Navigation – Plan du site
État de la recherche
Comptes rendus
Ouvrages collectifs

Lire, choisir, écrire: la vulgarisation des savoirs du Moyen Âge à la Renaissance

Paris, École des Chartes, 2014
Maria Colombo Timelli
Référence(s) :

Lire, choisir, écrire: la vulgarisation des savoirs du Moyen Âge à la Renaissance, sous la direction de Violaine Giacomotto-Charra et Christine Silvi, Paris, École des Chartes, 2014, 276 p.

Texte intégral

1La question posée en introduction de ce beau recueil d’articles – « Peut-on tracer les frontières de la vulgarisation ? » (p. 5-22) – est loin d’être rhétorique : dans des pages éclairantes, Violaine Giacomotto-Charra donne la mesure de la complexité d’un terme qui, dans la période envisagée, couvre plusieurs concepts et pratiques : « vulgarisation » indique tour à tour le passage d’une langue à une autre, avec emploi massif et fréquent de la néologie, la diffusion d’un savoir rendu plus accessible à un public élargi, bien que toujours très minoritaire, de lecteurs, l’adaptation linguistique et conceptuelle opérée. Si ce passage implique nécessairement une réécriture, c’est en dernière analyse le lecteur qui détermine le processus tout entier.

2À partir d’un corpus très large allant d’Aristote à Buffon en passant par les naturalistes latins, médiévaux et renaissants, Christine Silvi analyse l’histoire de quatre oiseaux étroitement rattachés d’après leurs dénominations au monde grec : le merle blanc de Cylline, la caille d’Ortygie, les oiseaux de Diomède, les oiseaux de Stymphale. En parcourant les nombreuses notices qui leur sont consacrées, elle parvient à deux conclusions : d’un côté, le caractère nécessairement novateur de chaque réécriture en vue d’une nouvelle divulgation du savoir, de l’autre l’impact de la terminologie sur le contenu transmis (« La revendication de la grécité dans quelques monographies d’oiseaux d’Aristote à Buffon », p. 23-47).

3Immense compilation occitane de la fin du xiiie siècle, le Breviari d’amor se compose d’une partie plus proprement encyclopédique (27000 vers) et d’une sorte d’anthologie lyrique des troubadours (8000 vers) ; Valérie Fasseur montre bien le caractère composite d’un ouvrage qui mêle l’héritage scientifique à une glose sur la Genèse où l’empreinte augustinienne est aussi vaste que profonde, et qui associe savoir sur le monde, savoir théologique et savoir sur l’amour. Si la question de l’hérésie demeure au cœur des préoccupations de l’auteur, le choix d’utiliser la langue vernaculaire correspond à sa volonté d’offrir à un public de laïcs « un abrégé de tous les savoirs possibles, mis au service du savoir doctrinal » (p. 69) (« L’enseignement de saint Augustin contre les Manichéens dans le Breviari d’amor de Matfre Ermengaud », p. 49-69).

4Denis Hüe esquisse une présentation générale du contenu du Calendrier et compost des bergers, ouvrage des plus composites qui, en dépit d’un succès éditorial ininterrompu de 1491 à la fin du xviiie siècle, demeure très peu étudié. Il s’agit en fait d’une sorte d’encyclopédie pratique qui réunit – sous l’autorité du « berger », figure humble mais hautement symbolique – un savoir très diversifié. Au-delà de très nombreuses modifications d’une édition à l’autre, un noyau stable peut être reconnu, qui prétend offrir, outre les indications calendaires, la connaissance du macrocosme (ciel, planètes, étoiles) et du microcosme qu’est l’homme (santé, hygiène, caractère, et encore prières et dévotion) ; certaines éditions incluent encore des portions du Bon berger de Jean de Brie voire des vers de Villon et de Martial d’Auvergne (« Le Calendrier et compost des bergers, un vade-mecum populaire », p. 71-96).

5La contribution de Jean Balsamo (« Traduction de l’italien et transmission des savoirs : le débat des années 1575 », p. 97-107) souligne les spécificités de la traduction de textes scientifiques et philosophiques de l’italien en français, en s’attachant en particulier aux déclarations liminaires des traducteurs eux-mêmes. Il met ainsi en relief les difficultés que ceux-ci relèvent : problèmes de méthode et de style, pauvreté de la langue française, de son lexique surtout. La préface de Nicolas De Livre à sa traduction du Del Terremoto de Lucio Maggio (1575) permet de mesurer le sentiment d’un traducteur confronté à ces obstacles et conscient du processus d’adaptation indispensable pour diffuser le nouveau texte dans une langue, une culture, une histoire « autres ».

6Hélène Cazès propose un portrait approfondi de Charles Estienne, « passeur de textes », double intermédiaire en tant que traducteur et éditeur. Les titres et les textes liminaires de sa riche production révèlent en effet l’idéal tout humaniste d’un savoir universel à partager, pari éditorial autant que culturel qui se décline dans les déclarations réitérées de familiarité avec les lecteurs, de facilité d’accès, de brièveté, de modernité et bien sûr de dialogue et de plaisir d’une découverte à poursuivre. Aux yeux de H.C. la faillite commerciale du frère de Robert Estienne représente « le pari perdu d’un essai éditorial », un échec survenu « faute de public » (« Charles Estienne : fortunes et faillites d’une entreprise de vulgarisation », p. 109-131).

7Mieux connu peut-être comme poète et auteur de théâtre, Jacques Grévin fut surtout médecin et traducteur de traités d’anatomie. Jacqueline Vons analyse en particulier la nomenclature que Grévin créa dans sa traduction de l’Anatomes totius aere insculpta delineatio de Vésale (1569) et les observations sur ce sujet qu’il inséra dans ses préfaces et dédicaces. Face à l’« anarchie » dans le lexique latin même (p. 139), Grévin s’efforça d’établir une terminologie cohérente en revendiquant par là un nouveau statut pour la langue française dans les domaines scientifiques, ainsi qu’une conception renouvelée du travail du traducteur et de son entreprise de divulgation du savoir auprès d’un nouveau public, en l’occurrence « un public cultivé, mais n’appartenant pas au monde médical » (p. 144). En annexe, quelques termes à propos desquels Grévin explique ses choix (« Jacques Grévin (1538-1570) et la nomenclature anatomique française », p. 133-147).

8Philippe Selosse examine l’entreprise de vulgarisation réalisée par Pierre Belon dans le domaine de l’histoire naturelle. Les motivations sur lesquelles repose son emploi du français répondent à des enjeux politiques (idée de nation et d’autorité royale), scientifiques (primat de l’observation et de l’expérience sur un savoir livresque transmis surtout en latin), ainsi que linguistiques (amélioration et enrichissement de la langue vulgaire) et philosophiques (libre imposition des noms aux choses). Dans un tel cadre, « vulgariser » implique en même temps diffusion des connaissances et prise en compte du savoir vulgaire (« Le ‘plasne’, la ‘salmandre’, le ‘daulphin’ et le ‘mauvis’ : la vulgarisation des savoirs dans les traités d’histoire naturelle de Pierre Belon », p. 149-164).

9Marie-Luce Demonet analyse un corpus de traités philosophiques choisis sur la base de quelques critères objectifs : langue (le choix du français ne garantit pas une simplification du contenu), brièveté (l’étendue relative d’un ouvrage n’implique pas automatiquement un souci de vulgarisation), rapport aux genres du dialogue et du « discours » (en quelque sorte modes privilégiés de la divulgation du savoir à la Renaissance), adresse aux dames (critère qui semble constituer un indicateur fondamental du désir de vulgariser). Le vocabulaire étudié, relatif aux facultés psychiques de l’homme, concerne des enjeux à la fois scientifiques, philosophiques et religieux (« Un exemple de vulgarisation scientifique : les facultés de l’âme à la portée de tous (et de toutes) », p. 165-183).

10C’est à la partie du Discours de la momie, de la licorne, des venins et de la peste (1582) d’Ambroise Paré centrée sur la licorne que Myriam Marrache-Gouraud consacre ses pages : il s’agit de montrer les lectures, les choix et l’écriture adoptés par le célèbre médecin du xvie siècle afin de démontrer que l’existence de l’animal, et par conséquent les vertus thérapeutiques que l’on prête à sa corne, ne sont qu’un leurre. Si les images et les descriptions évoquées s’avèrent contradictoires et suscitent les commentaires ironiques de l’auteur, si les textes cités révèlent la tromperie, le choix de la dénoncer exige que Paré s’appuie sur des autorités : André Thevet en premier lieu, mais aussi grands médecins de l’Antiquité et du monde contemporain étayent un discours de vulgarisation qui se veut dénonciation, acte de « hardiesse » mais aussi de « bonne volonté » (les mots sont de Paré lui-même) visant à offrir au lecteur les moyens de juger et de réfléchir (« Affronter et ravir la licorne des autres. Le chemin d’Ambroise Paré parmi les autorités », p. 185-197).

11Christine Pigné réfléchit sur les Diverses leçons de Pierre Messie de Claude Gruger (1552), traduction de la Silva de varia lección de Pedro Mexía (1540), pour vérifier dans quelle mesure une section particulière, consacrée au sommeil, peut assumer dans la version française les caractères d’une vulgarisation du savoir. Les sources antiques – vulgate aristotélicienne et commentaires – subissent des coupures dans le sens d’une conception moins physiologique et plus poétique voire chrétienne du sommeil ; surtout, l’auteur castillan et son traducteur visent à séparer très nettement le sommeil du songe, en évacuant systématiquement celui-ci de leur présentation : aux yeux de C.P. le but de la Silva, et donc des Diverses leçons, est une « vulgarisation des conceptions aristotéliciennes du sommeil [qui] n’a rien d’objectif », se donnant à lire « comme une condamnation de cet état trop proche de la matière et du péché » (p. 216) (« Le sommeil vu par Pierre Messie », p. 185-216).

12Reflet peut-être d’un intérêt faible à l’égard des récentes découvertes géographiques, dans l’Italie du xvie siècle les réflexions et définitions de « barbare » demeurent pour la plupart tributaires de la tradition classique. Susanna Gambino-Longo aborde quelques textes représentatifs de ce climat : les passages consacrés à l’Écosse dans les Commentarii d’Æneas Silvius Piccolomini, ou ceux qui décrivent les îles Shetlands et la Norvège dans la Descriptio de Paul Jove ; d’autres ouvrages – cosmographies universelles et compilations érudites – font encore plus de place à l’imaginaire traditionnel, quel que soit le peuple en question, surtout pour ce qui concerne les observations ethnographiques. Dans l’ensemble, la « barbarie » demeure un espace qu’il s’agit toujours de civiliser et de christianiser (« Imaginaire et connaissance des nations barbares en Italie au xvie siècle », p. 217-232).

13Rosanna Gorris-Camos lit en parallèle les poèmes de Guy Le Fèvre de la Boderie, poète kabbaliste chrétien, et de Peletier du Mans, célèbre mathématicien ; son analyse permet de mettre en relief consonances et divergences dans les vers que les deux poètes consacrent à l’eau et aux montagnes, aux astres et aux plantes : ceux-ci révèlent souvent tant l’émerveillement de l’homme de la Renaissance que ses inquiétudes face à la perte de crédit du savoir des Anciens (« Écrire la terre, écrire le ciel : Guy Le Fèvre de la Boderie et Peletier du Mans, poètes de la terre et du ciel », p. 233-267).

14L’ensemble de ces contributions permet de mesurer l’étendue de cette entreprise de divulgation des savoirs qui marqua l’Europe entière pendant les derniers siècles du Moyen Âge et la Renaissance ; tous les domaines, toutes les branches de la « science », sont alors concernés, dans une vision optimiste qui autorise, voire impose d’avoir recours à toutes les langues, langues vernaculaires et/ou latin, afin d’atteindre le but fondamental : améliorer les conditions et la vie des hommes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maria Colombo Timelli, « Lire, choisir, écrire: la vulgarisation des savoirs du Moyen Âge à la Renaissance », Perspectives médiévales [En ligne], 36 | 2015, mis en ligne le 07 janvier 2015, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://peme.revues.org/7729

Haut de page

Auteur

Maria Colombo Timelli

Professoressa di lingua francese e di letteratura francese medievale - Università degli Studi di Milano

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page