. Il paraît en effet raisonnable de considérer les procédés textuels voués à rendre compte du contact entre les cultures comme des reliquats de la tradition médiévale, parvenus in extremis à échapper à la normalisation engagée au sein des colonies. On ne sera pas surpris que le legs s’exprime par le truchement de rencontres avec l’altérité du Nouveau Monde. L’élargissement des horizons géographiques à la Renaissance constitue à cet égard une véritable aubaine : en créant une opportunité de résistance à l’européocentrisme émergent, il procure au climat médiéval un sursis, une prolongation bienvenue. Que les stratégies textuelles activées par les écrivains-voyageurs, au Nouveau Monde, au Levant ou en Afrique, ressemblent à s’y méprendre aux représentations littéraires médiévales devient dès lors une évidence : heureuse rémanence, qui pérennise aux confins du monde connu, dans des cas extrêmes de confrontation avec l’altérité, cette disposition médiévale menacée d’extinction.

37J’aimerais, pour conclure, revenir sur l’intérêt des théories postcoloniale et globale pour les études médiévales. Je ne peux qu’encourager les médiévistes d’expression française à accorder la plus grande attention au travail accompli par leurs homologues anglo-saxons dans ces deux domaines. Les outils d’analyse, subtils et précis, que la lecture des ouvrages mentionnés plus haut pourra leur fournir contribueront, à n’en point douter, à élargir leurs perspectives, en même temps qu’à décloisonner des écoles qui ont tout à gagner à échanger davantage. En parallèle, toutefois, j’ai à cœur de prévenir contre les risques d’une adhérence inconditionnelle aux Postcolonial et aux Global Studies. Car, tant que les théoriciens de ces mouvements n’auront pas eux-mêmes consenti, dans la diachronie, au décentrement qu’ils prônent dans la synchronie de leurs objets d’étude, les médiévistes ne devront manier leurs instruments qu’avec circonspection, et seulement en complément des outils d’analyse traditionnels. On aurait cependant tort de s’en affliger. Car il n’y a là rien que le Moyen Âge, lui-même placé sous le signe de la translatio culturelle, religieuse et linguistique, ne soit en mesure de suppléer.

Haut de page

Bibliographie

Janet Abu-Lughod, Before European Hegemony : The World System 1250-1350, Oxford, Oxford University Press, 1991.

Amar Acheraïou, Questioning Hybridity, Postcolonialism and Globalization, Basingstoke, Houndmills/New York, Palgrave Macmillan, 2011.

Jean-Loup Amselle, L’Occident décroché. Enquête sur les postcolonialismes, Paris, Stock, 2008.

Benedict Anderson, Imagined Communities : Reflections on the Origin and Spread of Nationalism, London, Verso, 1983.

Arjun Appadurai, Après le colonialisme. Les conséquences culturelles de la globalisation, Paris, Payot, 2005.

Arjun Appadurai, Géographie de la colère. La violence à l’âge de la globalisation, Paris, Payot, 2009.

Kwame Anthony Appiah, In My Father’s House : Africa in the Philosophy of Culture, New York/Oxford, Oxford University Press, 1992.

Bill Ashcroft, Gareth Griffiths et Helen Tiffin éd., The Post-colonial Studies Reader, London/New York, Routledge, 1995.

Homi Bhabha, Les Lieux de la culture : une théorie postcoloniale, Paris, Payot, 2007 (traduit de l’anglais, New York, Routledge, 1994).

Kathleen Biddick, The Shock of Medievalism, Durham, Duke University Press, 1998.

Pascal Blanchard et Nicolas Bancel, Culture post-coloniale, 1961-2006, Traces et mémoires coloniales en France, Paris, Autrement, 2005.

Catherine Brown, « In the Middle », Journal of Medieval and Early Modern Studies 30 (2000), p. 547-574.

Jacques Cartier, Relations, éd. Michel Bideaux, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 1986.

Jean Céard et Jean-Claude Margolin éd., Voyager à la Renaissance, Actes du colloque de Tours, Paris, Maisonneuve et Larose, 1987.

Dipesh Chakrabarty, Provincializing Europe : Postcolonial Thought and Historical Difference, Princeton, Princeton University Press, 2000.

Vinayak Chaturvedi éd., Mapping Subaltern Studies and the Postcolonial, London/New York, Verso, 2000.

Jeffrey Jerome Cohen éd., The Postcolonial Middle Ages, New York, St. Martin’s Press, 2000.

Kathleen Davis, « National Writing in the Ninth Century : A Reminder for Postcolonial Thinking about the Nation », Journal of Medieval and Early Modern Studies 28 : 3 (1998), p. 611-637.

John Dagenais et Margaret R. Greer éd., Journal of Medieval and Early Modern Studies 30 :3 (2000), Special Issue « Decolonizing the Middle Ages ».

Kathleen Davis et Nadia Altschul éd., Medievalisms in the Postcolonial World : The Idea of « The Middle Ages » Outside Europe, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 2009.

Carolyn Dinshaw, Getting Medieval : Sexualities and Communities, Pre- and Postmodern, Durham, Duke University Press, 1999.

Frantz Fanon, Peau noire, masques blancs, Paris, Seuil, 2001 (rééd. de l’éd. de 1952).

Barbara Fuchs et David J. Baker, « The Postcolonial Past », Modern Language Quarterly 65 :3 (2004), p. 329-340.

John M. Ganim, Medievalism and Orientalism : Three Essays on Literature, Architecture and Cultural Identity, Palgrave Macmillan, 2005.

Simon Gaunt, « Can the Middle Ages Be Postcolonial ? », Comparative Literature 61 : 2 (2009), p. 160-176.

Simon Gaunt, Marco Polo’s Le Devisement du monde. Narrative Voice, Language and Diversity, Cambridge, Brewer, 2013 (sous presse).

Simon Gaunt, « Translating the Diversity of the Middle Ages: Marco Polo and John Mandeville as ‘French’ Writers », in Australian Journal of French Studies 46, p. 235-248.

Juan Gil, El Libro de Marco Polo, anotado por Cristobal Colón. Versión de Rodrigo de Santaella, Madrid, Alianza, 1987.

Marie-Christine Gomez-Géraud, Le Crépuscule du grand voyage : les récits de pèlerins à Jérusalem (1458-1612), Paris, Champion, 1999.

Stephen Greenblatt et Giles Gunn éd., Redrawing the Boundaries : The Transformation of English and American Literary Studies, New York, Modern Language Association of America, 1992.

Stuart Hall, « When was ‘the Post-colonial’ ? Thinking at the Limit » in Iain Chambers et Lidia Curtis éd., The Post-colonial Question : Common Skies, Divided Horizons, London, Routledge, 1996, p. 242-260.

Geraldine Heng, Empire of Magic : Medieval Romance and the Politics of Cultural Fantasy, New York, Columbia University Press, 2003.

Bruce W. Holsinger, « Medieval Studies, Postcolonial Studies, and the Genealogies of Critique », Speculum 77 :4 (2002), p. 1195-1227.

Grégoire Holtz, L’Ombre de l’auteur : Pierre Bergeron et l’écriture du voyage à la fin de la Renaissance, Genève, Droz, 2011.

Sylvia Huot, Postcolonial Fictions in the Roman de Perceforest : Cultural Identities and Hybridities, Woodbridge/Rochester, Brewer, 2007.

Patricia Clare Ingham et Michelle R. Warren éd., Postcolonial Moves : Medieval Through Modern, Palgrave Macmillan, 2003.

Ananya Jahanara Kabir et Deanne Williams éd., Postcolonial Approaches to the European Middle Ages : Translating Cultures, Cambridge, Cambridge University Press, 2010.

Parag Khanna, « Visions of Europe in 2030 : A Postmodern Middle Ages », Spiegel Online International, http://www.spiegel.de/international/europe/visions-of-europe-in-2030-a-postmodern-middle-ages-a-637830.html, consulté le 30 mai 2013.

Sharon Kinoshita, Medieval Boundaries : Rethinking Difference in Old French Literature, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 2006.

Daniel T. Kline, The Medieval British Literature Handbook, London/New York, Continuum, 2009.

Neil Lazarus éd., Penser le postcolonial - Une introduction critique, Paris/Amsterdam, 2006 (traduit de l’anglais, 2004).

Michel Le Bris, Jean Rouaud et Eva Almassy éd., Pour une littérature-monde, Paris, Gallimard, 2007.

Frank Lestringant, Cannibals : The Discovery and Representation of the Cannibal from Columbus to Jules Verne, Berkeley/Los Angeles, University of California Press, 1997.

Frank Lestringant, L’Expérience huguenote au Nouveau Monde, Genève, Droz, 1996.

Frank Lestringant, Le Huguenot et le sauvage, Paris, Aux Amateurs de livres, 1990 (rééd. Droz, 1994).

Frank Lestringant, Une Sainte Horreur ou le voyage en Eucharistie (xvie-xviiie siècle), Paris, Presses Universitaires de France, 1996.

Alain Mabanckou, « La Francophonie, oui… Le ghetto, non ! », Le Monde (19 mars 2006).

Karla Mallette, The Kingdom of Sicily : A Literary History, Philadelphia, Pennsylvania University Press, 2005.

Charles-Romain Mbélé, Essai sur le postcolonialisme en tant que code de l’inégalité, Yaoundé, Clé, 2010.

Anne McClintock, Aamir Mufti et Ella Shohat éd., Dangerous Liaisons : Gender, Nation, and Postcolonial Perspectives, Minneapolis, University of Minnesota Press, 1997.

Christie McDonald et Susan Rubin Suleiman éd., French Global : A New Approach to Literary History, New York, Columbia University Press, 2010.

Il Milione, con le postille di Cristoforo Colombo, éd. Luigi Giovannini, Roma, Edizione Paoline, 1985.

Vijay Mishra et Bob Hodge, « What is Post(-) Colonialism ? », Textual Practice 5 (1991), p. 399-414.

Walter Raleigh, El Dorado, trad. J. Chabert, Paris, Unesco, 1993.

Claude Reichler, « Littérature et anthropologie. De la représentation à l’interaction dans une ‘Relation jésuite de la Nouvelle France’ au xviie siècle », L’Homme 164 (2002), p. 37-55.

Edward W. Said, L’Orientalisme. L’Orient créé par l’Occident, trad. de l’américain par Catherine Malamoud, Paris, Seuil, 1980 (1e éd. Penguin Books, 1978).

Gabrielle Spiegel, « Épater les médiévistes », History and Theory 39 (2000), p. 243-250.

Gayatri Spivak, « Can the Subaltern Speak ? », in Cary Nelson et Larry Grossberg éd., Marxism and the Interpretation of Culture, Basingstoke, Macmillan, 1988, p. 271-333.

Gayatri Spivak, « Can the Subaltern Speak ? Speculations on Widow Sacrifice », Wedge 7-8 (1985), p. 120-130.

Gayatri Spivak, En d’autres mondes, en d’autres mots. Essais de politique culturelle, Paris, Payot, 2009 (traduit de l’anglais, 1987).

Gayatri Spivak, Nationalisme et imagination, Paris, Payot, 2011 (traduit de l’anglais, 2007).

Gayatri Spivak, « Subaltern Studies : Deconstructing Historiography », in Subaltern Studies 4 (1985), p. 330-363 (repris dans Donna Landry et Gerald MacLean éd., The Spivak Reader, New York, Routledge, 1996, p. 203-235).

Sara Suleri, The Rhetoric of English India, Chicago, University of Chicago Press, 1992.

Micéala Symington, Joanny Moulin et Jean Bessière éd., Actualité et inactualité de la notion de « postcolonial », Paris, Champion, 2013.

Frédéric Tinguely, L’Écriture du Levant à la Renaissance : enquête sur les voyageurs français dans l’Empire de Soliman le Magnifique, Genève, Droz, 2000.

Frédéric Tinguely, « État présent : Écritures du voyage à la Renaissance », French Studies LXIV :3 (2010), p. 329-335.

Frédéric Tinguely éd., La Renaissance décentrée. Actes du Colloque de Genève (28-29 septembre 2006), Genève, Droz, 2008.

André Thevet, Cosmographie du Levant, éd. Frank Lestringant, Genève, Droz, 1985.

Sylvia Tomasch et Sealy Gilles éd., Text and Territory : Geographical Imagination in the European Middle Ages, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 1998.

Michael Uebel, Ecstatic Transformation : On the Uses of Alterity in the Middle Ages, New York, Palgrave, 2005.

Marion Uhlig, « Chrétiens mangeurs d’hommes et urbanité païenne dans la Chanson d’Antioche : l’excitatorium en question », Romania, à paraître.

Marion Uhlig, « Le Texte pour tout voyage : la construction de l’altérité dans le Livre de Jean de Mandeville », in Alain Corbellari, Yan Greub et Marion Uhlig éd., ‘Philologia ancilla litteraturae’. Mélanges de philologie et de littérature française du Moyen Âge offerts au Professeur Gilles Eckard par ses collègues et anciens élèves, Genève, Droz, 2013, p. 265-286.

Marion Uhlig et Yasmina Foehr-Janssens éd., D’Orient en Occident. Les recueils de fables enchâssées avant les Mille et Une Nuits de Galland (Barlaam et Josaphat, Calila et Dimna, Disciplina Clericalis, Roman des Sept Sages), Brepols, Turnhout, sous presse.

Alain Viala, La France galante. Essai historique sur une catégorie culturelle, de ses origines jusqu’à la Révolution, Paris, Presses Universitaires de France, 2008.

David Wallace, Premodern Places : Calais to Surinam, Chaucer to Aphra Benn, Oxford, Blackwell, 2004.

Michelle R. Warren, Creole Medievalism : Colonial France and Joseph Bédier’s Middle Ages, Minneapolis, University of Minnesota Press, 2011.

Patrick Williams et Laura Christman éd., Colonial Discourse and Post-Colonial Theory : A Reader, Harlow, Longman, 1993.

Slavoj Zizek, Après la tragédie, la farce ! ou Comment l’histoire se répète, Paris, Flammarion, 2010 (traduit de l’anglais, 2009).

Haut de page

Notes

1 Voir, parmi bien d’autres, Sylvia Tomasch et Sealy Gilles éd., Text and Territory : Geographical Imagination in the European Middle Ages, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 1998 ; Kathleen Biddick, The Shock of Medievalism, Durham, Duke University Press, 1998 ; Geraldine Heng, Empire of Magic : Medieval Romance and the Politics of Cultural Fantasy, New York, Columbia University Press, 2003 ; John M. Ganim, Medievalism and Orientalism : Three Essays on Literature, Architecture and Cultural Identity, Palgrave Macmillan, 2005 ; Sharon Kinoshita, Medieval Boundaries : Rethinking Difference in Old French Literature, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 2006 ; Sylvia Huot, Postcolonial Fictions in the Roman de Perceforest : Cultural Identities and Hybridities, Woodbridge/Rochester, Brewer, 2007 ; Kathleen Davis et Nadia Altschul éd., Medievalisms in the Postcolonial World : The Idea of « The Middle Ages » Outside Europe, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 2009 ; Ananya Jahanara Kabir et Deanne Williams éd., Postcolonial Approaches to the European Middle Ages : Translating Cultures, Cambridge, Cambridge University Press, 2010 ; Michelle R. Warren, Creole Medievalism : Colonial France and Joseph Bédier’s Middle Ages, Minneapolis, University of Minnesota Press, 2011.

2 Jeffrey Jerome Cohen éd., The Postcolonial Middle Ages, New York, St. Martin’s Press, 2000. Même si plusieurs ouvrages parus avant cette date font déjà référence à la théorie postcoloniale dans le domaine des études médiévales (voir n. 1).

3 À partir de l’affirmation de Benedict Anderson selon laquelle « medieval colonialism [is] oxymoronic, indeed anachronistic » (Imagined Communities : Reflections on the Origin and Spread of Nationalism, London, Verso, 1983, cité par Jeffrey J. Cohen, « Introduction : Midcolonial », in The Postcolonial Middle Ages, op. cit., p. 4), voir les commentaires de Jeffrey J. Cohen, « Introduction : Midcolonial », in The Postcolonial Middle Ages, op. cit., p. 4 ; Kathleen Biddick, « The ABC of Ptolomy : Mapping the World with the Alphabet », in Text and Territory, op. cit., p. 291 ; Kathleen Davis, « National Writing in the Ninth Century : A Reminder for Postcolonial Thinking about the Nation », Journal of Medieval and Early Modern Studies 28 : 3 (1998), p. 611-637 ; Daniel T. Kline, The Medieval British Literature Handbook, London/New York, Continuum, 2009, p. 221.

4 Christie McDonald et Susan Rubin Suleiman éd., French Global : A New Approach to Literary History, New York, Columbia University Press, 2010.

5 Susan Rubin Suleiman et Christie McDonald, « Introduction : The National and the Global », in French Global, op. cit., p. ix.

6 C’est le cas de Gisèle Sapiro et de Jacqueline Cerquiglini-Toulet. La suprématie de la langue anglaise dans ce champ et, bien souvent, de thèmes centrés sur le monde anglo-saxon a été déplorée par certains critiques (voir en particulier Simon Gaunt, « Can the Middle Ages Be Postcolonial ? », Comparative Literature 61 : 2 (2009), p. 160-176, surtout p. 166-167). Elle est toutefois présentée comme un choix délibéré et assumé dans la plupart de ouvrages, notamment dans The Postcolonial Middle Ages : « Although England looms disproportionately large in the shared critical imaginary of this volume, this imbalance was a deliberate choice, accomplished because England has such a tight grip on the critical imaginary of North American medievalists (and postcolonial theorists) » (Jeffrey J. Cohen, « Introduction », art. cit., p. 8). On n’en demeure pas moins frappé par le fait que l’écrasante majorité des auteurs sont d’expression anglaise et spécialistes des littératures et des civilisations anglaises et américaines.

7 Il s’agit de l’article de Kimberlee Campbell, « Speaking the Other : Constructing Frenchness in Medieval England », in French Global, op. cit., p. 179-192.

8 Oxford English Dictionary (online, 3rd ed., September 2009) : globe, n. ; global, adj.

9 « With the globe of (the) earth at sense 3a compare Middle French, French globe de la terre (1552) » (Ibid.).

10 Ce sens est bien attesté en latin à toutes les époques (Gaffiot, 715, globus terrae, « le globe terrestre »). Pour globe, voir GD IV, 291B globe ; TL n° 4, 376 globos ; DEAF, G855 globe ; FEW IV, 158a globus ; TLF IX, 280b globe ; DMF http://www.atilf.fr/dmf globe. Pour global, TLF et Rey donnent la date de 1864 (sans doute avant). Quant à globosité, DEAF signale l’occurrence dans un traité d’astronomie du xiiie siècle et FEW donne la date de 1353.

11 Simon Gaunt, Marco Polo’s Le Devisement du monde. Narrative Voice, Language and Diversity, Cambridge, Brewer, 2013 (sous presse). Je le remercie très chaleureusement d’avoir mis à ma disposition cette passionnante étude avant sa publication. Les références aux ouvrages de Sylvia Huot et Sharon Kinoshita sont données dans la note 1.

12 Voir notamment les projets suivants : The ‘Global’ Middle Ages à l’Université d’Oxford, (http://global.history.ox.ac.uk/?page_id=663) ; le réseau interuniversitaire anglais Defining the Global Middle Ages financé par l’AHRC, dirigé par Catherine Holmes, Naomi Standen et Scott Ashley ; The Global Middle Ages (GMAP) à l’Université du Texas, dirigé par Susan Noakes et Geraldine Heng (http://www.laits.utexas.edu/gma/portal/aboutus.html) ; The Scholarly Community for the Globalization of the « Middle Ages » (SCGMA) à l’Université du Minnesota à Minneapolis.

13 Simon Gaunt, « Can the Middle Ages Be Postcolonial ? », art. cit. Les ouvrages critiques recensés dans cet article sont les suivants : The Postcolonial Middle Ages, op. cit. ; Geraldine Heng, Empire of Magic, op. cit. ; Sylvia Huot, Postcolonial Fictions, op. cit. ; Patricia Clare Ingham et Michelle R. Warren éd., Postcolonial Moves : Medieval through Modern, Palgrave Macmillan, 2003 ; Postcolonial Approaches, op. cit. ; Medieval Boundaries, op. cit. ; Karla Mallette, The Kingdom of Sicily : A Literary History, Philadelphia, Pennsylvania University Press, 2005 ; Michael Uebel, Ecstatic Transformation : On the Uses of Alterity in the Middle Ages, New York, Palgrave, 2005 ; David Wallace, Premodern Places : Calais to Surinam, Chaucer to Aphra Benn, Oxford, Blackwell, 2004.

14 Edward W. Said, L’Orientalisme. L’Orient créé par l’Occident, trad. de l’américain par Catherine Malamoud, Paris, Seuil, 1980 (1e éd. Penguin Books, 1978).

15 Il s’agit du concept historiographique de « history from below », influencé par le marxisme.

16 Le recours à des termes tels que « subaltern » et « subaltern studies » dans les Postcolonial Studies provient des travaux du Subaltern Studies Group, qui a réuni des historiens d’Asie du Sud pour explorer le rôle politique de la population de masse, indigène, par opposition à l’élite intellectuelle et économique. Influencés par la théorie marxiste et par l’École des Annales, ces historiens ont mené dans les années 1980 des enquêtes d’un type inédit, sous le titre d’« intervention in South Asian historiography ». Les principaux représentants du mouvement sont David Arnold, Gayatri Chakravorty Spivak, Ranajit Guha, Dipesh Chakrabarty, Partha Chatterjee, etc. Les Subaltern Studies ont acquis une visibilité internationale à travers les importants essais de Gayatri Spivak, « Can the Subaltern Speak ? », in Cary Nelson et Larry Grossberg éd., Marxism and the Interpretation of Culture, Basingstoke, Macmillan, 1988, p. 271-333 (dans sa version initiale, plus courte, l’article s’intitule « Can the Subaltern Speak ? Speculations on Widow Sacrifice », Wedge 7-8 (1985), p. 120-130), et « Subaltern Studies : Deconstructing Historiography », in Subaltern Studies 4 (1985), p. 330-363 (repris dans Donna Landry et Gerald MacLean éd., The Spivak Reader, New York, Routledge, 1996, p. 203-235). La question de la transition entre Subaltern Studies et Postcolonial Studies est traitée dans Vinayak Chaturvedi éd., Mapping Subaltern Studies and the Postcolonial, London et New York, Verso, 2000. Dans l’introduction de cet ouvrage collectif, l’éditeur précise qu’à la fin des années 1980, les Subaltern Studies étaient « the most dynamic sector within the emerging discplines of postcolonial theory and cultural studies in the Anglo-American academy » (op. cit., p. vii).

17 La bibliographie est colossale. Parmi tant d’autres, on mentionnera quelques ouvrages essentiels : Frantz Fanon, Peau noire, masques blancs, Paris, Seuil, 2001 (rééd. de l’éd. de 1952) ; Vijay Mishra et Bob Hodge, « What is Post(-)Colonialism ? », in Textual Practice 5 (1991), p. 399-414 ; Kwame Anthony Appiah, In My Father’s House : Africa in the Philosophy of Culture, New York/Oxford, Oxford University, 1992 ; Stephen Greenblatt et Giles Gunn éd., Redrawing the Boundaries : The Transformation of English and American Literary Studies, New York, Modern Language Association of America, 1992 ; Sara Suleri, The Rhetoric of English India, Chicago, University of Chicago Press, 1992 ; Patrick Williams et Laura Christman éd., Colonial Discourse and Post-Colonial Theory : A Reader, Harlow, Longman, 1993 ; Homi Bhabha, Les Lieux de la culture : une théorie postcoloniale, Paris, Payot, 2007 (traduit de l’anglais, Routledge, 1994) ; Bill Ashcroft, Gareth Griffiths et Helen Tiffin éd., The Post-colonial Studies Reader, London/New York, Routledge, 1995 ; Anne McClintock, Aamir Mufti et Ella Shohat éd., Dangerous Liaisons : Gender, Nation, and Postcolonial Perspectives, Minneapolis, University of Minnesota Press, 1997 ; Dipesh Chakrabarty, Provincializing Europe : Postcolonial Thought and Historical Difference, Princeton, Princeton University Press, 2000 ; Arjun Appadurai, Après le colonialisme. Les conséquences culturelles de la globalisation, Paris, Payot, 2005 ; Pascal Blanchard et Nicolas Bancel, Culture post-coloniale, 1961-2006, Traces et mémoires coloniales en France, Paris, Autrement, 2005 ; Neil Lazarus éd., Penser le postcolonial - Une introduction critique, Paris, Amsterdam, 2006 (traduit de l’anglais, 2004) ; Jean-Loup Amselle, L’Occident décroché. Enquête sur les postcolonialismes, Paris, Stock, 2008 ; Gayatri Chakravorty Spivak, En d’autres mondes, en d’autres mots. Essais de politique culturelle, Paris, Payot, 2009 (traduit de l’anglais, 1987) ; Arjun Appadurai, Géographie de la colère. La violence à l’âge de la globalisation, Paris, Payot, 2009 ; Slavoj Zizek, Après la tragédie, la farce ! ou Comment l’histoire se répète, Paris, Flammarion, 2010 (traduit de l’anglais, 2009) ; Charles-Romain Mbélé, Essai sur le postcolonialisme en tant que code de l’inégalité, Yaoundé, Clé, 2010 ; Gayatri Chakravorty Spivak, Nationalisme et imagination, Paris, Payot, 2011 (traduit de l’anglais, 2007).

18 Homi Bhabha, « Le postcolonial et le postmoderne : la question de l’agent », in Les Lieux de la culture. Une théorie postcoloniale, Paris, Payot, 2007 (trad. de l’anglais, 1994), p. 267-302, p. 267 pour la citation. Pour la citation anglaise, voir « Postcolonial Criticism », in Redrawing the Boundaries : The Transformation of English and American Literary Studies, op. cit., repris dans « The Postcolonial and the Postmodern », dans The Location of Culture, New York, Routledge, 1994, p. 171-197, citation p. 171.

19 Dans son célèbre Les Lieux de la culture, Homi Bhabha envisage la théorie postcoloniale sous un angle psychanalytique influencé par les travaux de Derrida. Dans l’introduction, il développe avec profit les concepts de « mi-chemin » et d’« entre-deux » pour décrire la condition de sujets en situation d’hybridité culturelle (« Introduction », in Les Lieux de la culture, op. cit., p. 29-54).

20 The Post-colonial Studies Reader, op. cit., p. 2

21 Simon Gaunt, Marco Polo’s Le Devisement du monde, op. cit., p. 28.

22 Sharon Kinoshita, Medieval Boundaries, op. cit. et « Worlding Medieval French », art. cit.

23 Sur cette question, voir surtout Simon Gaunt, « Translating the Diversity of the Middle Ages: Marco Polo and John Mandeville as ‘French’ Writers », in Australian Journal of French Studies 46, p. 235-248 et Marco Polo’s Le Devisement du monde, op. cit., p. 78-112.

24 « Destabilize hegemonic identities » et « decenter Europe » (Jeffrey Jerome Cohen, « Introduction », in The Postcolonial Middle Ages, op. cit., p. 7).

25 Ananya Jahanara Kabir et Deanne Williams précisent dans leur introduction que « translation is often seen as a metaphor for postcolonial writing itself, with the literal act of translation embodying the asymetrical power relations and violence of different colonialisms » (« Introduction : A Return to Wonder », in Postcolonial Approaches, op. cit., p. 6) et renvoient à plusieurs ouvrages critiques sur ce sujet (voir la note 10, p. 19-20).

26 De telle sorte que, comme le résume joliment Bruce W. Holsinger dans son étude, le « postcolonialist medievalism » apparaît davantage comme un « medievalist postcolonialism ». Voir son bel article « Medieval Studies, Postcolonial Studies, and the Genealogies of Critique », Speculum 77 :4 (2002), p. 1195-1227.

27 Dans son compte-rendu du livre de Kathleen Biddick, The Shock of Medievalism (op. cit.), Gabrielle Spiegel juge les présupposés modernes de la théorie postcoloniale inconciliables avec l’étude de la société médiévale : « The indiscriminate melding of otherwise often incompatible theories drawn from a wide variety of available fields […] tends to evacuate the power of such theories by superimposing them on periods and persons for which they were never designated and to which they simply do not apply » (« Épater les médiévistes », History and Theory 39 (2000), p. 246). Le Moyen Âge, selon Spiegel, ne saurait être postcolonial dans la mesure où le terme, par définition, se réfère à des circonstances historiques et culturelles qui n’ont émergé qu’après la désintégration des empires constitués par les Européens à la période « postmédiévale ». Voir aussi les arguments donnés par Catherine Brown dans « In the Middle », Journal of Medieval and Early Modern Studies 30 (2000), p. 547-574.

28 Voir entre autres John M. Ganim, Medievalism and Orientalism, op. cit., p. 3 et Catherine Brown, « In the Middle », art. cit., p. 547.

29 Voir notamment les pages qu’Edward Said consacre à Dante, à propos de la présence de Saladin et de Mahomet dans la Divine Comédie (L’Orientalisme, éd. cit., p. 85-90) et l’article que Kathleen Biddick leur consacre (« Coming Out of Exile : Dante on the Orient Express », in The Postcolonial Middle Ages, op. cit., p. 35-52). On notera en revanche que le Moyen Âge n’occupe aucune place dans le Post-colonial Studies Reader qui, en tant qu’anthologie, déclare embrasser le panorama le plus large possible pour illustrer « the great scope, the rich heterogeneity and vast energy of the field of post-colonial studies » (op. cit., p. xvi).

30 Voir notamment Homi Bhabha, « DissémiNation. Temps, récit et les marges de la nation moderne », in Les Lieux de la culture, op. cit., p. 223-266 (« DissemiNation : Time, Narrative and the Margins of the Modern Nation », in The Location of Culture, op. cit., p. 139-170).

31 Carolyn Dinshaw, Getting Medieval : Sexualities and Communities, Pre- and Postmodern, Durham, Duke University Press, 1999, p. 16.

32 La plupart des théoriciens postcoloniaux considèrent que le point de départ est marqué par le « choc épistémologique » provoqué par la « découverte » de l’Amérique par Christophe Colomb, à l’origine des Grandes Découvertes et des institutions coloniales. Cette périodisation, largement acceptée mais presque toujours implicite, fait l’objet d’une réflexion sous la plume de Stuart Hall, qui considère que le colonialisme inaugure une ère nouvelle à partir des dernières décennies du xve siècle (« When was ‘the Post-colonial’ ? Thinking at the Limit » in Iain Chambers et Lidia Curtis éd., The Post-colonial Question : Common Skies, Divided Horizons, London, Routledge, 1996, p. 242-260).

33 Surtout si on considère, comme l’a fait Bruce Holsinger, la généalogie de ce courant théorique inspiré notamment par les travaux de l’École des Annales (« Medieval Studies, Postcolonial Studies », art. cit.).

34 Voir le compte-rendu qu’en donne Bruce Holsinger (Ibid., p. 1197-1200). Son article suggère que l’intérêt relativement tardif des médiévistes pour les Postcolonial Studies les a persuadés, quoique à tort, du statut illégitime et largement secondaire de leur approche.

35 The Postcolonial Middle Ages, op. cit.

36 Barbara Fuchs et David J. Baker, « The Postcolonial Past », Modern Language Quarterly 65 :3 (2004), p. 329-340 (citation p. 340).

37 Voir Kathleen Biddick, « Coming Out of Exile », art. cit. et Michelle R. Warren, Creole Medievalism, op. cit.

38 John Dagenais et Margaret R. Greer éd., Journal of Medieval and Early Modern Studies, Special Issue « Decolonizing the Middle Ages » 30 :3 (2000) et Postcolonial Approaches, op. cit.

39 Catherine Brown, « In the Middle », art. cit., p. 550.

40 John Dagenais et Margaret R. Greer, « Decolonizing the Middle Ages : Introduction », in « Decolonizing the Middle Ages », op. cit., p. 437.

41 Sur le futur possible du Postcolonial Medievalism, je renvoie aux propositions de Simon Gaunt dans « Can the Middle Ages Be Postcolonial ? », art. cit., p. 172-175 et de Bruce Holsinger dans « Medieval Studies, Postcolonial Studies », art. cit.

42 Je pense en particulier aux Actes du colloque de Tours Voyager à la Renaissance, sous la direction de Jean Céard et Jean-Claude Margolin, Paris, Maisonneuve et Larose, 1987 ; à l’édition de la Cosmographie du Levant d’André Thevet par Frank Lestringant, Genève, Droz, 1985 et à ses travaux sur le Nouveau Monde (Le Huguenot et le sauvage, Paris, Aux Amateurs de livres, 1990 (rééd. Droz, 1994), L’Expérience huguenote au Nouveau Monde, Genève, Droz, 1996 et Une Sainte Horreur ou le voyage en Eucharistie (xvie-xviiie siècle), Paris, Presses Universitaires de France, 1996) ; ou encore à l’édition des Relations de Jacques Cartier par Michel Bideaux (Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 1986).

43 Marie-Christine Gomez-Géraud, Le Crépuscule du grand voyage : les récits de pèlerins à Jérusalem (1458-1612), Paris, Champion, 1999 ; Frédéric Tinguely, L’Écriture du Levant à la Renaissance : enquête sur les voyageurs français dans l’Empire de Soliman le Magnifique, Genève, Droz, 2000 ; Claude Reichler, « Littérature et anthropologie. De la représentation à l’interaction dans une ‘Relation jésuite de la Nouvelle France’ au xviie siècle », L’Homme 164 (2002), p. 37-55 ; et Grégoire Holtz, L’Ombre de l’auteur : Pierre Bergeron et l’écriture du voyage à la fin de la Renaissance, Genève, Droz, 2011. Voir aussi le compte-rendu critique de ces ouvrages que donne Frédéric Tinguely dans « État présent : Écritures du voyage à la Renaissance », French Studies LXIV :3 (2010), p. 329-335. Je renvoie au même article pour un parcours historiographique détaillé de ce courant dont j’ai essayé ici de rappeler les plus grandes lignes.

44 Voir la note 19.

45 Frédéric Tinguely, « État présent », art. cit., p. 334-5.

46 Voir par exemple le présupposé de l’article, pour le reste captivant, de Frédéric Tinguely sur « Le Monde multipolaire des missionnaires jésuites », in Frédéric Tinguely éd., La Renaissance décentrée. Actes du Colloque de Genève (28-29 septembre 2006), Genève, Droz, 2008, p. 61-72, pour lequel « l’interculturalité prémoderne dans sa dimension globale » débute au xvie siècle (p. 62 pour la citation).

47 « Columbus can be credited with the discovery not only of America, but also of the Cannibal » (Frank Lestringant, Cannibals : The Discovery and Representation of the Cannibal from Columbus to Jules Verne, Berkeley et Los Angeles, University of California Press, 1997, p. 15). Voir le commentaire de Simon Gaunt, qui cite avant moi ce passage (Marco Polo’s Le Devisement du monde, op. cit., p. 164).

48 On possède deux éditions modernes de ce texte annoté, par Luigi Giovannini, Il Milione, con le postille di Cristoforo Colombo, Roma, Edizione Paoline, 1985 et Juan Gil, El libro de Marco Polo, anotado por Cristobal Colón. Versión de Rodrigo de Santaella, Madrid, Alianza, 1987. Sur Colomb et le Devisement du monde, voir Simon Gaunt, Marco Polo’s Le Devisement du monde, op. cit., p. 1, 38, 164-169.

49 « L’existence d’un peuple semblable avait été signalée par Mandeville, mais ses récits avaient été tenus pour des fables pendant de longues années et cependant, depuis la découverte des Indes orientales, nous avons constaté que bien des faits incroyables qu’il avait rapportés s’étaient révélés vrais. » (Walter Raleigh, El Dorado, trad. J. Chabert, Paris, Unesco, 1993, p. 163). On notera en outre que la gravure qui représente les Acéphales ou Ewipanema dans l’édition Hulsius (1603) de The Discovery of the Large, Rich, and Beautiful Empire of Guiana (reproduite dans l’édition de 1993, p. 162) ressemble sensiblement à la représentation iconographique des Blemmyes de Mandeville dans le beau manuscrit de Paris, Bibliothèque nationale de France, fr. 2810, f° 194v. Sur Jean de Mandeville, sa poétique du décentrement dans le Livre des merveilles et son influence sur la littérature de voyage à la Renaissance, voir mon article « Le Texte pour tout voyage : la construction de l’altérité dans le Livre de Jean de Mandeville », in Alain Corbellari, Yan Greub et Marion Uhlig éd., ‘Philologia ancilla litteraturae’. Mélanges de philologie et de littérature française du Moyen Âge offerts au Professeur Gilles Eckard par ses collègues et anciens élèves, Genève, Droz, 2013, p. 265-286.

50 La comparaison du Perceforest avec un épisode du récit de Francis Fletcher, chapelain et historiographe de Sir Francis Drake, où les Anglais rencontrent le Miwok sur la côte pacifique de l’Amérique du Nord en 1579 conduit Sylvia Huot au constat suivant : « European expectations about ‘first encounters’ with ‘savages’ were shaped by a long tradition of literary depictions, of which Perceforest is a particularly detailed instance » (Sylvia Huot, Postcolonial Fictions, op. cit., p. 43).

51 Geraldine Heng propose une relecture plutôt audacieuse, et à certains égards contestable, de cet épisode de la première croisade à la lumière de la théorie postcoloniale. Elle suggère ainsi que l’angoisse suscitée par les atrocités anthropophages des Francs aurait donné naissance au roman au xiie siècle. Tu, étouffé par les chroniques, l’indicible traumatisme aurait trouvé dans l’invention du roman, notamment arthurien, un champ d’expression libérateur, et par conséquent fondé la littérature moderne (Geraldine Heng, Empire of Magic, op. cit., p. 25-26). Mon approche du même épisode dans la Chanson d’Antioche tend à démontrer que les phénomènes de décentrement du regard, voire d’inversion, sont courants et largement exploités dans les fictions médiévales qui mettent en scène des rencontres interculturelles. Ces phénomènes ne témoignent donc pas tant de procédés référentiels (qu’on a tendance à associer à la Renaissance et au Nouveau Monde) que littéraires et fictionnels (« Chrétiens mangeurs d’hommes et urbanité païenne dans la Chanson d’Antioche : l’excitatorium en question », Romania, à paraître). Je renvoie par ailleurs au même article pour une bibliographie récente, mais non exhaustive sur cet épisode historique loin d’être méconnu des critiques littéraires et des historiens.

52 Voir la note 12 pour les références aux différents projets de recherche sur la « globalisation ». Sans concerner directement les études médiévales, des ouvrages très récents adoptent une posture critique vis-à-vis des études postcoloniales. Dans leur démonstration, le concept de « globalisation » apparaît tantôt comme le prolongement tout aussi problématique de la théorie postcoloniale, tantôt comme une solution avantageuse aux problèmes théoriques posés par celle-ci. Voir par exemple Amar Acheraïou, Questioning Hybridity, Postcolonialism and Globalization, Basingstoke, Houndmills/New York, Palgrave Macmillan, 2011 et Micéala Symington, Joanny Moulin et Jean Bessière éd., Actualité et inactualité de la notion de « postcolonial », Paris, Champion, 2013.

53 Voir l’introduction de French Global par Susan Rubin Suleiman et Christie McDonald (art. cit.) et l’article de Parag Khanna, « Visions of Europe in 2030 : A Postmodern Middle Ages », Spiegel Online International, http://www.spiegel.de/international/europe/visions-of-europe-in-2030-a-postmodern-middle-ages-a-637830.html, consulté le 30 mai 2013.

54 Le manifeste « Pour une ‘littérature-monde’ en français », signé d’une quarantaine d’écrivains dont Tahar Ben Jelloun, Maryse Condé, Édouard Glissant, Nancy Huston, Amin Maalouf, J.M.G. Le Clézio, Érik Orsenna, etc., a été publié par Le Monde le 15 mars 2007. L’ouvrage collectif Pour une littérature-monde, dirigé par Michel Le Bris, Jean Rouaud et Eva Almassy, est paru au mois de mai 2007 chez Gallimard.

55 C’est l’article d’Alain Mabanckou, « La Francophonie, oui… Le ghetto, non ! », publié dans Le Monde le 19 mars 2006, qui est à l’origine de ce mouvement qui dénonce le centralisme de la littérature française et la marginalisation des autres espaces d’expression française. Il est repris en version augmentée dans le volume collectif Pour une littérature-monde (op. cit.).

56 The kinds of transcultural, transhistorical, and transconfessional transactions I have tried to map here are precisely those bound to remain invisibile to the normalizing centripetal vision implied in a world republic of letters. Rather, the transgressive energy required to shuttle between languages and epochs, center and periphery, the global and the local, calls forth alternate ways of worlding the Francophone Middle Ages – ways we have only begun to explore. […] But the new spatialities and temporalities it traces remind us that medieval French literature was, from the beginning, a ‘littérature-monde en français’(« Worlding Medieval French », art. cit., p. 19).

57 C’est l’approche qu’Alain Viala désigne comme « endogène », par opposition au recours « exogène » à la théorie contemporaine (voir par exemple La France galante. Essai historique sur une catégorie culturelle, de ses origines jusqu’à la Révolution, Paris, Presses universitaires de France, 2008).

58 Voir les propositions qui concluent l’article de Simon Gaunt, « Can the Middle Ages Be Postcolonial ? », art. cit., p. 172-175.

59 Plutôt que dans des éditions qui risquent, surtout si elles sont anciennes, de répercuter les critères nationalistes qui prédominent souvent dans l’histoire littéraire.

60 Simon Gaunt constate lui aussi l’absence presque totale de référence à la théorie postcoloniale de la part de la critique italienne sur Marco Polo et Jean de Mandeville (« Can the Middle Ages Be Postcolonial ? », art. cit., p. 173).

61 C’est ce que Yasmina Foehr-Janssens et moi-même avons tenté de faire sans référence à la théorie postcoloniale dans notre D’Orient en Occident. Les recueils de fables enchâssées avant les Mille et Une Nuits de Galland (Barlaam et Josaphat, Calila et Dimna, Disciplina Clericalis, Roman des Sept Sages), à paraître en août 2013 chez Brepols. Les contributions réunies dans cet ouvrage collectif témoignent de l’extraordinaire diffusion que ces quatre œuvres ont connue en Orient et en Occident et de la façon dont elles ont diffusé les traditions narratives, idéologiques et religieuses du Levant dans l’Europe médiévale et pré-moderne.

62 Dans son ouvrage Before European Hegemony : The World System 1250-1350 (Oxford University Press, 1991), Janet Abu-Lughod développe une hypothèse similaire concernant l’évolution de l’économie globale. Elle montre en effet que l’économie du monde moderne trouve son origine non au xvie siècle comme on l’avait pensé, mais au xiiie. Son propos souligne en particulier les différences entre l’économie pratiquée entre 1250 et 1350, caractérisée par une intense circulation entre l’Europe et l’Asie, et le système européen constitué à partir de celle-ci à l’époque moderne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marion Uhlig, « Quand « Postcolonial » et « Global » riment avec « Médiéval » : sur quelques approches théoriques anglo-saxonnes », Perspectives médiévales [En ligne], 35 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://peme.revues.org/4400 ; DOI : 10.4000/peme.4400

Haut de page

Auteur

Marion Uhlig

Université de Paris-IV Sorbonne – boursière FNS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page