Navigation – Plan du site
État de la recherche
Comptes rendus
Ouvrages collectifs

La Cohabitation religieuse dans les villes européennes, xe-xve siècles

Carine Giovénal
Référence(s) :

La Cohabitation religieuse dans les villes européennes, xe-xve siècles, edited by Sphéna Boisselier et John Tolan, « Religion and Law in Medieval Christian and Muslim Societies » 3, Brepols, Turnhout, 2014, 326 p.

Texte intégral

1Ce recueil de quinze articles propose une vision à la fois large et précise des relations entre communautés ethnico-religieuses dans le cadre urbain médiéval du pourtour méditerranéen. Sont abordés les rapports, souvent complexes, entre chrétiens, musulmans et juifs, du Portugal au sultanat mamelouk et du nord de la France à l’Égypte ; si la religion juive, par sa nature apatride, se trouve toujours en minorité et soumise à un pouvoir chrétien ou musulman, on voit aussi mis en parallèle des contextes urbains où le pouvoir dominant peut être chrétien ou musulman, avec les avantages et inconvénients que cela entraîne pour les minorités religieuses cohabitant, temporairement ou de façon pérenne, dans l’espace à la fois cosmopolite et clos sur ses propres valeurs que peut être la ville médiévale.

2Le chapitre I étudie « le cadre légal des minorités religieuses dans les villes médiévales ». Alejandro García-Sanjuán et Tahar Mansouri se penchent sur les relations quotidiennes entre musulmans et dhimmis, habitants non-musulmans des terres conquises par l’Islam qui ont choisi de garder leur confession juive ou chrétienne tout en se soumettant à l’état musulman, la dhimma apparaissant comme un contrat qui leur assure, en échange d’un certain nombre de devoirs et d’interdictions urbains, sociaux et religieux, la résidence parmi les musulmans qui assurent leur protection. Diego Quaglioni revient sur l’affaire du Trento, un procès anti-juifs mené en 1475 et à l’origine du culte anti-judaïque du « bienheureux » Simonino, enfant supposé enlevé et tué par des juifs allemands pour consommer son sang lors de la Pâque juive – procès qui marqua la fixation des stéréotypes anti-juifs tels les soi-disant meurtres rituels anti-chrétiens. Enfin Farid Bouchiba propose une synthèse sur les pratiques alimentaires à Cordoue aux xie et xiie s.

3Le chapitre II, « la géographie religieuse des villes médiévales », s’articule autour de deux intéressants contrepoints. D’abord, une étude de Dominique Valérian sur les marchands musulmans dans les ports chrétiens du Moyen Âge : selon le juriste al-Māzarī, « les Musulmans ne pouvaient se rendre dans un pays soumis à la loi de l’Infidèle, quelle que soit l’urgence de leurs besoins » (p. 115). Bien qu’existantes, les relations commerciales entre chrétiens et musulmans sont entravées par la crainte d’enrichir les tenants d’une foi ennemie. En miroir, Pierre Mourkazel fait le point sur la présence des harbi, marchands chrétiens dans le sultanat mamelouk du xiiie au xvie s. Viennent ensuite deux autres exemples de cohabitation, tous deux basés sur des localisations précises : la Crète vénitienne au xve s. et le royaume d’Aragon au xive s. La vision du pouvoir vénitien en Crète est celle d’une société hétérogène et harmonieuse où les différentes identités peuvent vivre ensemble, dans des espaces délimités, sous le contrôle de ce même pouvoir ; ce système des ghettos « volontaires » permet aux juifs et chrétiens de vivre séparément mais sans être éradiqués, tout en étant mieux protégés par le pouvoir en place. Brian A. Catlos compare quant à lui la liberté religieuse urbaine des minorités à celle d’un environnement plus rural : dans les campagnes d’Aragon du début du xivs, les minorités homogènes peuvent prospérer sous la houlette de l’intérêt et de la sympathie du seigneur local.

4La promiscuité urbaine et ses implications pour le droit religieux constituent l’étude du chapitre III. Les coutumes et lois chrétiennes sont mises face aux traditions juives par Elisheva Baumgarten qui étudie la réception d’un calendrier hébreu dans le nord de la France chrétienne au xiiie s, puis face aux musulmans portugais par Maria Filonema Lopes de Barros. Au royaume chrétien portugais, les communes musulmanes sont dirigées par l’autorité de l’alcaide, jusqu’à leur conversion forcée au christianisme dans les dernières années du xve siècle. On soulignera enfin le très intéressant article d’Olivia Remie Constable, « From Hygiene to Heresy » sur la perception de la représentation de la femme au bain dans l’Espagne médiévale et renaissante : selon une légende, c’est à cause d’une femme au bain qu’eut lieu l’invasion islamique. Alors que le Moyen Âge haut et central considérait les maisons de bains publics comme des lieux sains et respectables, le bas Moyen Âge et la Renaissance en font des maisons de débauche : bain et sexualité se trouvent intrinsèquement reliés, ainsi que l’idée que ce sont les femmes au bain qui, en exposant leurs corps, sont responsables des transgressions sexuelles masculines. Dans l’Espagne des xve-xvie s., le bain féminin est perçu comme une invitation au péché de chair et associé au péché biblique de David avec Bethsabée, et pour les esprits du début des Temps Modernes, l’interdiction de la pratique du bain public sonne l’éradication définitive de l’Islam en Espagne.

5Le chapitre IV propose quatre exemples de « justice et régulation des conflits dans les villes médiévales », dont trois s’intéressent particulièrement aux communautés juives : on lira l’analyse de Katalin Szende sur les rapports entre chrétiens et juifs dans la Hongrie médiévale, le rôle joué par les femmes juives dans la Crète vénitienne (par Rena Lauer) qui permit de véritables interactions entre les membres d’une société crétoise culturellement, religieusement et ethniquement complexe, et enfin l’intégration des juifs et des musulmans dans la ville de Tortose après la reconquista chrétienne, par Youna Masset : port de signes distinctifs pour juifs et musulmans, difficulté de pratiquer sa religion, inégalité de traitement selon le statut social... Enfin, Ahmed Oulddali se penche sur une fatwa lancée contre un dhimmi accusé de blasphème anti-musulman, crime puni de mort, quelle que soit la religion du coupable, le principe étant de fixer une punition en fonction de la qualification légale du crime et non de la religion du coupable.

6 Pour conclure, c’est avec plaisir qu’on découvre cet ouvrage très documenté et fort éclairant sur les rapports sociaux, la fabrique des identités, les coutumes cautionnées ou interdites, pour le pouvoir dominant aussi bien que pour les minorités religieuses, dans les espaces de contacts multiconfessionnels que sont les villes médiévales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Carine Giovénal, « La Cohabitation religieuse dans les villes européennes, xe-xve siècles », Perspectives médiévales [En ligne], 36 | 2015, mis en ligne le 01 janvier 2015, consulté le 27 juin 2017. URL : http://peme.revues.org/8919

Haut de page

Auteur

Carine Giovénal

Université d’Aix-Marseille

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page