Navigation – Plan du site
État de la recherche
Comptes rendus
Ouvrages collectifs

« De part et d’autres des Alpes » (II). Chancelleries et chanceliers des princes à la fin du Moyen Âge

Chambéry, Université de Savoie, 2011
Sylvie Bazin-Tacchella
Référence(s) :

« De part et d’autres des Alpes » (II). Chancelleries et chanceliers des princes à la fin du Moyen Âge, Actes de la table ronde de Chambéry, 5 et 6 octobre 2006, éd. Guido Castelnuovo et Olivier Mattéoni, Chambéry, Université de Savoie, 2011, 292 p.

Entrées d’index

Parole chiave :

cancelleria, ars dictaminis

Œuvres, personnages et lieux littéraires :

Dictamina, Eloquium super Arengis
Haut de page

Texte intégral

1Après la publication en 2006 des actes d’une première table ronde consacrée aux châtelains des princes, dont le rôle avait été essentiel dans la territorialisation du pouvoir princier sur les deux versants alpins, ce second volume regroupe sous le même titre, « De part et d’autre des Alpes », les actes d’une nouvelle table ronde centrée sur les acteurs centraux du processus de « mise en forme scripturaire et diplomatique du pouvoir princier ». Depuis plusieurs décennies, la connaissance du monde complexe de la chancellerie a été renouvelée grâce à des travaux pluridisciplinaires et à de nouvelles réflexions sur l’écriture de chancellerie et les langages politiques, sur lesquels l’introduction de Guido Castelnuovo et Olivier Mattéoni offre une précise mise au point bibliographique (v. les notes 2 et 3, p. 8-9). La contribution de Bernard Andenmatten, « Les chancelleries de Suisse romande entre tradition ecclésiastique et affirmation princière (xiiie-xve siècles) » (p. 13-38) s’intéresse à l’évolution des chancelleries en Suisse romande, une terre d’Empire d’expression romane, essentiellement dans sa partie méridionale. Après un premier palier au xiie siècle, la croissance de la production écrite documentaire connaît un second palier à partir du xiiie siècle, caractérisé non seulement par une croissance exponentielle des documents, mais également par le dynamisme des institutions qui les produisent, essentiellement ecclésiastiques, mais aussi la Maison de Savoie, particulièrement intéressée à fixer par l’écrit sa supériorité territoriale sur la noblesse locale dans des chartes d’inféodation et d’hommage – en utilisant les services de notaires publics qui lui sont liés. Une fracture linguistique traverse d’est en ouest les sources produites : la suisse romande méridionale, rhodanienne et lémanique reste attachée à l’emploi du latin, à la différence de la Suisse romande septentrionale qui adopte au cours du xive siècle la langue vernaculaire. Cela correspondrait à la répartition linguistique de la région, le nord appartenant à la zone de la langue d’oïl, tandis que les autres dialectes romands relèvent du franco-provençal, mais cela ne rend pas compte de l’expansion du français sur la zone franco-provençale. L’autre explication, de nature juridique, fondée sur l’opposition entre zone coutumière et zone de droit écrit, n’est pas pertinence pour la Suisse romande, presque entièrement coutumière. Mais on peut penser que le poids des institutions ecclésiastiques, ainsi que l’influence du pouvoir savoyard, dont la tradition latinisante est connue, expliquent le maintien durable du latin dans la Suisse romande méridionale. L’influence française s’y décèle également, notamment grâce au cartulaire que Louis II de Savoie-Vaud fit compiler entre 1339 et 1345. L’émergence des fonctions de secrétaire et de chancelier semble moins liée à la croissance documentaire – longtemps assurée par des clercs anonymes ou par des notaires publics ou jurés – qu’à l’imitation de modèles prestigieux.

2Plusieurs contributions s’attachent à l’histoire des chancelleries italiennes : dans « La cancelleria dei Visconti e degli Sforza signori di Milano » (p. 39-52), Franca Leverotti évoque la chancellerie secrète des Sforza à Milan et Gian Maria Varanini, dans « La documentazione delle signorie cittadine italiane tra Duecento e trecento e l’Eloquium super Arengis del notaio veronese Ivano di Bonafine de Berinzo » (p. 53-76) évoque la construction d’une tradition administrative à Vérone. La contribution d’Isabella Lazzarini, « Pratiques d’écriture et typologies textuelles : lettres et registres de chancellerie à Mantoue aux xive et xve siècles » (p. 77-110), s’intéresse à la transformation d’un type d’écrits produits par la chancellerie des Gonzague, des lettres, conservées à toutes les étapes de leur rédaction, dans une période de construction de la principauté. L’examen des minute et des copialettere fait apparaître la spécialisation et la rationalisation des écrits au sein de la chancellerie.

3Dans la contribution suivante, « L’influence des modèles italiens du xiiie siècle sur le style de la chancellerie royale et des chancelleries princières françaises aux xive et xve siècles » (p. 111-136), Benoît Grevin montre que la majorité des modèles d’appoint pour les notaires des chancelleries françaises se trouvent dans les grands recueils de dictamina italiens du xiiie siècle, collections de lettres représentatives du style d’une chancellerie, avec un classement partiellement thématique et un style caractéristique, « point d’équilibre de l’ars dictaminis médiévale, outil d’expression du pouvoir et de la pensée » (p. 115), qui avaient en outre l’avantage de transmettre la phraséologie caractéristique de l’Empire et de la Papauté. L’étude d’un corpus de réutilisations des dictamina dans les préambules latins de la chancellerie royale permet de dégager plusieurs types d’emprunt : littéral pour des catégories de lettres voisines, thématique pour des considérations pouvant être insérées dans des lettres de contenu différent, ou plus complexe lorsqu’il y a emprunt couplé à plusieurs lettres, voire à plusieurs sommes. Loin d’être liées à l’urgence ou au manque d’imagination des notaires, ces réutilisations doivent être mises en rapport avec le retour au latin imposé à la chancellerie française au début du règne de Jean II le Bon. Ni copie d’un modèle préexistant, ni acte original, le travail du notaire est une recomposition à partir d’un ou de plusieurs modèles, facilitée par l’existence de manuscrits de travail regroupant deux, ou trois, de ces sommes. Cependant, cette mode disparaît sous le règne de Charles VI ; le changement linguistique, la spécialisation des langues et la standardisation des actes en latin ont certainement joué.

4Deux contributions sont ensuite consacrées plus spécifiquement à l’organisation de chancelleries princières, celles d’Olivier Mattéoni, « Écriture et pouvoir princier. La chancellerie du duc Louis II de Bourbon » (p. 137-178) et celles de Michael Jones, « Archives, chancellerie et historiographie dans le duché de Bretagne vers 1400 » (p. 179-195).

5Les trois dernières contributions présentent des profils de chanceliers ou de notaires, celles de Bertrand Schnerb, « Jean Canard, chancelier de Philippe le Hardi, duc de Bourgogne » (p. 197-213), de Guido Castelnuovo, « Girard d’Estrées, chancelier des comtes de Savoie, 1362-1391 » (p. 215-230) et d’Olivier Canteaut, « Du notaire au clerc du secret : le personnel de la chancellerie des derniers Capétiens directs dans les rouages du pouvoir » (p. 231-285). Une éclairante synthèse d’Olivier Guyotjannin conclut un volume très riche et documenté.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Bazin-Tacchella, « « De part et d’autres des Alpes » (II). Chancelleries et chanceliers des princes à la fin du Moyen Âge », Perspectives médiévales [En ligne], 35 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://peme.revues.org/6535

Haut de page

Auteur

Sylvie Bazin-Tacchella

Professeur de langue médiévale – université de Lorraine

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page